•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

États-Unis: 18 morts de maladies liées au vapotage

Une femme fume une cigarette électronique.

Une exposition régulière aux vapeurs des cigarettes électroniques perturbe la couche protectrice des poumons, selon une étude réalisée aux États-Unis.

Photo : getty images/istockphoto / pixinoo

Agence France-Presse

L'épidémie de maladies pulmonaires liées à la consommation de cigarettes électroniques aux États-Unis ne faiblit pas, le bilan passant à 18 morts et 1080 malades, ont annoncé jeudi les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

En une semaine, 6 nouveaux décès et 275 nouveaux cas ont été recensés selon les critères établis par les autorités sanitaires. La moitié des nouveaux malades correspondait à des cas anciens qui n'avaient pas été reconnus comme tels, et l'autre moitié à des personnes ayant été hospitalisées ces deux dernières semaines, alors que l'alarme est sonnée depuis le mois d'août.

Malheureusement, l'épidémie [...] continue à un rythme rapide, a déclaré Anne Schuchat, haute responsable des CDC, lors d'une conférence téléphonique avec la presse. Nous n'observons pas de baisse dans l'occurrence de nouveaux cas.

C'est dans le contexte de cette épidémie mystérieuse que plusieurs États et villes ont décidé d'interdire soit la totalité des cigarettes électroniques (Massachusetts, San Francisco...), soit les vapoteuses aromatisées à autre chose que du tabac (menthe, menthol, fruits...).

Le motif donné pour les interdictions est la protection des jeunes. Le quart des finissants à l'école secondaire ont déclaré cette année avoir vapoté dans le mois précédent, selon une enquête publiée en septembre dans le New England Journal of Medicine, par rapport à 11 % en 2017.

Huit malades sur 10 (78 %) pour lesquels des informations sont disponibles ont indiqué avoir consommé des recharges de vapoteuses au THC, l'agent psychoactif du cannabis.

Le marché noir nous préoccupe beaucoup, a dit Anne Schuchat.

Par précaution, et faute de comprendre ce qui provoque les maladies, les autorités déconseillent officiellement le vapotage, surtout s'il s'agit de produits au cannabis et achetés à des revendeurs.

L’enquête piétine

Plus de 400 échantillons sont dans les mains du Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA), qui les analyse dans l'espoir de trouver l'ingrédient ou les ingrédients susceptibles d'avoir causé les lésions pulmonaires, parmi les nombreux additifs, solvants, huiles et arômes ajoutés dans les liquides des cigarettes électroniques pour couper le cannabis ou la nicotine.

Les échantillons que nous analysons donnent des résultats différents et aucune substance unique n'a été identifiée, a dit Judy McMeekin, de la FDA.

À ce stade de l'enquête, nous devons garder l'esprit ouvert et admettre que les sources dans une partie du pays ne sont pas forcément les mêmes qu'ailleurs, a expliqué Anne Schuchat.

L'analyse des lésions pulmonaires ne donne d'ailleurs pas des résultats similaires selon les régions. Une étude de 17 patients par des médecins du réseau hospitalier Mayo Clinic, publiée mercredi, a mis en évidence des lésions similaires à ce qu'une exposition à des gaz toxiques produit sur les poumons, comme des brûlures chimiques.

Une autre étude de cinq patients en Caroline du Nord a montré à l'inverse des lésions de type pneumonie lipidique, quand des huiles pénètrent les poumons.

Nous avons l'impression qu'il y a beaucoup de choses mauvaises dans les produits de vapotage et de cigarette électronique, il est possible que différentes choses abîment les poumons de façons différentes, a ajouté la responsable des CDC.

L'âge médian des personnes décédées est de 49 ans et demi, a dit Anne Schuchat, mais 80 % des malades ont moins de 35 ans. Et 16 % ont moins de 18 ans.

Santé publique

International