•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blaine Higgs rejette en partie le rapport du commissaire aux langues officielles

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, affirme que les recommandations du commissaire aux langues officielles ne constituent pas des priorités pour son gouvernement.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada

L’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick a menacé de retirer son appui au gouvernement minoritaire de Blaine Higgs s’il mettait en œuvre les recommandations du rapport du commissaire aux langues officielles, mais le premier ministre a déjà signalé qu'il rejetait plusieurs de ces recommandations.

Dans son rapport 2018-2019, publié vendredi, le commissaire Michel Carrier recommande notamment la création d’un secrétariat aux langues officielles. Cet organisme provincial veillerait à la mise en œuvre de la loi, mais cette recommandation a été aussitôt rejetée par le premier ministre Blaine Higgs.

Michel Carrier montre fièrement son rapport

Le commissaire aux langues officielles par intérim, Michel Carrier, a présenté son rapport 2018-2019 à Fredericton vendredi matin.

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Comment expliquer que la seule province officiellement bilingue du pays n’ait pas [ce type d’organisme]? demande Michel Carrier, commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick par intérim.

À l’occasion du 50e anniversaire de la LLO [Loi sur les langues officielles], il est temps pour notre province d’avoir un Secrétariat aux langues officielles, ajoute-t-il.

Le Nouveau-Brunswick a besoin de ce secrétariat, affirme l’avocat Michel Doucet, expert en droits linguistiques.

Je crois que c’est important d’avoir un tel secrétariat qui pourrait assurer justement un suivi et la mise en œuvre des obligations du gouvernement en matière de langues officielles. Le problème actuellement, c’est qu’on ne voit au sein de la structure gouvernementale aucun organisme dont le but ou l’objectif serait d’assurer cette mise en oeuvre de la loi, souligne M. Doucet.

Services bilingues dans les foyers de soins

Le commissaire aux langues officielles recommande aussi au gouvernement de garantir un environnement dans la langue de choix des résidents dans les foyers de soin.

La loi est claire qu'un tiers qui offre des services pour le gouvernement doit respecter la loi sur les langues officielles, affirme Michel Carrier, commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick par intérim.

Sauf que le premier ministre estime que les résidents sont déjà servis dans la langue de leur choix dans les foyers de soins.

Hémorragie fiscale

L’Alliance des gens, pour sa part, remet en question l’existence même du Commissariat aux langues officielles.

Le rapport annuel 2018-2019 du Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick valide encore notre raisonnement pour l’abolir, affirme le parti dans son communiqué.

L’Alliance des gens estime que les dépenses liées au Commissariat, par rapport au nombre de plaintes, ne sont pas justifiées.

De 2018 à 2019, le Commissariat a reçu 168 plaintes. De ce nombre, 90 étaient recevables et 76 concernaient le service en français et 14 le service en anglais.

L'Alliance contre plus de services bilingues à la fonction publique fédérale

Le Commissariat recommande aussi une modernisation de la Loi sur les langues officielles du Canada pour qu’elle oblige Ottawa à offrir ses services dans les deux langues partout au Nouveau-Brunswick.

L’Alliance s’oppose vigoureusement à cette proposition, craignant que les employés unilingues de certaines communautés ne perdent leur emploi.

Des intervenants dénoncent la prise de position de l’Alliance

Le président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), Robert Melanson, appuie la recommandation de créer un secrétariat aux langues officielles et défend l’égalité des deux communautés linguistiques.

Je pense que Kris Austin devrait peut-être aller suivre des cours de droit constitutionnel et de réaliser en fait qu’on n’est plus au 19e siècle, qu’on est rendu au 21e siècle, et que l’égalité, aujourd’hui, ça existe, lance Robert Melanson. Il n’y a pas une classe de dominants et une classe de dominés dans la société canadienne aujourd’hui. Il y a une classe égalitaire, c’est-à-dire que les francophones sont l’équivalent et l’égal des anglophones.

L’avocat Michel Doucet, expert en droits linguistiques, juge aussi que l’Alliance des gens fait fausse route.

Je crois que l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick ne comprend absolument pas les obligations linguistiques de la province, tant constitutionnelles que législatives, et je crois que c’est réellement une démonstration de leur ignorance absolue et totale de ces obligations-là, qui existent. Évidemment, ça démontre encore une fois que c’est un parti avec un seul objectif, qui est un parti antibilinguisme et qui ne serait satisfait que si l’égalité des langues officielles au Nouveau-Brunswick était abolie. Je crois que ce parti-là n’a aucune pertinence et aucune crédibilité sur ces questions-là, estime Michel Doucet.

Gouvernement minoritaire

Étant minoritaire, le gouvernement progressiste-conservateur a besoin de l’appui des députés d’au moins un parti d’opposition pour survivre à un vote de confiance à l’Assemblée législative. Kris Austin avait dit, peu après les élections de l’automne dernier, que son parti appuierait celui de Blaine Higgs pendant 18 mois.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale