•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Destitution de Donald Trump : la Maison-Blanche assignée à comparaître

La Maison-Blanche vue de l'extérieur.

Les trois commissions de la Chambre des représentants ont donné à la Maison-Blanche jusqu'au 18 octobre pour fournir les documents réclamés.

Photo : Getty Images

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois commissions de la Chambre américaine des représentants, contrôlée par les démocrates, ont annoncé vendredi avoir assigné à comparaître la Maison-Blanche afin qu'elle transmette des documents liés à leur enquête dans la procédure de destitution.

La Chambre des représentants a entamé une procédure de destitution à l'encontre de Donald Trump, qu'elle soupçonne d'avoir abusé de ses pouvoirs pour nuire à l'ancien vice-président Joe Biden, après qu'un membre des services du renseignement américain a lancé l'alerte sur un entretien entre le président américain et son homologue ukrainien le 25 juillet dernier.

Les présidents des commissions des Affaires étrangères, du Renseignement et de la Surveillance ont déclaré vendredi vouloir des documents concernant la conversation téléphonique du 25 juillet, qui est une pièce maîtresse de leur enquête.

Eliot Engel, Adam Schiff et Elijah Cummings ont expliqué avoir été forcés d'émettre cette assignation après que la Maison-Blanche n'a pas été en mesure de fournir les documents demandés dans une lettre datée du 9 septembre.

Nous regrettons profondément que le président Trump nous ait mis - ainsi que le pays - dans cette position, mais ses actions ne nous ont pas laissé d'autre choix que d'émettre cette assignation à comparaître, ont-ils déclaré.

Ils ont donné à la Maison-Blanche jusqu'au 18 octobre pour fournir les documents, notamment sur les personnes qui ont participé à l'appel téléphonique avec le président Zelenski.

Cette assignation à comparaître ne change rien - juste davantage de demandes de documents, de temps perdu et d'argent des contribuables qui montreront que le président n'a rien fait de mal, a déclaré la porte-parole de la Maison-Blanche, Stephanie Grisham.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !