•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une escouade verte dans les hôpitaux de Sherbrooke

Richard, Alain Joa et Émilie Gadbois avec leur bac de travail.

Richard et Alain font partie de l'escouade verte du CHUS-Hôpital Fleurimont. Ils parcourent les quatre coins de l'hôpital à la recherche de résidus de plastique non contaminés sous la supervision d'Émilie Gadbois.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS en partenariat avec l'entreprise de récupération Plastimum, mène un projet pilote pour récupérer les plastiques médicaux de ses hôpitaux. Pour ce faire, une escouade verte, avec des travailleurs autistes ou vivant avec une déficience intellectuelle a été formée.

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS en partenariat avec l'entreprise de récupération Plastimum, mène un projet pilote pour récupérer les plastiques médicaux de ses hôpitaux.

Une dizaine de travailleurs parcourent les quatre coins de l'établissement à la recherche de résidus de plastiques non contaminés dans le cadre de l'opération récupération. Le projet pilote d'un an a débuté au mois de février et se déroule à l'Hôpital Fleurimont et à l'Hôtel-Dieu de Sherbrooke.

Alain et Richard travaille avec leur bac de récupération.

«C'est plus facile de travailler en équipe, de travailler à la chaîne: c'est ça le plus plaisant.», explique Alain Joa.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

On génère beaucoup de plastique. On a décidé d'en faire un projet de développement durable. Il y a une sphère sociale où on permet à des gens de se réinsérer dans notre société, de faire un travail, de se valoriser. Du côté environnemental, on récupère du plastique et du point de vue économique, on enfouit moins de matière et on économise à l'enfouissement , lance Marco Lemay, conseiller en développement durable au CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

« On joue notre rôle de symbole de la santé dans cette bulle de développement durable. »

— Une citation de  Marco Lemay, conseiller en développement durable, CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Alain Joa, sourire aux lèvres, travaille dans l'escouade depuis le tout début du projet. Non seulement il est fier du travail accompli, mais pour lui chaque petit geste fait une différence. Ramasser le plastique c'est valorisant pour moi, c'est pour éviter que la planète soit polluée..

Alain Joa derrière son bac rempli de contenants vides.

Alain Joa a été le premier travailleur choisi pour faire partie de l'escouade verte de l'Hôpital Fleurimont au mois de février dernier.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Au fil du temps, le travailleur a tissé des liens d'amitié avec les employés de l'hôpital. C'est agréable, c'est du monde accueillant.

Les gens l'arrêtent sur son chemin et lui demandent si les Canadiens de Montréal vont participer aux séries éliminatoires cette saison. Il est convaincu que oui avec Nick Suzuki, il risque de les faire.

« Les gens viennent me voir [pour me dire], ton grand il fait de la bonne job, il est poli, il est prudent. Je suis extrêmement fier. Je suis là pour les accompagner et pour qu'ils vivent un succès. »

— Une citation de  Émilie Gadbois, directrice spécialisée au plateau de travail du CHUS-Hôpital Fleurimont

Ces travailleurs sont vraiment intégrés dans l'équipe. Ils sont fiers de dire: "moi je travaille au CHUS". Ils sont importants et utiles. Ils se font dire souvent: "merci, une chance que vous êtes là", explique Émilie Gadbois.

La directrice spécialisée du plateau de travail de l'Hôpital Fleurimont ajoute qu'ils sont extrêmement valorisés par leur travail. Au niveau de l'environnement, ça prend une grande part dans la société. De se dire qu'avant c'était jeté, maintenant, je le récupère.

Un sac avec du plastique à l'intérieur.

L'escouade verte collecte divers résidus non contaminés à l'Hôpital Fleurimont.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Pour le conseiller en développement durable, un des grands défis du projet est de répondre à l'importante demande. On est une petite équipe et c'est grand: 6000 employés, 8000 avec les médecins. Donc, d'aller chercher ce plastique-là et le ramener, c'est toute une tâche!

Tous les dix jours, un gros conteneur de plastique part vers l'entreprise Plastimum. Depuis le début du projet, une trentaine de conteneurs ont ainsi été récupérés au CHUS-Hôpital Fleurimont.

Alain et Richard devant un conteneur à l'arrière de l'hôpital.

Alain et Richard vont porter le plastique recueilli dans un conteneur à l'arrière du CHUS-Hôpital Fleurimont.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Une deuxième vie pour le plastique

L'entreprise Plastimum valorise le plastique des hôpitaux. Le produit est mis en petit morceau et après c'est des machines de tris optiques qui les séparent par catégorie de plastique, explique sa présidente Manon Tremblay. Si le client le désire, l'entreprise transforme par la suite les flocons de plastique en petites billes miniatures. Il y a des gens qui achètent ce produit-là pour en faire un produit fini comme une poubelle, donne-t-elle en exemple.

Un sac de plastique transformé en petits morceaux.

Le plastique recueilli est transformé en flocons par l'entreprise Plastimum. Il est vendu par la suite à des compagnies qui vont le transformer en produits divers.

Photo : Radio-Canada / Yannick Cournoyer

Manon Tremblay souhaite voir le partenariat avec le CIUSSS de l'Estrie-CHUS faire des petits ailleurs dans la région. Il y a tellement d'autres institutions qui pourraient embarquer dans ça parce que du plastique, il y en a et il y en a trop d'enfoui à mon avis, lance l'entrepreneure.

Tous sont fiers du travail accompli. J'ai confiance qu'on puisse implanter ce projet pilote-là à d'autres institutions dans le CIUSSS de l'Estrie-CHUS, affirme le conseiller en développement durable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !