•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sociétés d’État de la Saskatchewan en grève

Deux hommes posent avec une pancarte où on peut lire « On strike ».

Ces grévistes, comme ces deux hommes à Regina, portent tous une pancarte où il est écrit « On strike » pour dire qu'ils sont en grève.

Photo : CBC/Heidi Atter

Radio-Canada

Depuis 0 h 1, les employés de six sociétés d’État et d’une agence gouvernementale de la Saskatchewan ont lancé leur grève à Regina.

Les quelque 5000 employés, représentés par le syndicat Unifor Canada, ont prévu de former des piquets de grève à travers la ville de Regina et ailleurs dans la province.

Les travailleurs de SaskTel, de SaskPower, de SaskEnergy, de SaskWater et deux filiales de SaskTel, ainsi que l’Agence de sécurité de l’eau de la Saskatchewan, avaient prévenu le gouvernement provincial du déclenchement d’une grève illimitée si les deux parties ne parvenaient pas à négocier un nouveau contrat de travail avant minuit.

Photo d'une ligne de piquetage à Saskatoon.

Les quelque 5000 employés forment des lignes de piquetage à travers la ville de Regina et ailleurs dans la province.

Photo : Radio-Canada / Trevor Bothorel

Par contre, certains services considérés comme étant essentiels sont toujours en service.

Ainsi, SaskPower a affecté 14 personnes à l'exploitation de son centre de pannes à travers la province, indique son porte-parole, Joel Cherry.

Cependant, SaskTel indique que tous les magasins seront fermés pendant le conflit de travail. Il sera également impossible à la compagnie d’activer de nouveaux services à domicile. Les clients peuvent toutefois modifier leur forfait en ligne.

Les négociations dans l’impasse

Initialement, la grève devait être déclenchée lundi, mais, au cours de la fin de semaine dernière, les employés avaient tous été avisés qu'ils devaient se présenter au travail de lundi à jeudi, mais le syndicat leur avait demandé de ne pas faire d’heures supplémentaires et de ne pas tenir compte des objectifs de rendement de leurs employeurs.

Le problème principal à la table de négociations est le gel des salaires. Le gouvernement ne propose aucune augmentation pour les deux prochaines années, alors que, comme le déplore le syndicat, les élus provinciaux se sont accordé une augmentation salariale de 2,3 % en 2019.

Un homme en veston a les bras ouverts devant les micros des journalistes. Plusieurs personnes se tiennent debout derrière lui.

« C'est la conférence de presse que nous espérions ne pas avoir à tenir », a dit le président national du syndicat Unifor, Jerry Dias jeudi, à Regina (archives).

Photo :  CBC / Bryan Eneas

En entrevue à Radio-Canada dimanche dernier, le président d’Unifor, Jerry Dias, avait blâmé le gouvernement de Scott Moe, qu’il avait qualifié d’« hypocrite », car il empêchait Unifor et la province d’en venir à une entente.

Quelques jours plus tard, Scott Moe avait manifesté son désir que la situation se règle : Nous ne croyons pas qu’une grève générale soit dans l'intérêt fondamental [...] des sociétés de la Couronne ou de leurs employés.

Avec les informations de CBC

Des travailleurs se tiennent debout dans un parc. ils sont munis de parapluies et de drapeaux avec l'inscription « UniFor ».

Des membres du syndicat Unifor ont tenu un rassemblement dans le parc Victoria à Regina le 26 septembre dernier (archives).

Photo : Radio-Canada

Saskatchewan

Emploi