•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taux élevé de bactéries cet été chez Organigram à Moncton

Cinq tours de climatisation sur le toit de l'édifice

Le service des ressources humaines de l'entreprise Organigram à Moncton a informé les employés en août 2019 d'un « taux élevé de bactéries » dans des tours de refroidissement de l'usine.

Photo : CBC/Shane Magee

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le producteur de cannabis Organigram, à Moncton, a informé ses employés en août qu’elle fermait et nettoyait plusieurs tours de refroidissement dans lesquelles « un taux élevé » de bactérie avait été découvert, selon un courriel obtenu par CBC.

La direction des ressources humaines de l’entreprise a envoyé le courriel à tous les employés durant la soirée du 13 août. Le courriel ne précise pas la bactérie en cause, mais il mentionne que ministère de la Santé participe au suivi.

Le courriel a été envoyé durant la même période où les autorités sanitaires disaient que des tours de refroidissement dans l’ouest de la ville constituaient la source de l’éclosion de légionellose et qu’elles avaient été mises à l’arrêt le temps d’être désinfectées.

Les autorités provinciales n’ont jamais indiqué l’endroit exact où se trouvaient les tours de refroidissement en question.

Dans son courriel envoyé à ses employés, Organigram souligne que les résultats des tests menés au cours des 18 mois précédents étaient satisfaisants. Mais, ajoute-t-on, un taux élevé et inattendu de bactéries a été décelé dans de nouvelles tours de refroidissement.

L’auteur du courriel souligne que cet équipement était à l’extérieur du bâtiment et n’entraînait pas de conséquences pour la qualité de l’air et des produits cultivés à l’intérieur.

Seize personnes qui vivent ou travaillent dans la région de Moncton ont contracté la légionellose durant l’éclosion. Cette dernière a commencé le 1er août. Les autorités sanitaires ont déclaré qu’elle s'est terminée le 12 septembre.

Quant à savoir si les tours de refroidissement d'Organigram sont à l’origine de l’éclosion de légionellose de l'été dernier, l'entreprise ne fait aucun commentaire. Elle n’accorde habituellement pas d’entrevue au sujet de ses communications internes, affirme un de ses vice-présidents, Ray Gracewood.

La Santé publique ne fait aucun commentaire non plus, explique un porte-parole du gouvernement provincial, Bruce Macfarlane.

Le refus des autorités de confirmer la source de l’éclosion a fait réagir plusieurs personnes qui ont contracté la légionellose durant l’été.

Richard Melanson en entrevue

Richard Melanson est l'une des 16 personnes qui ont souffert de légionellose à Moncton l'été dernier et il tient à connaître la source de la contamination.

Photo : Radio-Canada / Pierre Fournier

L’un des patients, Richard Melanson, 65 ans, a passé une semaine à l’hôpital durant l'été, et il a dû cesser de travailler le temps de se remettre de la maladie.

Je veux la vérité. Je veux savoir, j’ai le droit de savoir qui m’a rendu malade, qui m’a presque tué, a-t-il lancé.

Il disait avoir peur de retourner à son lieu de travail, à un coin de rue de l’usine d’Organigram. Quiconque m’a rendu malade doit être tenu responsable de ce qui s’est passé, a-t-il ajouté.

Des tests ont confirmé que des tours de refroidissement d’une entreprise dans l’ouest de la ville constituaient la source de l’éclosion, a indiqué le médecin-hygiéniste pour l’est du Nouveau-Brunswick, le Dr Yves Léger, le 5 septembre. Il a précisé que les tours en question ont été mises à l’arrêt le 13 août pour être désinfectées.

Dr Yves Léger donne une conférence de presse.

Le Dr Yves Léger n'a jamais révélé où exactement se trouve les tours de refroidissement à la source de la contamination.

Photo : CBC

Le courriel d’Organigram envoyé à ses employés le 13 août précise que l’opération de nettoyage de ses tours de refroidissement avait commencé la nuit dernière et que des agences d’appui ont fait des tests qui confirmaient que l’équipement était sécuritaire.

Lorsqu’il a annoncé la fin de l’éclosion, le 12 septembre, le Dr Léger a expliqué qu’il ne révélait pas la source notamment parce qu’elle ne constituait plus un risque pour le public. Il disait que c’était probablement l’endroit le plus sécuritaire en ville en raison de la fréquence des vérifications.

Santé Canada renvoie la balle au provincial

Le ministère de la Santé du Canada, qui réglemente les producteurs de cannabis, renvoie toute question au ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick.

La légionellose est causée par une bactérie qui vit dans les sources naturelles d’eau, comme les étangs, et les réseaux d’eau artificiels, dont les climatiseurs et les spas.

La bactérie se propage lorsque des gouttelettes provenant de sources d'eau infectées sont inhalées. Des tours de refroidissement et des climatiseurs mal entretenus ont déjà été mis en cause dans le passé. La maladie ne se propage pas d’une personne à l’autre.

Avec des renseignements de Shane Magee, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !