•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mode de scrutin : le PLQ pourrait brouiller les cartes

Des boîtes de vote dans un local.

Les libéraux proposent un mode de scrutin préférentiel.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Martine Biron

Alors que le gouvernement de François Legault vient de déposer son projet de scrutin proportionnel, les libéraux ouvrent un nouveau front et proposent un mode de scrutin préférentiel.

Dans un document interne d’une quinzaine de pages dont Radio-Canada a obtenu copie, un comité de militants influents du Parti libéral du Québec (PLQ) a soumis au caucus des députés une contre-proposition au projet de scrutin proportionnel mixte compensatoire mis de l’avant par la CAQ.

Les libéraux estiment que le projet caquiste créera de l’instabilité politique, car il aura tendance à produire des gouvernements minoritaires. Ils constatent aussi que le redécoupage de la carte électorale, qui est toujours compliqué, sera un enjeu de taille, puisqu’il est prévu que les circonscriptions soient plus grandes.

La question de la taille de la circonscription est intimement liée à la capacité de l’élu à bien représenter tous ses commettants tout en garantissant une proximité et une facilité d’accès aux citoyens qui désirent rencontrer leur député.

Extrait du document

Le système, selon les militants libéraux, produira deux types de députés et donc des régions moins bien représentées.

Le comité libéral, dirigé par le jeune militant Yu Cai Tian, propose donc un tout autre système : le scrutin préférentiel. Il a d’ailleurs fait une présentation il y a quelques semaines devant le caucus des députés.

Ce mode de scrutin prévoit que les électeurs classent en ordre de préférence les candidats sur leur bulletin de vote. Si aucun candidat d’une circonscription ne réussit à obtenir une majorité absolue, le candidat qui termine en dernier est éliminé et ses votes de second choix sont redistribués à ceux qui restent, jusqu’à ce qu’un candidat obtienne 50 % plus une des voix.

Ce système, lit-on dans le document, est utilisé depuis longtemps en Australie et en Irlande et il est bien connu des électeurs. Les chefs de plusieurs partis politiques au pays, dont ceux du PLQ et du Parti québécois, sont d’ailleurs élus avec un système préférentiel.

Accueil tiède du caucus

On ne peut pas dire que la proposition du parti a suscité l’engouement du caucus des députés, qui ont discuté du projet lors de la rencontre hebdomadaire de mercredi dernier. Leur principale critique : il est très difficile de faire des simulations de ce que donnerait un scrutin préférentiel.

Selon nos sources, appuyer un projet sans connaître les risques serait périlleux. Si le projet n’a pas été écarté, quelques députés ont fait valoir que le fonctionnement du mode de scrutin préférentiel n’est pas simple à comprendre, tout comme la réforme proportionnelle proposée.

N’empêche, le projet a été salué par plusieurs députés, dont le responsable de la réforme du mode de scrutin, Marc Tanguay, qui constatent que les militants libéraux, malgré la défaite, sont toujours « actifs et engagés ».

Les militants libéraux pourraient d’ailleurs être appelés à se prononcer sur le projet au congrès du parti, à Sherbrooke, à la fin du mois de novembre.

Politique provinciale

Politique