•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Bettez : Martin Prud’homme sera défendu par le Procureur général du Québec

Le directeur de la SQ, Martin Prud'homme, lors de sa comparution en commission parlementaire le jeudi 4 mai 2017.

Le directeur de la SQ, Martin Prud'homme, lors de sa comparution en commission parlementaire le jeudi 4 mai 2017. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Maude Montembeault

Alors qu’il est toujours relevé de ses fonctions pour une « allégation relative à des infractions criminelles », Martin Prud’homme bénéficiera des services du Procureur général du Québec pour sa défense contre la famille Bettez.

Jonathan Bettez et ses parents ont intenté, en août dernier, une poursuite de 10 millions de dollars contre la Sûreté du Québec, le Procureur général et des policiers chargés de l’enquête sur le meurtre de Cédrika Provencher.

Les avocats du gouvernement représenteront Martin Prud’homme, qui était l’enquêteur chargé du dossier de la disparition de Cédrika Provencher en 2007 et directeur général de la SQ en 2015 quand les ossements de la fillette ont été découverts. La loi prévoit qu’un employeur a l’obligation de défendre des employés et même d’ex-employés.

À l’époque des événements en cause, il était à l’emploi, donc ça fait partie des conditions d’avoir le soutien quand tu étais dans le cadre de tes fonctions, explique la ministre de la Justice, Sonia LeBel. Elle ajoute ne pas avoir de nouvelles informations dans ce dossier depuis la suspension.

Les policiers Katherine Guimond, Chantal Daudelin et Jean Lafrenière, eux aussi poursuivis par la famille Bettez, seront aussi représentés par les avocats du gouvernement.

Risques de représailles

Un immeuble avec le logo de la SQ.

Le siège social de la Sûreté du Québec, rue Parthenais, à Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Afin qu’ils ne soient pas exposés à des risques de représailles, les avocats du gouvernement ont fait valoir au tribunal que les renseignements personnels d’anciens dirigeants de la SQ devaient être protégés, peut-on lire dans des documents de cour.

Pour des motifs importants de sécurité, Martin Prud'homme a demandé au tribunal de remplacer son adresse personnelle inscrite dans des documents de cour par l’adresse du quartier général de la Sûreté du Québec, rue Parthenais à Montréal. La demande a été accordée.

Jonathan Bettez au palais de justice de Trois-Rivières le 9 juillet dernier.

Jonathan Bettez au palais de justice de Trois-Rivières, le 9 juillet 2018

Photo : Radio-Canada

Jonathan Bettez prétend que la conduite de la police a ruiné sa vie et celle de ses parents, mais également qu’elle aurait mené à la déconfiture de l’entreprise familiale, Emballages Bettez.

L’éventuel procès pourrait être marqué par des débats d’experts pour quantifier la valeur des pertes alléguées ainsi que le témoignage de Jonathan Bettez, qui ne s’est jamais exprimé publiquement dans cette affaire.

Mauricie et Centre du Québec

Forces de l'ordre