•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Menace de grève au Musée d'art contemporain de Montréal

Un homme est assis devant l’œuvre Rouge de Françoise Sullivan, au Musée d'art contemporain de Montréal.

Un homme contemple l’œuvre Rouge de Françoise Sullivan, au Musée d'art contemporain de Montréal.

Photo : Getty Images / Thierry Falise

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les professionnels du Musée d’art contemporain de Montréal (MACM) se sont prononcés à l’unanimité mercredi soir en faveur d’un mandat de grève. Les salaires et la précarité d’emploi sont au cœur du litige avec l’employeur.

Le mandat, qui comprend 10 jours de grève, sera exercé au moment jugé opportun, annonce un communiqué du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).

Les 30 professionnels du MACM, qui sont notamment des conservateurs responsables, des registraires et des adjoints aux ressources documentaires, dénoncent les propositions salariales de leur employeur, qu'ils qualifient de faméliques, et l’absence de sécurité d’emploi qui mine leur carrière.

Selon le SPGQ, il n’est pas concevable que la moitié des employés du musée n’occupent que des postes occasionnels, d’autant plus que l’employeur ne leur propose que 5,25 % d’augmentation salariale sur cinq ans alors que les hausses salariales annuelles moyennes au Québec oscillent autour de 4,9 % par an, selon les données de l'indice mensuel de l'Institut du Québec évoquées par le syndicat.

Soulignant que la majorité des employés du MACM sont des femmes, le SPGQ déplore également que ces dernières soient victimes de discrimination systémique de la part du gouvernement du Québec.

Les négociations se poursuivent malgré tout entre les parties pour tenter de trouver une entente qui conduirait au renouvellement de leur contrat de travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !