•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De F-150 à dégueulasse, les mots marquants du débat des chefs

Des F-150 dans le stationnement d'un concessionnaire

Saviez-vous que le F-150 était le véhicule le plus vendu au Québec? Le chef conservateur Andrew Scheer a tenu à le rappeler en plein débat mercredi soir.

Photo : Getty Images

Daniel Blanchette Pelletier

Parfois surprenants, d’autres fois tendus, certains échanges au premier débat en français opposant les chefs fédéraux Justin Trudeau, Andrew Scheer, Jagmeet Singh et Yves-François Blanchet valent le détour. Voici notre sélection des mots qui ont marqué la soirée.

« Toi, Andrew Scheer »

Le débat s'est ouvert sur une question délicate pour les conservateurs et leur chef : le droit à l'avortement. Sans succès, Justin Trudeau a tenté à plus d'une reprise de connaître la position d'Andrew Scheer sur le sujet.

C’est important pour les gens de savoir, personnellement, toi, Andrew Scheer, est-ce que vous croyez qu’une femme devrait avoir le choix?

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

« Excusez-moi messieurs »

Alors qu'Andrew Scheer refusait toujours de répondre sur l'avortement et que le chef néo-démocrate prenait la relève de Justin Trudeau, réitérant du même souffle son appui aux femmes, le chef bloquiste, lui, préférait passer à un autre sujet.

Excusez-moi messieurs. Je veux revenir sur l’aide médicale à mourir. Je comprends assez bien comment M. Singh voterait, je ne comprends pas très bien comment MM. Scheer et Trudeau voteraient. Je vais essayer de donner de la clarté [...] Qui, ici, va voter dans le sens de "nous n’irons pas en appel de cette décision et nous allons à l’intérieur de six mois avoir révisé la loi pour donner davantage d’ouverture", tel que la juge l’a expressément demandé?

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

« Dégueulasse »

À tour de rôle, Justin Trudeau, Andrew Scheer et Jagmeet Singh, dont le choix de mots a surpris, ont attaqué leur rival bloquiste Yves-François Blanchet, l'accusant sans détour de semer la division entre le Québec et le Canada.

Je suis d’accord avec M. Trudeau, c’est exactement ce que vous faites, M. Blanchet. Vous essayez toujours de créer des chicanes [...] En fait, c’est dégueulasse ce truc de vouloir toujours essayer de créer des chicanes.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

L’usage du mot dégueulasse est un peu incertain, a répondu Yves-François Blanchet, l’attribuant aux difficultés de M. Singh avec le français.

« Pognés avec des valeurs »

Après le cannabis, Justin Trudeau n'a pas l'intention de décriminaliser toutes les drogues dures. Du moins, pas tout de suite, a-t-il répondu.

Malheureusement, le Parti conservateur refuse d’accepter les sites de consommation, refuse d’accepter la réduction du mal qu’on est en train de faire parce qu’ils sont encore pognés avec des valeurs qui ne s’alignent pas avec le progressisme des Québécois et des Canadiens.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

"Pas tout de suite", alors ça, c’est votre agenda secret, de décriminaliser les drogues dures! a répliqué Andrew Scheer.

« Deux avions »

Au tour d'Andrew Scheer d'attaquer Justin Trudeau, à qui il a reproché de bénéficier non pas d'un, mais bien de deux avions pour mener sa campagne.

Il y a seulement un chef, ici, qui a deux avions de campagne, et c’est vous. Un pour vous et les médias, et un pour vos costumes et vos canots.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

Justin Trudeau a confirmé après le débat avoir deux avions, dont un avion de cargaison, mais il a acheté des crédits carbone pour compenser les émissions de gaz à effet de serre causés par ses déplacements.

Notre dossier Élections Canada 2019

« Ford F-150 »

Véhicule électrique ou à essence? Andrew Scheer maintiendrait le crédit d’impôt à l'achat d’un véhicule vert, mais assure que le pétrole a toujours sa place pour promouvoir son projet de corridor énergétique.

On doit reconnaître une autre affaire. Le véhicule le plus populaire au Québec, c’est le F-150. Les Québécois et Québécoises vont continuer d’acheter le pétrole. Et j’ai fait mon choix : je préfère le pétrole de chez nous que celui des États-Unis.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

« Hypocrite »

Même si le Parti libéral s'engage dorénavant à les imposer, les géants du web profitent de revenus supplémentaires en publicité de campagne de Justin Trudeau, a dénoncé Andrew Scheer. C’est un autre exemple d’hypocrisie, a-t-il laissé tomber.

Wô! Écoutez, il vient de me traiter d’hypocrite. Je vais souligner que c’est le gouvernement Harper qui avait dépensé le plus en publicités partisanes que n’importe quel autre gouvernement. On a massivement réduit ces dépenses en publicités partisanes parce que les gens en avaient assez avec l’ère Harper.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

« Coupe, coupe, coupe »

Seuls les libéraux, le Bloc et le Parti vert ont dévoilé jusqu'à présent leur cadre financier, un autre angle d'attaque dont a profité Justin Trudeau à l'endroit de son adversaire conservateur.

Là, M. Scheer est en train de critiquer sans partager son cadre fiscal. Il a refusé de partager là où il va couper. Pourquoi? Parce qu’on a vu ce film avec Doug Ford, qui a refusé de partager son cadre fiscal, et qui, ensuite, coupe, coupe, coupe en éducation, en services, en services pour les francophones.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral

C’est exactement ce que M. Scheer va faire. Il choisit les coupures et l’austérité plutôt que de l’investissement responsable, comme nous avons fait, a conclu Justin Trudeau.

« Malheureusement »

Il y a au moins une chose sur laquelle s'entendent apparemment les chefs bloquiste et néo-démocrate.

Plutôt que de couper ou de creuser un déficit, pourquoi ne pas augmenter les revenus? Il y a ceux de l’évasion fiscale, ceux de la péréquation verte, il y a ceux qui sont possibles en cessant de subventionner le pétrole, ceux en imposant une tarification [...] C’est beaucoup d’argent. Ça finance des services [...] Un jour, le déficit, il faudra le payer, a lancé Yves-François Blanchet.

Malheureusement, il faut dire que je suis d’accord avec M. Blanchet.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

Pourquoi malheureusement, s'est interrogé le chef bloquiste. Je plaisante, lui a répondu Jagmeet Singh.

« N'importe quoi »

Sans surprise, Andrew Scheer n'a pas été impressionné par la renégociation de l'ALENA par les libéraux.

M. Trudeau a eu une opportunité, une fois par génération, d’améliorer l’ALENA. Il a échoué. L'accord était pire. Mais c'est essentiel d’avoir la certitude pour l'économie, alors on va ratifier. Mais on va faire les choses que les gouvernements conservateurs ont toujours faites. Et ça, c’est de régler les dossiers que Justin Trudeau a échoué de régler, un par un.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

C’est n’importe quoi, n'avait que pour seule réponse Justin Trudeau pour mettre fin à la discussion.

Avec la collaboration de Valérie Boisclair

Politique fédérale

Politique