•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’École Louis-de-France veut exporter son concept de jardins à l’école

Jeune enfant qui se fait servir des concombres.

C'est le Festival des récoltes à l'École Louis-de-France avec des légumes cultivés par les élèves.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les élèves de l’École Louis-de-France, à Trois-Rivières, se sont régalés vendredi avec des légumes qu’ils ont eux-mêmes cultivés. Le projet existe depuis trois ans dans cette école et ses instigateurs souhaitent maintenant exporter le concept.

La fondation AgrÉcoles a été officiellement lancée vendredi, dans le cadre du Festival des récoltes à l’École Louis-de-France. Elle aura comme mission de développer le matériel pédagogique, le savoir-faire et les outils de gestion permettant d’exporter le projet.

L’objectif de cet organisme à but non lucratif (ONBL) est d’offrir un programme clé en main aux autres écoles primaires du Québec.

L’École Louis-de-France a reçu une subvention de 649 000 $ sur trois ans du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) pour mettre en place son programme éducatif L’agroalimentaire s’invite à l’école.

L’école compte notamment ajouter une serre et une classe extérieure à l’école dès l’été 2020.

Jeune fille qui se fait servir des légumes dehors.

Les élèves de l'École Louis-de-France mangent ce qu'ils ont semé.

Photo : Radio-Canada

Des élèves rencontrés le jour du Festival des récoltes vendredi ont affirmé manger plus de légumes à la maison depuis qu’ils ont appris à jardiner à l’école.

Enfants qui attendent d'être servis.

L'École Louis-de-France, à Trois-Rivières, souhaite maintenant exporter son concept.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !