•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus de femmes recrutées par les partis politiques

Mais peu d'entre elles ont été placées dans des châteaux forts.

Des pancartes électorales jalonnent une rampe le long de la rue Bank dans la circonscription d'Ottawa-Centre.

Des pancartes électorales jalonnent une rampe le long de la rue Bank, dans la circonscription d'Ottawa-Centre.

Photo : Radio-Canada

Mélanie Meloche-Holubowski

Les partis politiques ont peut-être recruté plus de candidates pour cette élection fédérale, mais moins de 3 % d’entre elles font campagne dans des châteaux forts, ce qui diminue leurs chances de remporter leur circonscription.

La liste de tous les candidats pour l’élection du 21 octobre a été dévoilée cette semaine par Élections Canada, et selon les données compilées par Radio-Canada et CBC, 41,9 % des candidats sont des femmes, une augmentation significative depuis 2015, où 33,1 % des candidats étaient des femmes. 

Malgré cette amélioration, aucun parti n’a atteint encore la parité. Toutefois, le Bloc québécois, le NPD et le Parti vert y sont presque. Du côté du Parti libéral et du Parti conservateur, moins de 40 % de leurs candidats sont des femmes. 

Le strict minimum auquel je m'attendrais de la part d'un parti politique au Canada de nos jours est d’avoir au moins le tiers de ses candidats qui sont des femmes.

Melanee Thomas, professeure associée en sciences politiques à l'Université de Calgary

Tous les partis ont augmenté d’au moins 5 % le nombre de candidates pour cette élection, avec les plus grandes augmentations observées chez le Bloc québécois (+17 %) et le Parti conservateur (+12 %). 

Selon Mme Thomas, la forte augmentation n’est pas aussi notable dans certains partis. « Je ne veux pas minimiser l’augmentation du nombre de femmes qu’on voit chez les conservateurs, mais je ne suis pas encore très impressionnée, parce qu’ils partaient de très loin en 2015, avec si peu de femmes. »

Mme Thomas ajoute que les chiffres du NPD ont peu augmenté depuis 2015 « parce que le NPD a fait mieux dans le passé que les autres partis sur la question de la parité ».

Elle dit aussi être surprise que le Parti libéral « avec un chef qui affirme être un féministe » n’ait pas réussi à recruter au moins 40 % de femmes.

Fait à noter, cette année, il y a également un candidat non binaire qui se présente pour le NPD et une personne non binaire pour le Parti vert.

Encore trop de femmes comme « agneaux sacrificiels »

Mais comme Radio-Canada l’a démontré en analysant les candidatures des trois dernières élections, les femmes ne sont pas seulement moins nombreuses à briguer un siège de députée, mais elles se retrouvent dans des circonscriptions qui sont plus difficiles à gagner. Et c’est encore le cas lors de cette campagne électorale.

Un peu plus de 6 % des hommes ont été placés dans des châteaux forts, contrairement à 2,5 % des femmes.

Avec 6,9 %, le Parti conservateur a le plus haut pourcentage de femmes nommées dans des châteaux forts. Mais c’est encore bien loin du 15,6 % des hommes qui sont placés dans des châteaux forts.

« C’est bien de voir qu’il y a plus de candidates, mais elles ne sont pas placées dans des circonscriptions où elles pourront gagner. Il y a peu de changement [depuis les dernières élections], souligne la professeure Thomas. Les partis réussissent à recruter plus de femmes, mais après elles sont souvent des agneaux sacrificiels. »

Ainsi, avec si peu de femmes, Mme Thomas doute qu’il y aura significativement plus de femmes qui siégeront à la Chambre des communes après le 21 octobre.

Avec la collaboration de Valérie Ouellet, journaliste de données à CBC


Méthodologie :

Les châteaux forts, selon notre définition, sont les circonscriptions qu'un parti a gagnées lors des deux précédentes élections (générales ou partielles) avec, au minimum, un écart de 10 % des voix.

À cause des changements à la carte électorale, il n’est pas possible de remonter dans les résultats historiques de toutes les circonscriptions. Ainsi, 99 candidats ont été exclus de l’analyse sur les châteaux forts. L’analyse a été faite sur 93 % de tous les candidats (1331).

Notre dossier Élections Canada 2019

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Élections fédérales

Politique