•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procédure de destitution : des démocrates se justifient auprès d’électeurs

« Le processus est lancé, il faut maintenant s’assurer que ce soit mené de la bonne manière. »

La représentante démocrate Elissa Slotkin rencontre des électeurs dans un restaurant.

La représentante démocrate Elissa Slotkin explique à ses électeurs sa décision d'appuyer une enquête sur la destitution du président.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Prudents, certains élus démocrates veulent convaincre les électeurs du bien-fondé de la procédure qu’ils ont lancée. Réussiront-ils à rallier une majorité d’Américains à leur cause?

Dès son arrivée dans le petit restaurant d’East Lansing, au Michigan, la représentante démocrate Elissa Slotkin aborde le sujet qui est sur toutes les lèvres : l’enquête qui pourrait mener à une procédure de destitution du président Trump.

Je ne le fais pas de gaieté de cœur, lance-t-elle.

Comme plusieurs de ses collègues, elle profite du fait que le Congrès ne siège pas pour retourner dans son district et s'expliquer auprès de ses électeurs.

Elissa Slotkin, considérée comme modérée dans son parti, a longtemps résisté avant de finalement soutenir le déclenchement d’une enquête, la semaine dernière.

La représentante démocrate Elissa Slotkin parle à des électeurs.

La représentante Elissa Slotkin assure qu'il n'y «a rien à célébrer» dans le processus de destitution du président.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Devant les dizaines d’électeurs de son district venus la rencontrer, cette ancienne analyste de la CIA explique qu’à son avis, il est inacceptable qu’un président américain demande de l’aide à un dirigeant étranger pour nuire à un adversaire politique.

Certaines personnes l’applaudissent. Rapidement, la représentante tente de calmer leur enthousiasme.

Que vous soyez sur le terrain ou au Congrès, vous devriez traiter cette affaire en fonction de la gravité des allégations. Ce n’est pas un moment de célébration pour notre pays.

Elissa Slotkin, représentante du 8e district du Michigan

Un message destiné à certains militants, mais aussi à des collègues au Capitole, qui n’ont pas caché leur satisfaction de voir le déclenchement d’une procédure de destitution contre Donald Trump.

Des électeurs écoutent leur représentante au Congrès, dans un restaurant du Michigan.

Les électeurs se sont présentés en grand nombre à l'événement de la représentante Elissa Slotkin.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Elissa Slotkin, elle, choisit de mettre en application la stratégie de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, qui aurait indiqué aux membres de son caucus que pendant l’enquête en cours, l’accent doit être mis sur les responsabilités constitutionnelles des élus et non sur le président Trump lui-même.

Au delà du devoir constitutionnel, Elissa Slotkin, sait que sa décision peut avoir des conséquences politiques. En 2018, elle a remporté son élection avec une faible marge de moins de 4 % dans un district qui a largement appuyé Donald Trump aux élections présidentielles de 2016.

Comme d’autres collègues, Elissa Slotkin est déjà la cible d’attaque de la part du Parti républicain. Une publicité mise en ligne récemment l’accuse de voter avec les radicaux de son parti sur des enquêtes interminables à propos du président Trump.

Des manifestants appellent à la destitution de la représentante Elissa Slotkin.

La décision de la représentante Slotkin d'appuyer l'enquête de destitution du président Trump est loin de faire l'unanimité dans son district.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Un message qui s’entend aussi sur le terrain. Elle se présente peut-être comme une modérée, mais ne vote pas comme cela, indique un partisan du président venu manifester devant le restaurant où la représentante rencontre ses électeurs.

Je crains que ça puisse avantager Trump et nuire aux démocrates, admet un sympathisant démocrate rencontré à l’événement de la représentante Slotkin. Le processus est lancé, il faut maintenant s’assurer que ce soit mené de la bonne manière.

Et les autres enjeux dans tout ça?

Dans petit le village de Mason, au cœur du huitième district du Michigan représenté par Elissa Slotkin, les développements à Washington attirent bien sûr l’attention. Mais en discutant avec certains électeurs, on constate rapidement qu’ils ont bien d’autres soucis en tête.

C’est du gaspillage d’argent public, lance une électrice favorable au président, qui demande aux démocrates de plutôt se concentrer sur des enjeux comme la santé et l’immigration et le nouvel accord de libre-échange nord-américain.

Des gens marchent sur la rue principale d'un village, au Michigan.

Le village de Mason, dans le huitième district du Michigan.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Un autre électeur, pourtant en accord avec le déclenchement de l’enquête, estime aussi que les élus pourraient mettre leurs efforts ailleurs. Les électeurs et les gens du Michigan ont d’autres priorités, lance-t-il.

Nous pouvons marcher et mâcher de la gomme en même temps, leur assure la représentante Elissa Slotkin.

Les démocrates ont après tout remporté la majorité à la Chambre des représentants en 2018 en se concentrant notamment sur des enjeux chers aux Américains, comme l’assurance-santé.

Ils ont environ un an, d’ici la prochaine élection, pour offrir un bilan aux électeurs et leur prouver que la procédure de destitution n’aura pas éclipsé tous les autres enjeux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !