•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec célèbre avec les Raptors au Peps

Deux joueurs sur un terrain de basketball.

Serge Ibaka contourne Dewan Hernandez lors d'un match intraéquipe des Raptors de Toronto, à Québec, le 3 octobre 2019.

Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ce n’était qu’un match intraéquipe pour les Raptors, mais l’ambiance suggérait plutôt un rendez-vous important. Les amateurs de Québec ont fait la fête avec les champions de la NBA avant leur retour à Toronto, jeudi soir, au Peps de l’Université Laval.

C’était de loin le meilleur match intraéquipe des sept ans que j’ai été avec les Raptors, a lancé sans détour l’entraîneur-chef Nick Nurse après la rencontre, renversé par l’énergie de la foule. Les joueurs ont poussé jusqu’à la fin, alors que normalement ça devient un peu dur durant ce genre de match.

En l’absence de Kyle Lowry et de Marc Gasol, qui ne prenaient pas part au match, une équipe menée par les vétérans Paskal Siakam, Serge Ibaka et Fred VanVleet n’ont fait qu’une bouchée de leurs plus jeunes coéquipiers.

Mais le résultat du match importait peu. Dans un amphithéâtre-gymnase du Peps rempli à pleine capacité, les 3336 spectateurs avaient l’air de vivre un moment spécial avec leur équipe favorite. La bruyante foule était principalement composée de partisans de la région de Québec, mais certains arrivaient d’aussi loin que la Nouvelle-Écosse.

On vendait même des chandails des Raptors marqués de la date du match à Québec et portant l’inscription J’y étais.

L'on voit le logo de l'Université Laval derrière lui

Pascal Siakam lors du camp d'entraînement des Raptors à Québec, à l'Université Laval

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Siakam surpris, mais pas Boucher

L’un des meneurs de l’équipe, Pascal Siakam était lui aussi étonné de l’engouement des partisans. Je ne m’attendais pas à voir autant de gens et l’ambiance était très bien. Ça fait plaisir à toute l’équipe.

Le Camerounais n’a pu que constater que la formation de la Ville Reine fait bel et bien vibrer tout un pays. On le dit tout le temps, mais de venir comme ça, au Québec, ça le prouve. C’est tout un pays qui nous soutient. C’est toute une nation, a-t-il noté, se réjouissant d’avoir retrouvé une terre francophone pour quelques jours.

Le seul qui ne semblait pas surpris de l’ambiance au Peps, finalement, était le seul Québécois de l’équipe, Chris Boucher. C’était la même chose à Montréal. Les gens aiment le basket au Québec, a lancé le centre de 26 ans après la rencontre où famille et amis s’étaient massés dans les gradins. Si on pouvait avoir une équipe de la NBA à Montréal, j’aimerais ça. Les gens supportent le basket de tout leur cœur.

Un peu déçu de la performance de son équipe, la fierté de Montréal-Nord s’est tout de même donné une bonne note pour son jeu individuel, jeudi soir. Quelque-uns de ses dunks ont fait bondir la foule et l’entraîneur Nick Nurse a eu des bons mots sur sa semaine d’entraînement.

Nick Nurse déjà prêt à revenir

L’entraîneur-chef des Raptors, qui s’avouait enthousiaste de visiter Québec, n’a certainement pas été déçu.

« Québec a été incroyable. C’était un décor différent et magnifique. Les installations ici à Laval sont superbes et c’était calme, en un sens, pour nous. »

— Une citation de  Nick Nurse, entraîneur-chef des Raptors de Toronto

C’est que les imposants joueurs des Raptors ont pu se balader à Québec à leur aise, cette semaine, sans être constamment sollicités. Les gars pouvaient s’occuper de leurs affaires. Avec l’année qu’on vient d’avoir, c’était vraiment bien.

Donnant un A+ sur toute la ligne à ce camp d'entraînement de cinq jours à Québec, Nurse n’a pas hésité lorsqu’on lui a demandé si l’équipe allait considérer revenir dans la Vieille Capitale, comme le souhaite ouvertement le Rouge et Or.

« 100 % », a-t-il lancé avant de partir attraper un vol nolisé vers Toronto, où l’équipe ne se posera que peu de temps avant de quitter vers le Japon pour deux matchs présaison, la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !