•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès inégal à l'échographie de dépistage de la trisomie au Québec

Une femme enceinte durant une échographie

Une femme enceinte durant une échographie

Photo : iStock

Fanny Samson

De plus en plus de femmes enceintes veulent avoir accès au test de clarté nucale, qui permet de dépister des anomalies comme la trisomie 21. Le gouvernement l'offre gratuitement, mais le réseau de la santé ne possède pas les mêmes ressources d'une région à l'autre. Dans l'est de la province, des professionnelles soulèvent des inquiétudes.

Depuis le début des années 2000, le programme québécois de dépistage prénatal de la trisomie 21 est déployé dans la province. Il comprend deux prises de sang et l'échographie de la clarté nucale. La fiabilité de ces tests est de 85 %.

Ce test doit être effectué entre la 11e et la 13e semaine de grossesse. Toutefois, l'échographie habituelle ne suffit pas. L'échographie pour la clarté nucale doit être dispensée par un professionnel de la santé formé.

On va aller prendre une mesure du pli nucal chez le bébé et avec cette mesure et certaines autres caractéristiques, on va aller déterminer s'il y a un risque potentiel d'une trisomie ou certaines autres anomalies, explique Alexandra Brousseau, infirmière à la clinique privée Prenato de Québec.

La clarté nucale

Il s'agit d'un espace entre la peau et la colonne cervicale, située au niveau de la nuque du bébé. Si cet espace est plus grand que la normale, la probabilité que le bébé ait la trisomie 21 est plus élevée.

La probabilité augmente avec l’âge de la femme enceinte : 1 cas sur 384 à 35 ans et 1 cas sur 112 à 40 ans, selon la littérature scientifique utilisée au Québec.

Source : programme québécois de dépistage prénatal de la trisomie 21

Certaines femmes enceintes qui habitent dans l'est de la province ont récemment dénoncé sur les réseaux sociaux le manque d'accès à ce test, qui se veut rassurant pour les futures mamans.

Le nombre de professionnels de la santé qui effectue cette échographie-là actuellement dans la région de Québec n'est pas suffisant pour répondre à la demande.

Alexandra Brousseau, infirmière à la clinique privée Prenato à Québec

Accès inégal à l'échographie de dépistage de la trisomie au Québec

Moins d'opérateurs échographistes dans l'est

Dans la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, une femme suivie au Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL) ou à l'Hôpital de Montmagny aura accès à l'échographie de clarté nucale.

Si elle est suivie ailleurs, elle devra se tourner vers les trois centres d'imagerie médicale Clinix.

Alexandra Brousseau, infirmière à la clinique Prenato

Alexandra Brousseau, infirmière à la clinique Prenato

Photo : Radio-Canada

On a au minimum 8000 patientes qui vont accoucher dans la Capitale-Nationale [par année]. Dans Chaudière-Appalaches, c'est minimum 4000 femmes, et on doit desservir aussi le Saguenay–Lac-Saint-Jean qui n'offre pas non plus la clarté nucale, affirme Mme Brousseau.

Normalement, les femmes peuvent aussi se tourner vers le privé où elles devront payer environ 150 $. Or, les deux seules cliniques qui offrent ce service, Procrea et Prenato, ne le font plus, faute de personnel.

Il y a des mamans qui vont même se déplacer dans nos cliniques de la région de Montréal pour avoir accès plus facilement à une échographie de clarté nucale.

Alexandra Brousseau, infirmière à la clinique privée Prenato à Québec

Certaines régions comme Montréal, Laval, les Laurentides et la Montérégie détiennent un bon nombre d'opérateurs échographistes formés, selon un document de l'Association des omnipraticiens en périnatalité du Québec.

Une grande iniquité

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francœur, a participé à l'élaboration du programme québécois de dépistage prénatal de la trisomie 21.

On nous disait qu'on n'était pas capable de garantir l'accès à l'échographie. Le dépistage par la clarté nucale, ce n'est pas une échographie standard, ça prend une formation où l'on doit vraiment s'assurer qu'on fait toujours les bonnes mesures, souligne celle qui est aussi médecin au Département d'obstétrique-gynécologie du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur

Photo : Radio-Canada

Elle dénonce une grande iniquité, non seulement pour le manque d’accessibilité, mais aussi parce que le test n'est pas couvert par le régime public s'il est effectué dans le privé.

Dépendamment de notre code postal ou de l'hôpital où l'on sera suivi, soit on va avoir la [meilleure technologie] ou on va avoir une technologie minimale, [ce] qui fait en sorte que les gens n'auront pas accès aux mêmes programmes de dépistage.

Diane Francœur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec

Non seulement ça ne me surprend pas, mais ça me désole. Ça fait bientôt 15, 20 ans qu'on a accepté que la clarté nucale était une mesure standardisée qui devait être offerte aux femmes , déplore la Dre Francœur.

Lorsque les femmes sont inquiètes, l'infirmière Alexandra Brousseau tente de les rassurer. On leur dit [...] que la mesure de la clarté nucale demeure quand même optionnelle au dépistage, souligne-t-elle.

L'accès à un autre test, celui d'ADN fœtal, pourrait améliorer la situation. Le ministère de la Santé affirme que des travaux sont en cours pour l'ajouter au programme.

Présentement, ce test est offert dans les cliniques privées et coûte environ 500 dollars.

Québec

Grossesse