•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des négociations de la dernière chance pour éviter la grève dans les écoles de l'Ontario

Des élèves dans une classe, dont une lève la main pour s'adresser à l'enseignante en avant.

Des centaines d'écoles anglaises et certaines écoles françaises seront fermées lundi en cas de grève des employés de soutien.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les pourparlers contractuels ont repris vendredi après-midi entre le gouvernement de Doug Ford et le syndicat représentant 55 000 employés de soutien dans les écoles dans le but d'éviter un débrayage lundi.

Ces concierges, employés de bureau et aides-éducateurs ont commencé une grève du zèle lundi dernier et menacent de carrément débrayer lundi prochain, si un accord n'est pas conclu d'ici là pour le renouvellement des conventions collectives.

Des centaines d'écoles de nombreux conseils scolaires anglophones, que ce soit TDSB à Toronto ou les conseils publics des régions de Peel et de York, seront fermées en cas de grève.

Le Conseil catholique Providence dans le Sud-Ouest et le Conseil public du Nord-Est fermeront aussi leurs écoles s'il y a débrayage. Les cours doivent se poursuivre dans les autres établissements francophones de la province.

Pour tous les détails sur les conséquences d'une grève du SCFP dans les écoles françaises : cliquez ici.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les 55 000 employés de soutien, se défend de prendre les élèves et leurs parents en otage.

On se bat pour préserver les services aux élèves. Nous sommes déterminés à en arriver à une entente avant minuit, dimanche. Mais les négociations, ça se fait à deux.

Laura Walton, présidente du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario du SCFP

Mme Walton explique que le SCFP est passé rapidement de la grève du zèle à la menace d'un débrayage, pour accentuer la pression sur le gouvernement Ford et parce que la sécurité des élèves est mise en péril dans certains cas depuis le début de la grève du zèle, selon elle. Certaines écoles sont laissées déverrouillées, raconte-t-elle, parce que la direction ne veut pas s'occuper de la sonnette [de la porte d'entrée].

La représentante syndicale assure qu'il n'y a « aucun » lien entre la menace d'une grève et la campagne électorale fédérale en cours.

Pourtant, le chef libéral Justin Trudeau évoque constamment dans la campagne le nom du premier ministre ontarien, le conservateur Doug Ford, et ses compressions, pour tenter de nuire à son rival conservateur, Andrew Scheer.

Les congés de maladie

L'un des principaux points de litige dans les négociations de l'avis du ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, et de Mme Walton est la banque de congés de maladie.

Actuellement, les employés de soutien du SCFP ont droit à 11 congés de maladie par année payés à 100 % et 120 jours supplémentaires d'invalidité de courte durée, si besoin est, pour lesquels ils touchent 90 % de leur salaire.

Or, les conseils scolaires et le gouvernement se plaignent d'un taux d'absentéisme élevé chez les syndiqués et réclament des changements au programme d'invalidité de courte durée.

Mme Walton rétorque que les directions d'école ont déjà le pouvoir de sanctionner les employés qui abuseraient de leurs congés de maladie. L'absentéisme n'est pas le problème, dit-elle, mais le symptôme d'un problème auquel il faut s'attaquer.

Franchir les piquets de grève

L'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO) demande, pour sa part, à ses membres de franchir les piquets de grève, s'il y a débrayage des employés de soutien lundi.

Le président de l'AEFO, Rémi Sabourin, estime que les enseignants peuvent être solidaires de leurs collègues en grève avant et après leurs heures de travail.

C'est important de comprendre que ce ne sont pas les membres de l'AEFO qui sont en grève, explique-t-il.

M. Sabourin demande néanmoins aux enseignants de ne pas s'acquitter des tâches des employés de soutien, en cas de grève.

Avec les informations de CBC News

Éducation

Politique