•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade de Fredericton : Matthew Raymond n'est pas apte à subir son procès

Matthew Raymond habillé en orange, les menottes aux poignets, près d'un fourgon cellulaire.

Matthew Raymond lors d'une comparution le 8 février 2019.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Matthew Raymond, l’auteur présumé de la tuerie qui a fait quatre morts à Fredericton en août 2018, a été jugé inapte à subir son procès.

C’est le verdict remis vendredi après-midi après deux heures et demie de délibérations par un jury composé de huit femmes et quatre hommes.

Au cours des derniers jours, les jurés avaient entendu les témoignages de deux psychiatres légistes.

Matthew Raymond, 49 ans, fait face à quatre chefs d’accusation de meurtres au premier degré. Il est accusé d'avoir tué deux policiers de Fredericton et deux civils à l'extérieur d'un immeuble de logements dans la partie nord de la capitale du Nouveau-Brunswick, le 10 août 2018.

Donnie Robichaud et Bobbie Lee Wright ont été tués alors qu'ils mettaient des bagages dans leur véhicule. Les agents Robb Costello et Sara Burns ont été abattus au moment où ils intervenaient sur les lieux.

Cette semaine, le juge Fred Ferguson, de la Cour du Banc de la Reine au Nouveau-Brunswick, avait indiqué que Matthew Raymond subirait un procès quelle que soit la décision du jury quant à son état psychologique. La question, selon le magistrat, est de savoir quand ce procès aura lieu.

Lorsqu’un accusé est jugé inapte, on ordonne un traitement, puis son état est réévalué.

Être apte à subir son procès est différent de la responsabilité criminelle. L'objectif est de déterminer si l'accusé est dans un état mental approprié pour subir son procès, et non de déterminer quel était son état mental lors des faits allégués.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites