•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétudes face à une usine qui pourrait ne jamais voir le jour

Un homme qui alimente une fournaise.

Selon la Ville de Sault-Sainte-Marie, la construction d’une usine de ferrochrome n’est pas coulée dans le béton et il faudra des années avant de voir le projet aboutir.

Photo : CBC

Caroline Bourdua

Sault-Sainte-Marie et sa Société de développement économique veulent apaiser les inquiétudes entourant la construction probable d’une usine de ferrochrome.

Depuis la signature d’un protocole entre la minière Noront avec l’aciérie Algoma Steel et la firme d’ingénierie Hatch le 20 septembre, plusieurs citoyens et groupes de pression ont appelé à l’hôtel de ville ou leurs élus municipaux.

Il y a eu une assemblée communautaire samedi dernier, des gens s’inquiètent dans les réseaux sociaux, le téléphone sonne beaucoup, constate Tom Vair, le directeur adjoint au développement communautaire et service aux entreprises.

Parmi les commentaires recueillis, plusieurs croient que le projet est « coulé dans le ciment ».

Il n’y a rien de plus faux, dit-il. Ce protocole d’entente ne supplantera pas les consultations communautaires ni celles avec les Premières Nations et il n’aura pas préséance sur tout le processus des évaluations environnementales.

La Ville indique aussi que les ententes ne garantissent pas qu’il y aurait construction d’une usine de ferrochrome.

Tout le processus ne doit pas être interprété comme une approbation finale.

Tom Vair, directeur adjoint au développement communautaire et service aux entreprises de Sault-Sainte-Marie

Plusieurs étapes à franchir

Selon la Ville et la Société de développement économique de Sault-Sainte-Marie, Noront doit encore passer à travers plusieurs étapes, dont la négociation d’une entente commerciale, avec Algoma Steel, en plus de retenir les services d’une firme d’ingénieurs pour la réalisation des plans et devis de construction.

Autres étapes :

  • Études d’impact environnemental provinciale et fédérale
  • Obtention de permis
  • Consultation publique

Par ailleurs, les autorités municipales ont clairement indiqué à Noront qu’elles n’appuieraient pas la construction d’une usine de ferrochrome sur les terrains d’Algoma Steel, s’il y a de bonnes raisons de croire qu’il y aurait un impact sur la santé et la sécurité des résidents de Sault-Sainte-Marie.

Et c’est là notre défi, dit M. Vair. Les technologies risquent d’évoluer énormément d’ici les prochaines années. Et l’on ne pourra pas se fier uniquement aux études d’il y a 30 ou 40 ans.

Usine au loin sur le rivage avec eau en avant-plan.

Sault-Sainte-Marie a été choisi comme site par Noront en raison de sa situation géographique favorable, étant limitrophe aux États-Unis par les Grands Lacs.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

Pas avant au moins 2028

L’usine de ferrochrome est le deuxième projet proposé dans le cadre du développement du Cercle de feu.

M. Vair explique qu’il reste encore à compléter :

  • Évaluation environnementale de la route menant au Cercle de feu
  • Construction de la route
  • Évaluation environnement pour le projet de mine de nickel Eagle’s Nest (premier site minier du Cercle de feu)
  • Construction de la mine Eagle’s Nest
  • Mise en exploitation de la mine de chromite
Un autocollant sur une voiture dans la noirceur.

Cette photo peut-être vue sur les réseaux sociaux qui invite les résidents à apposer cet autocollant sur leur voiture pour dire non à une future usine de ferrochrome.

Photo : Facebook/No Ferrochrome Plant Sault Ste.Marie

D’importantes retombées

La construction de l’usine de ferrochrome créerait des centaines d’emplois, sans compter le travail permanent qui attendrait entre 300 et 500 travailleurs, une fois sa mise en marche.

Le 23 octobre, Noront tiendra une première rencontre publique, afin d’expliquer le projet et tenter de dissiper les malentendus.

La minière s’attend à ce qu’il s’écoule au moins cinq ans, avant d’obtenir tous les permis et les autorisations nécessaires à l’aboutissement de l’usine à Sault-Sainte-Marie.

Pollution

Environnement