•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Érosion de la Péninsule acadienne : un rapport a-t-il été oublié?

Une étude en cours sur l'érosion semble avoir été oubliée.

Des maisons à deux pas de la côte.

L'érosion menace des résidences à Cap-Bateau au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

René Landry

À Cap-Bateau, les résidents qui vivent près de la côte s'accrochent, entre les vagues qui se fracassent sur les caps... et les changements de gouvernement.

L'ex-député libéral Wilfred Roussel se désole à cause de ce qu'il voit à Cap-Bateau, à Sainte-Marie-Saint-Raphaël, à Le Goulet et ailleurs dans la région.

Une famille a dû faire déménager sa maison, qui était menacée par l'érosion à Cap-Bateau.

Wilfred Roussel, ex-député libéral de Shippagan-Lamèque-Miscou.

Wilfred Roussel, ex-député libéral de Shippagan-Lamèque-Miscou

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Quand j'ai vu la tempête ravager autant les caps, ça m'a fait froid dans le dos, affirme-t-il. Surtout que tout était planifié pour faire de l'enrochement au printemps 2019. Tout est tombé à l'eau à cause d'un changement de gouvernement.

En septembre 2018, l'entreprise Crandall Engineering a fait un relevé topographique pour étudier les options d'atténuation de l'érosion côtière dans ces régions de la Péninsule acadienne. Le travail a eu lieu à la demande de la Société de développement régional.

Visite du ministre de l'Environnement

Or, la province était en campagne électorale. Les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs l'ont emporté et ont formé un nouveau gouvernement avec le député de Shippagan-Lamèque-Miscou, Robert Gauvin, comme lieutenant francophone.

Qu'est-il advenu de cette étude de la firme Crandall Engineering?

Le ministre de l'Environnement du Nouveau-Brunswick, Jeff Carr, est allé visiter certaines régions menacées par l'érosion dans la Péninsule acadienne, la semaine dernière, à la demande de son collègue Robert Gauvin. Le vice-premier ministre Gauvin a partagé des photos de cette visite sur sa page Facebook.

Le ministre de l'Environnement et des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, Jeff Carr.

Le ministre de l'Environnement et des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, Jeff Carr

Photo : CBC

Interrogé au sujet de cette étude de la firme d'ingénieurs, le ministre Carr répond qu'il n'en avait jamais entendu parler. Je serais très intéressé à la voir parce que je pense qu'on doit agir maintenant. Même si c'est une étude qui a été réalisée par l'ancien gouvernement, je serais plus qu'heureux de l'examiner.

« Pourquoi réinventer la roue? »

En septembre dernier, le député Robert Gauvin a affirmé qu'il faudra se pencher là-dessus et prendre des décisions sous peu. Il soutenait que le premier ministre et lui s'entendaient pour prendre une décision afin d'éviter le pire.

Toutefois, selon Wilfred Roussel, ça revient à tourner en rond puisqu'une étude a déjà été faite. 

L'ex-député libéral se demande d'ailleurs où est passée l'étude de l'entreprise Crandall. On avait fini par convaincre le gouvernement, au caucus, qu'il fallait intervenir, lance-t-il. Alors, je me demande où sont allés les fonds. Toute l'analyse et les plans étaient en train d'être exécutés pour réaliser l'enrochement. Je ne vois pas pourquoi Robert Gauvin voudrait réinventer la roue. Je pense qu'il n'est même pas au courant que des arpenteurs-géomètres sont venus ici faire leur travail. Il faut demander où sont allés les budgets. Pourquoi tout ça a-t-il été mis sur la glace?

Les Thériault ont dû déménager leur maison en raison de l'érosion des caps.

Les Thériault ont dû déménager leur maison en raison de l'érosion des caps.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Étrangement, la Société de développement régional n'a pas beaucoup de renseignements sur le travail de la firme Crandall. Plusieurs jours après une demande d'information initiale, elle a fini par répondre qu'elle n'avait pas reçu le rapport d'étude de l'entreprise qu'elle avait mandatée pour faire les travaux il y a un an.

L'étude toujours en cours

Chez Crandall Engineering, on assure qu'une version préliminaire de l'étude sera remise à la Société de développement régional au cours des prochaines semaines.

À défaut de pouvoir discuter de démarches concrètes, comme des travaux de la firme Crandall, le ministre de l'Environnement, Jeff Carr, veut montrer à quel point le gouvernement est préoccupé par la situation.

On discute au gouvernement pour déterminer comment on peut s'attaquer à ce problème, assure-t-il. C'est très coûteux. Mais le premier ministre a été très clair en disant qu'on doit en faire davantage pour aider les gens : soit déménager les maisons, soit protéger les côtes. Je réalise que la situation est critique.

Nouveau-Brunswick

Environnement