•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 25 ans avait lieu la tragédie de l'Ordre du temple solaire

Plusieurs corps sont au sol et recouverts de draps blancs.

Des victimes de l'Ordre du Temple solaire reposent devant le repère de la secte à Fribourg, en Suisse, le 5 octobre 1994.

Photo : Getty Images / AFP / Damien Meyer

Éric Plouffe

25 ans se sont écoulés depuis les premiers meurtres et suicides au sein de la secte de l'Ordre du temple solaire au Québec, en Suisse et en France. De l'automne 1994 jusqu'au printemps 1997, 74 personnes liées à la secte sont mortes dans des circonstances troublantes.

Fin septembre 1994, cinq cadavres sont découverts dans un chalet à Morin-Heights, au Québec, à la suite d'un incendie criminel. Quelques jours plus tard, ce sont 48 personnes qui sont retrouvées mortes dans deux résidences en Suisse.

Les victimes ont toutes un point en commun : elles sont liées à la secte de l'Ordre du temple solaire (OTS) qui regroupe en tout 600 adeptes.

Un peu plus d'un an plus tard, le 16 décembre 1995, les cadavres disposés en cercles et calcinés de 13 adultes et trois enfants toujours liés à la secte sont découverts dans une clairière isolée dans le Vercors, en France.

Puis en 1997, encore une fois au Québec, cinq membres de l'OTS sont retrouvés morts dans une maison de Saint-Casimir-de-Portneuf.

On réalise que c'était une grande erreur de ne pas avoir détecté à temps toutes ces choses-là.

Paul-André Auclair, ex-membre de l'OTS

L'homme a évidemment été profondément marqué par les événements et tient à mettre en garde la population contre les marchands de rêves semblables à ceux qui l'ont convaincu d'adhérer au mouvement.

Ceux qui ont créé le mouvement avaient pensé à leur affaire pour en profiter. Ça a été beaucoup plus une affaire commerciale pour eux que d'amener tout ce qu'ils nous mettaient comme principe de vie.

Paul-André Auclair

Pour le sociologue des religions et coordonnateur du Centre de ressources et d'observation de l'innovation religieuse Alain Bouchard, la tragédie de l'OTS a modifié la perception générale de la religion au Québec.

Alors là, tout à coup, pour les gens, il y a des gens qui pouvaient mourir pour leurs convictions religieuses. Et ça, je pense, c'est ce qui a changé en termes de perception.

Alain Bouchard

Mais rien n'empêcherait, 25 ans plus tard, la répétition d'un drame et l'émergence de groupes semblables. Souvent le phénomène religieux, il est comme l'amour: lorsque quelqu'un a un coup de foudre, il n'y a plus rien d'autre qui compte et les gens perdent un peu leur sens critique, ajoute le sociologue des religions.

L'ex-adepte Paul-André Auclair espère que le drame de l'OTS restera ancré dans la mémoire collective pour éviter qu'il ne se répète un jour.

Aujourd'hui pour beaucoup de gens, il n'y a qu'une chose qui compte, c'est l'argent. Le reste, les humains [...] ne valent plus grand-chose [...] j'espère que ça n'arrivera plus...

Paul-André Auclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Croyances et religions

Société