•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il se méfier du manganèse dans notre alimentation?

Un sac rempli d'aliments est renversé sur le sol.

Certains aliments sont plus riches en manganèse, mais leur concentration en manganèse demeure moins problématique que celle qui est présente dans l'eau de certains puits de la région.

Photo : iStock

Emily Blais

À la fin du mois de septembre, on vous apprenait que le manganèse est plus présent dans l'eau souterraine en Abitibi-Témiscamingue que la moyenne québécoise.

Selon les données du ministère de l'Environnement, dans près de 40 % des puits analysés dans la région, la concentration de manganèse dans l'eau est plus élevée que la concentration maximale acceptable de 0,12 milligramme par litre d'eau, recommandée par Santé Canada.

De l'eau s'écoule d'un robinet.

L'eau dans près de 40% des puits analysés dans la région dépasse la concentration maximale acceptable de 0,12 milligramme par litre d'eau.

Photo : Tim Graham

La consommation d'eau potable qui contient une concentration de manganèse plus élevée que cette norme pourrait mener à des troubles de développement des neurones chez les enfants de moins d'un an, selon l'Institut national de santé publique du Québec, (INSPQ).

Toutefois, le plus grand apport en manganèse vient des aliments.

Faut-il alors s'inquiéter des aliments avec du manganèse?

Je pense qu'il va falloir éventuellement regarder en globalité justement cette exposition-là au manganèse. Pour l'instant on est dans une problématique d'eau potable et certaines recommandations existent, mais éventuellement il faudra peut-être se pencher également sur l'apport global de manganèse qui peut être absorbé chez les jeunes enfants, les jeunes nourrissons, répond le conseiller scientifique de l'INSPQ, Denis Gauvin.

Dans une belle assiette

Les moules sont riches en manganèse, avec environ 6,8mg de manganèse pour 100g de moules.

Photo : Ricardo

La nutritionniste Roxanne Bertrand ne croit pas que les personnes qui consomment de l'eau potable dont le taux de concentration de manganèse est très élevé puissent renverser la situation en modifiant leur alimentation. Elle pense tout de même qu'il est possible de porter une attention particulière aux aliments consommés.

Il faut vraiment voir notre alimentation d'un point de vue global, aller dans la variété, manger un peu de tout. C'est comme ça qu'on risque un peu moins de dépasser les recommandations en matière de toxicité pour la santé humaine.

La nutritionniste Roxanne Bertrand

Elle remarque aussi que la population est de plus en plus préoccupée par la présence des métaux dans l'alimentation comme le manganèse, l'arsenic ou le fer.

Végétaliser l'alimentation

La nutritionniste mentionne que les citoyens peuvent prioriser la consommation de produits végétaux. Un choix de produits faibles en manganèse, et aussi plus respectueux de l'environnement que les aliments d'origine animale, selon le Guide alimentaire canadien.

Les produits céréaliers, les mollusques, les légumineuses et les noix sont riches en manganèse. Je pense que la clé au niveau de la santé, c'est que, oui, nous avons avantage à végétaliser notre alimentation, mais la clé reste toujours dans la variété, affirme-t-elle.

Pour voir lire le reportage de l'émission Enquête :

Manganèse : enfants en danger

Roxanne Bertrand assure tout de même que le corps n'absorbe pas tout le manganèse fourni par les aliments. Ce métal joue un rôle important sur le corps humain, par exemple, pour préserver la masse osseuse et dans la production d'insuline.

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique