•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vincent Simard témoigne à son procès

Vincent Simard au palais de justice de Drummondville.

Vincent Simard au palais de justice de Drummondville (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Accusé d’agressions et de contacts sexuels envers deux mineurs, le docteur Vincent Simard est de retour en cour à Drummondville ce jeudi.

Les faits qui lui sont reprochés se seraient déroulés à Drummondville entre décembre 2014 et juillet 2017.

Le médecin, dans la mi-trentaine, a été appelé à la barre par son avocat. Me Marc-Antoine Carette lui a, d'entrée de jeu, demandé s’il avait une déclaration à faire en lien avec les accusations auxquelles il fait face.

Vincent Simard a aussitôt rejeté du revers de la main les faits qui lui sont reprochés. Il a juré qu’il se considérait comme un grand frère avec les deux présumées victimes.

Selon le médecin, les témoignages entendus plus tôt dans son procès ont été très difficiles à entendre et à vivre. Dr Simard a, par ailleurs, avoué être homosexuel, mais ne jamais avoir eu d’attirance pour les enfants.

Questionné par son avocat sur les cadeaux importants qu’il a offerts aux présumées victimes, dont un instrument de musique et un jeu électronique, Dr Simard a rappelé qu’il gagnait un très bon salaire et qu’il offrait régulièrement des cadeaux aux gens qu’il aime.

Quant à son comportement jaloux et colérique dépeint par les présumées victimes lors de leur témoignage, Vincent Simard a rappelé qu’il avait beaucoup de responsabilités au travail et qu’il était frustré et émotif. Selon l'accusé, un autre ami des présumées victimes était aussi de plus en plus présent et il avait l’impression de perdre de bons moments avec eux. Le médecin sentait sa place auprès de ces jeunes et de la famille de l’un d’eux menacée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Procès et poursuites