•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bergerie totalement alimentée aux énergies renouvelables

Des panneaux solaire et une éolienne, à l'extérieure de la bergerie

Des panneaux solaires et une éolienne fournissent l'énergie à la Bergerie du Faubourg.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une bergerie de Saint-Narcisse-de-Rimouski est maintenant alimentée à 100 % par des énergies renouvelables.

Un système simple, conçu à Rimouski, remplace désormais la génératrice au diesel de la ferme.

En cas de panne d'électricité, la ferme ovine a désormais recours à l'énergie éolienne et solaire plutôt qu'à une génératrice au diesel pour fonctionner.

Dominique Brisson a été convaincue par ses filles, maintenant copropriétaires de la bergerie, de prendre le virage vert.

Les deux nouvelles propriétaires, Marie-Pierre et Virginie, elles ont 30 ans. Elles ont dit : "Pourquoi pas maman, c'est l'avenir".

Une citation de :Dominique Brisson, copropriétaire de la Bergerie du Faubourg
Elle accorde une entrevue à l'intérieur de la bergerie.

Dominique Brisson s'est laissée convaincre par ses filles d'investir pour alimenter la bergerie aux énergies renouvelables.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Des panneaux solaires et une éolienne ont pris place aux côtés du bâtiment moderne de la bergerie qui compte 280 animaux.

En cas de panne d'électricité, l'installation permet aux robots de la ferme de continuer leur travail.

Aujourd'hui, au Québec, les fermes sont de plus en plus automatisées, même pour l'élevage du mouton, note Jean-Louis Chaumel, vice-président d'Audace Technologies. En cas de pannes de courant, c'est très dangereux. Il faut absolument que tous les systèmes continuent à fonctionner.

Il accorde une entrevue près des panneaux solaires.

Le vice-président d'Audace Technologies, Jean-Louis Chaumel.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Le coût de l'installation est d’environ 15 000 $, ce qui équivaut à l'achat d'une génératrice au diesel, selon Jean-Louis Chaumel.

De plus, le système est simple à installer pour les agriculteurs.

Il est même possible de déplacer les panneaux solaires et l'éolienne à l'aide d'un tracteur.

Le support en bois peut aussi être fabriqué par n'importe quel agriculteur.

Plusieurs batteries sont regroupées dans cette salle.

L'énergie solaire et éolienne est emmagasinée dans des batteries situées dans la salle de contrôle des robots.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Audace Technologies souhaite exporter son produit. L'entreprise a d'ailleurs des visées sur le continent africain.

Pour des petites fermes, des maisons, c'est ce genre de projets qui vont permettre de développer et permettre aux gens d'avoir accès à l'électricité, illustre Ntikala Bompola, chargé d’affaires pour le secteur de l’Afrique chez Audace Technologies.

Il accorde une entrevue près de l'éolienne et des panneaux solaires.

Le chargé d’affaires pour le secteur de l’Afrique chez Audace Technologies, Ntikala Bompola.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Dominique Brisson espère convaincre d'autres agriculteurs d'emboîter le pas vers les énergies renouvelables.

C'est sûr que plus il va y avoir des gens qui vont être intéressés, qui vont les installer, plus que la technologie va être rapide et les coûts aussi vont baisser, estime Dominique Brisson. Ça va probablement être accessible à tous dans un assez proche avenir.

Un robot dépose des portions devant eux.

Des moutons s'alimentent.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Une formation sera organisée le 14 novembre sur la ferme pour les agriculteurs de la région qui ont recours à l'automatisation pour les aider à prendre soin de leurs animaux.

D’après le reportage d’Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !