•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jon Gerrard expulsé de la Chambre parce qu'il refuse de s'excuser

Jon Gerrard au micro.

Jon Gerrard est le député de River Heights à la législature manitobaine.

Photo : CBC

Radio-Canada

Le député libéral de River Heights, Jon Gerrard, a été expulsé de la Chambre jeudi après-midi, parce qu’il a refusé de s’excuser après s’être emporté au sujet de la façon dont le gouvernement traite les personnes âgées.

La présidente de la Chambre, Myrna Driedger, lui a demandé à trois reprises de s’excuser, ce que Jon Gerrard a refusé de faire chaque fois.

La présidente lui a alors demandé de quitter la Chambre pour le reste de la journée.

Jon Gerrard avait auparavant interrogé le gouvernement sur le traitement des personnes âgées dans les foyers de soins personnels. Il a mentionné que des gens sentaient qu’on les laissait mourir dans ces endroits.

Quand le ministre de la Santé, Cameron Friesen, a répliqué que ces commentaires étaient insultants, Jon Gerrard s’est fâché et s’est écrié, en pointant le ministre : C’est vous qui devriez vous excuser, monsieur!

Dans une déclaration écrite, le chef du Parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, explique que l’expulsion du député constitue pour lui une première en 20 ans de carrière.

Selon Dougald Lamont, Jon Gerrard posait ces questions au nom de Dolores Minkus-Holley. Cette dernière avait contacté tous les partis et les libéraux sont les seuls qui ont répondu, précise le chef libéral.

Jon a demandé pourquoi les foyers de soins personnels sont en manque chronique d’effectifs, et pourquoi ces derniers ne sont pas suffisamment formés. Quand le ministre de la Santé lui a dit qu’il insultait le personnel – des employés sous-financés par le gouvernement Pallister –, Jon a crié que le ministre devrait présenter ses excuses, raconte Dougald Lamont.

Tout cela pour s’être tenu debout pour les aînés et avoir demandé qu’ils soient traités avec dignité, conclut le chef libéral.

Manitoba

Politique provinciale