•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contamination au mercure : le NPD promet de construire le centre de Grassy Narrows

Jagmeet Singh en point de presse avec le chef Rudy Turtle

Jagmeet Singh s'est engagé à travailler avec la Première Nation de Grassy Narrows pour construire un centre de traitement pour les résidents intoxiqués au mercure.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Valérie Boisclair

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) s’engage, dès son premier jour au pouvoir, à mettre en œuvre la construction d’un centre de traitement pour les membres de la Première Nation de Grassy Narrows, aux prises avec des problèmes de contamination au mercure depuis plus de 50 ans. Pour ce faire, Jagmeet Singh compte accorder les 19 millions de dollars demandés par la communauté, mais n'avance pas d'échéancier.

Le NPD entend ainsi mettre en œuvre une promesse laissée en suspens par le gouvernement Trudeau. Si, de l'avis du Parti libéral, des progrès avaient été faits des deux côtés lors des négociations, des points de litige demeuraient toujours au déclenchement de la campagne fédérale.

Contrairement aux libéraux, qui ont accordé 10 millions sur les 19 millions évalués lors des études de faisabilité du projet, un gouvernement néo-démocrate promet la totalité de la somme, a souligné le leader du NPD, Jagmeet Singh. Notre engagement, c’est de financer le centre tout de suite, et de le commencer tout de suite, a-t-il affirmé.

Grassy Narrows avait aussi demandé à Ottawa 88,7 millions de dollars pour l’ouverture du centre et son roulement pour les 30 prochaines années, les 19 M$ étant une enveloppe à part dédiée à la construction seulement. À l’issue des négociations, début septembre, des fonctionnaires fédéraux avaient toutefois indiqué que la somme de 10 M$ accordée par le gouvernement aurait pu être modifiée, selon les arrangements conclus entre les deux parties.

Samedi, aux côtés du chef de la Première Nation de Grassy Narrows Rudy Turtle, qui représente le NPD dans la circonscription nord-ontarienne de Kenora, Jagmeet Singh a ajouté qu'il comptait aussi lever définitivement tous les avis concernant la qualité de l’eau potable dans les communautés d'ici 2021, comme l'avait fait le Parti libéral.

Au cours de leur premier mandat, les libéraux ont levé 87 avis à long terme sur la qualité de l’eau potable. À ce jour, 56 avis sont toujours en vigueur.

Selon les estimations du directeur parlementaire du budget, il en coûterait au moins 1,8 milliard de dollars au Trésor public pour répondre aux besoins des communautés en eau potable.

Jagmeet Singh discute avec des gens autour d'une table.

Jagmeet Singh s'engage à travailler avec la Première Nation de Grassy Narrows pour construire un centre de traitement pour les résidents intoxiqués au mercure.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Ce qu’on voit ici à Grassy Narrows, c’est un exemple puissant de la négligence des gouvernements fédéraux, conservateurs et libéraux, a déclaré le chef néo-démocrate, rappelant que Justin Trudeau s'était moqué d'un militant autochtone qui manifestait contre l'inaction du gouvernement lors d'une soirée de financement du Parti libéral.

Le chef libéral n'a d'ailleurs jamais mis les pieds à Grassy Narrows au cours de son mandat, a souligné le chef de la Première Nation.

Ce qui était vraiment frustrant, c’était de faire du sur-place et de voir les tactiques utilisées pour retarder [les négociations], a expliqué le chef Turtle aux journalistes. Souvent, [les représentants du gouvernement] citaient les procédures et les lois, en disant que ces choses prennent normalement du temps. Mais ce n’est pas une situation normale. Ça fait 50 ans qu'on lutte contre cette contamination au mercure.

Entre 1962 et 1970, une usine de pâtes et papier de la compagnie Dryden a déversé près de 10 tonnes de mercure dans la rivière English-Wabigoon, qui alimente en eau les résidents de Grassy Narrows.

Aujourd'hui, 90 % des quelque 900 membres de la communauté présente des symptômes d'intoxication, comme des tremblements, de l'anémie, voire des problèmes d'apprentissage et de santé mentale. De ce nombre, plusieurs sont nés après le déversement, le mercure pouvant se transmettre d'une mère à son enfant.

Du côté du Parti libéral, le ministre sortant des Services aux Autochtones, Seamus O’Regan, a affirmé dans une déclaration transmise samedi que sa formation politique demeurait déterminée à répondre aux besoins de santé spécifiques de la communauté de Grassy Narrows.

Les discussions entre nos équipes techniques se poursuivent pour déterminer la forme et la fonction que prendra le centre de traitement au mercure, de sorte qu'une conception détaillée puisse mener à la construction dès cet automne. Pour être clair, le financement n’est pas un obstacle dans ces discussions.

Seamus O’Regan, ministre sortant des Services aux Autochtones

M. O'Regan a par ailleurs précisé qu'il s'était rendu sur place en personne en mai dernier.

Notre dossier Élections Canada 2019

Une « question de priorité »

Questionné sur les moyens qui seront mis en œuvre pour permettre la construction du centre de traitement, outre l'argent promis, Jagmeet Singh n'a pas avancé de détails, ni sur la logistique ni sur un potentiel échéancier.

Réfutant l'idée selon laquelle il accorderait ainsi un « chèque en blanc » aux communautés autochtones, le chef néo-démocrate a indiqué que la question ne se poserait pas s'il s'agissait d'une grande ville du reste du pays.

Pourquoi tolère-t-on que des communautés autochtones n’aient pas accès à de l’eau potable? Si pareil problème avait lieu à Toronto ou Vancouver, […] il n’y aurait aucun débat. On s’arrangerait pour que ce soit réglé.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

C'est une question de priorité et je vais le faire, a ajouté Jagmeet Singh. La réconciliation, ça prend des actions concrètes.

La veille, la décision d'Ottawa de contester le jugement obligeant le gouvernement à indemniser les enfants autochtones a valu à Justin Trudeau une pluie de reproches, autant de la part de ses adversaires que des membres des Premières Nations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique