•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chez les Hammond, le goût pour la sculpture se transmet de génération en génération

Karen Watson dans sa cour à Moose Jaw une tronçonneuse à la main.

Karen Watson aime façonner le bois à l'aide de sa tronçonneuse.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Nicole Lavergne-Smith

Quand Karen Watson, une aide-enseignante à Moose Jaw, démarre sa tronçonneuse, ce n’est pas pour couper des arbres mais pour exprimer sa créativité artistique. Et ça la transporte dans un autre univers.

Quand elle sculpte, elle est ailleurs. Il y a tant à penser et à s’émerveiller, explique-t-elle.

Un aigle sculpté en bois avec le soleil à la gauche qui apparait entre les arbres.

Les passants de la rue Grandville Ouest à Moose Jaw peuvent voir un aigle qu'a sculpté Karen Watson.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

C’est son père, François Hammond, qui l'a initiée à la sculpture. Depuis longtemps, il rêvait de façonner un Jésus en bois dans le cimetière de Frenchville, un village francophone, dans sud-ouest de la province aujourd'hui abonné. Il a sollicité sa fille et ils l'ont fait à deux.

Une sculpture de Jésus sur une croix en bois.

Ce Jésus en bois dans le cimetière de Frenchville est l'oeuvre de François Hammond et de sa fille, Karen Watson.

Photo : Karen Watson

Karen l'a commencée; François l'a terminée. Celui-ci ne voulait pas attirer l’attention. Il a donc installé son Jésus dans le cimetière au milieu de la nuit. Mais, les gens du coin n'ont pas mis longtemps avant de comprendre qui en étaient à l'origine.

Karen Watson avec un mur en brique et des raquettes derrière elle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Karen Watson chez elle à Moose Jaw

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

L’expérience a plu à Karen et lui a donné envie de continuer à sculpter. Ce qu'elle a eu l'occasion de faire très rapidement après. Des amis à elle ne savaient pas quoi faire d'un tronc d'arbre dans leur cour. Karen leur a proposé de s'en occuper. C’est comme ça qu’elle a complété son premier projet seule : un paon que l'on peut observer en bordure de la 1ère Avenue nord-ouest à Moose Jaw.

Une sculpture représentant la tête d'un paon.

Une sculpture de Karen Watson est visible sur la 1ère Avenue nord-ouest à Moose Jaw. Il s'agit d'un paon.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Un projet a mené à un autre et elle a complété cinq sculptures en trois ans. Karen a le sentiment de réaliser un rêve et de cultiver un don qui n'est pas le sien, mais plutôt celui de sa famille.

Une sculpture d’une éléphante avec son éléphanteau.

Quand elle était plus jeune, Karen Watson a commencé cette sculpture. Son oncle, Maurille Hammond, l’a terminée et lui a offerte en guise de cadeau de mariage.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Son oncle, Maurille Hammond, est un sculpteur bien connu à Shaunavon, au sud-ouest de Swift Current. Dès son plus jeune âge, il a commencé à sculpter le bois. Quand Karen était petite, elle lui rendait souvent visite et passait son temps à admirer ses créations dans son atelier.

Maurille Hammond assis devant un morceau de bois.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Maurille Hammond dans son atelier à Shaunavon

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Je suis venu au monde sur une ferme et on avait gros du bois. Je faisais toute sorte de choses avec un couteau de poche, se souvient Maurille.

À 19 ans, il a quitté sa terre natale et s’est installé en Saskatchewan où il a épousé Alice Lemire, une femme de Val Marie. Cela fait 55 ans qu'il vit à Shaunavon.

Sculpture de la main de Jésus avec un trou.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sculpture de Maurille Hammond dans sa galerie à Shaunavon

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Il s'est vraiment consacré à la sculpture quand ses enfants ont grandi. Il s'est aménagé une galerie dans sa cour à l'intérieur de laquelle on trouve un peu de tout. Sa collection comporte surtout des représentations d’animaux et de symboles religieux.

Des chevaux tirent un traineau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chevaux sculptés par Maurille Hammond

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Récemment, il a remis en état la statue de l’église de Ponteix, La Piéta.

Une statue de Marie avec Jésus, mort, dans ses bras. Sa douleur est gravée sur son visage.

Maurille Hammond a remis à neuf, La Piéta, une statue qui date du 15e siècle.

Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne Smith

Maurille Hammond est impressionné par ce que Karen a accompli. Elle a toujours aimé dessiner. À part ça, elle est meilleure que moi! L'amour pour la sculpture, les Hammond l'ont dans le sang. Reste à savoir quel prochain descendant reprendra le flambeau.

Saskatchewan

Sports et loisirs