•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection fédérale : la voix des organismes francophones de la C.-B.

Une vingtaine de personnes posent pour une photo de groupe.

John Aldag, candidat pour la circonscription fédérale de Cloverdale-Langley City, a reçu le premier prix Kermode de la FFCB, le 1er octobre. Ce prix reconnaît les alliés politiques de la francophonie dans la province.

Photo : Fédération des francophones de la Colombie-Britannique

Saïda Ouchaou

Les leaders de la communauté francophone de la Colombie-Britannique se mobilisent pour faire entendre leurs préoccupations durant la campagne électorale.

Le secteur des arts et de la culture, les droits des femmes, l’économie, ou encore les activités communautaires, dans de nombreux domaines le financement fédéral octroyé aux organismes de la francophonie est crucial pour l’offre de services et d’activités que les membres de la communauté reçoivent.

Sachant qu’au lendemain de l’élection du 21 octobre prochain le paysage politique au gouvernement fédéral pourrait changer, les différents acteurs communautaires s’alignent avec leurs organismes porte-parole pour sensibiliser les candidats aux questions qui les concernent.

Une plus grande mobilité

Le Conseil culturel et artistique francophone de la Colombie-Britannique (CCAFCB) se joint au mouvement national des arts et de la culture pour demander aux partis politiques durant cette campagne de s’engager à mettre en place un plan national d’action pour la culture. Une lettre ouverte sera publiée le samedi 5 octobre dans les médias.

Pour le directeur, Jean-François Packwood, la hausse observée ces quatre dernières années dans les enveloppes budgétaires du Conseil des arts du Canada et à Patrimoine canadien pour les langues officielles a permis à l’organisme et à ses 13 membres de consolider leurs activités et de réaliser d’autres projets pour les francophones.

On a pu, par exemple, faire de l’accompagnement d’artistes visuels pour leur permettre de faire du développement de marché.

Jean-François Packwood, directeur général, CCAFCB

Il souligne que l’augmentation des plafonds de financement accordés pour le déplacement dans les dépenses a un impact sur la mobilité des artistes.

Le CCAFCB organise, entre autres, des formations et des rencontres ouvertes à ses membres, où qu’ils soient dans la province. Grâce à la bonification des coûts admissibles, plus de monde peut en bénéficier.

Des acquis pour les femmes

Une trentaine de femmes posent pour une photo de groupe dehors au soleil.

Des femmes francophones de toute la province ont participé au congrès-aga de RFCB en juin dernier, à Bowen Island.

Photo : Réseau-Femmes Colombie-Britannique

Il y a quelques mois, Réseau-Femmes Colombie-Britannique a obtenu un financement de près de 1 million de dollars sur cinq ans de l’Agence de santé publique du Canada pour son programme « Jeunes leaders des relations saines ». « C’est un financement exceptionnel pour un organisme à but non lucratif en situation minoritaire », explique la directrice générale, Maryse Beaujeau Weppenaar.

La prise en compte par le gouvernement fédéral de l’importance des actions menées par des organismes comme le sien doit se poursuivre, ajoute-t-elle.

Avant, quand on déposait une demande de financement, le fait qu’on soit une minorité linguistique, ce n’était pas un argument, on n’existait pas. C’était la quantité, pas la qualité qui comptait.

Maryse Beaujeau Weppenaar, directrice générale, RFCB

RFCB profite de la campagne pour sensibiliser les candidats des différents partis à l’élection fédérale des questions qui comptent pour les femmes francophones.

Des personnes à des tables présentent leurs produits et leurs services.

La SDECB a organisé le 22 septembre, le premier Okanagan Market, qui rassemblait des entrepreneurs bilingues ou offrant un service en français à la population locale de la région de Thompson Okanagan.

Photo : Société de développement économique de la C.-B.

La Société de développement économique de la province diffuse pour sa part la pétition citoyenne lancée par son organisme porte-parole le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDEE Canada). Une charte de cinq engagements, qui comprend l’intégration économique des immigrants francophones ou des pôles touristiques francophones, a été élaborée comme message aux partis politiques.

Des efforts constants pour la communauté 

L’enveloppe budgétaire de Patrimoine canadien pour les langues officielles a connu une hausse, en 2018, de 20 % accordé aux organismes de la Colombie-Britannique pour leur fonctionnement.

Ça faisait 14 ans qu’on n’avait pas eu de hausse du financement dans le Plan d’action sur les langues officielles. Ces 20 % de plus ne sont pas suffisants pour combler toutes les années de stagnation.

Padminee Chundunsing, présidente, Fédération des francophones de la Colombie-Britannique

Parmi les attentes à l'égard du prochain gouvernement fédéral, la FFCB souhaite la modernisation de la Loi sur les langues officielles. « On peut faire des plaintes, indique son directeur général, Louis Moubarak, mais quand il n’y a pas par exemple de tribunal administratif pour renforcer cette loi au Canada, ça ne nous aide pas du tout. »

La FFCB organise une rencontre le 17 octobre pour expliquer aux nouveaux citoyens canadiens, le mode de scrutin et les enjeux importants pour la communauté francophone. La session est ouverte à tous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Associations francophones