•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : les chefs ont-ils dit toute la vérité?

Photomontage montrant Justin Trudeau, Andrew Scheer, Jagmeet Singh et Yves-François Blanchet.

Les chefs (dans le sens horaire) : Justin Trudeau (PLC), Andrew Scheer (PC), Jagmeet Singh (NPD) et Yves-François Blanchet (BQ)

Photo : Radio-Canada

Romain Schué
Vincent Maisonneuve
Nathalie Lemieux

Dix affirmations des chefs fédéraux durant le premier débat en français de cette campagne électorale ont été soumises à la vérification des faits de Radio-Canada.

1) Le nombre d’habitants au Canada

Andrew Scheer : C'est normal dans une population de 33 millions de personnes d'avoir différentes perspectives.

Andrew Scheer oublie quelques millions d’habitants. Selon le dernier bilan publié par Statistique Canada, le Canada comptait près de 37,6 millions d’habitants au 1er juillet 2019. Ce chiffre est en augmentation d’un demi-million par rapport à la même date en 2018. Il s’agit d’ailleurs de la plus forte croissance annuelle de l’histoire du pays.

2) L’appui à la loi sur la laïcité

Yves-François Blanchet à Justin Trudeau : Est-ce que vous pouvez nous dire aujourd'hui [...] que 70 % des Québécois qui soutiennent la loi québécoise sur la laïcité [...] ne sont pas des gens d'extrême droite?

Yves-François Blanchet exagère légèrement cet appui pour cette loi. En réalité, selon un sondage mené par Ipsos début septembre, 63 % des Québécois sont favorables à cette loi qui a été adoptée en juin dernier.

Il faut cependant noter que l’appui était encore plus fort chez les francophones québécois quelques mois plus tôt. Selon un sondage Léger, réalisé pour le compte de la CAQ en mars, 74 % des francophones appuyaient cette intention du gouvernement. En revanche, chez les non-francophones, l’appui n’était que de 43 %, selon des données publiées par le Journal de Montréal.

3) L’arrivée des migrants par le chemin Roxham

Andrew Scheer : Les gens qui arrivent [par le chemin] Roxham évitent la file d’attente [par rapport à] tous les gens qui veulent arriver ici par le processus normal.

Andrew Scheer a tort. Les migrants passant par le chemin Roxham ne voient pas leur demande être traitée en priorité. Ils obtiennent simplement la possibilité de faire une demande d’asile, qui peut par la suite être refusée.

En vertu de l’Entente sur les tiers pays sûrs, les demandeurs d’asile doivent faire leur demande dans le premier pays qu’ils traversent. Ainsi, si une personne venant d’Haïti passe par les États-Unis, elle ne peut pas, normalement, présenter une demande au Canada. Cependant, cette entente ne s’applique qu’aux postes frontaliers canado-américains. D’où l’attrait, pour ces migrants, du chemin Roxham, qui permet d’entrer au Canada par une voie irrégulière et, donc, de présenter une demande d’asile en contournant cette entente.

4) La légalisation du cannabis

Andrew Scheer : On va s’assurer que les forces policières aient les ressources qu’ils ont besoin pour s’assurer que les automobilistes ne consomment pas le cannabis et conduisent, quelque chose que M. Trudeau n’a pas fait.

Justin Trudeau : Au contraire, M. Scheer, il y a des technologies qui fonctionnent très bien, c’est un nouveau système.

Oui, les outils de dépistage existent. Le gouvernement canadien a homologué deux appareils qui permettent aux policiers de détecter la présence de THC en prélevant un échantillon de salive d’un automobiliste.

Cependant, plusieurs corps policiers canadiens hésitent à se procurer ce type de technologie. La fiabilité des appareils est contestée. Une avocate de Vancouver affirme que les résultats de tests se sont révélés positifs sur certaines personnes après qu'elles eurent bu certains thés, par exemple.

5) L’efficacité de la taxe carbone

Andrew Scheer : On sait que la taxe carbone ne fonctionne pas. Elle augmente le coût de la vie, mais elle ne réduit pas les émissions.

Le Fonds monétaire international (FMI) et le Directeur parlementaire du budget (DPB) jugent pourtant que la taxe carbone est la meilleure option pour lutter contre les changements climatiques.

Cependant, pour que cette taxe soit plus efficace, le DPB a indiqué qu’elle doit augmenter de manière importante jusqu’en 2030, afin d’atteindre les cibles de l’Accord de Paris. À ce jour, les émissions de gaz à effet de serre n’ont baissé que de 2 %, alors que l’objectif est une baisse de 30 % par rapport aux émissions de 2005.

Notre dossier Élections Canada 2019

6) La bataille contre le plastique

Justin Trudeau : On a banni les plastiques à usage unique.

En réalité, les articles en plastique à usage unique ne sont pas encore interdits au Canada. Cette mesure, annoncée en juin par le gouvernement Trudeau, devrait entrer en vigueur en 2021. Les sacs de plastique, les pailles, les ustensiles, les assiettes et bâtonnets à mélanger sont notamment visés.

7) Le pétrole canadien

Andrew Scheer : Le véhicule le plus populaire au Québec est le F-150.

Je préfère le pétrole de chez nous que le pétrole qui vient des États-Unis. Il n’y a aucun bon sens, pour les gens du Québec, de sortir du Canada et d’appuyer l’économie de Donald Trump quand on a des réserves.

Le Ford F-150 est bien le véhicule le plus vendu au Québec. Les véhicules utilitaires sport sont également toujours aussi populaires. En 2018, selon le magazine Protégez-vous (Nouvelle fenêtre), 197 000 VUS ont été vendus. Il s’agit d’un record.

En ce qui concerne la provenance du pétrole, la majorité de cette énergie fossile vient pourtant déjà du Canada. Selon une étude menée par la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal, la part du pétrole canadien au Québec est de 54 %, contre 40 % pour le pétrole américain. Le reste du pétrole importé au Québec provient de l’Algérie.

Plusieurs problèmes se heurtent d’ailleurs à une utilisation unique du pétrole canadien, notamment la question du transport, mais aussi la capacité de raffinage, selon des experts interrogés par Radio-Canada.

8) Le commerce international

Jagmeet Singh : Le gouvernement de M. Trudeau a acheté des trains de Siemens au lieu d’acheter des trains d’ici, au Canada.

C’est vrai. En décembre dernier, VIA Rail a accordé un contrat de 989 millions de dollars à la société allemande Siemens pour la construction de 32 rames de train.

La société d’État a préféré l’offre de Siemens à celle de Bombardier Transport pour remplacer sa flotte assurant la liaison ferroviaire entre Québec et Windsor.

9) Les impôts

Justin Trudeau : Nous, on a choisi de baisser les impôts de la classe moyenne.

Andrew Scheer : Il a augmenté les taxes et les impôts sur la classe moyenne. 80 % de la classe moyenne paie plus d’impôts aujourd’hui qu’ils n’en payaient au début de son mandat.

En jouant sur les mots, les deux politiciens ont raison. Andrew Scheer se base sur une étude de l’Institut Fraser, datée de septembre 2017, qui indique que 81 % des familles de la classe moyenne paient davantage d'impôt depuis l’arrivée au pouvoir de Justin Trudeau et les suppressions, notamment, de plusieurs crédits d’impôt. Donc oui, les impôts ont augmenté.

Cependant, ce rapport ne prend pas en compte dans son étude l’instauration de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE), une promesse électorale de Justin Trudeau. Il s’agit d’une prestation mensuelle, non imposable, versée en fonction du revenu des ménages.

Avec cette mesure, un couple avec deux enfants ayant un revenu annuel de 110 000 $ obtient finalement un gain net, après impôt, de 2000 $ en 2019, selon un rapport du ministère des Finances.

10) La place du Québec au Canada

Andrew Scheer : C’est nous, le Parti conservateur, qui [avons] reconnu les Québécois comme une nation.

Yves-François Blanchet : C’était quand M. Harper était minoritaire et ça a été imposé par le travail du Bloc québécois.

Les deux disent vrai et cette motion a en réalité été le fruit d’une bataille politicienne, en novembre 2006.

Dans un premier temps, le Bloc avait déposé une motion, mentionnant que les Québécois forment une nation. Le premier ministre Harper a répliqué, en proposant une autre motion, avec les mêmes termes, mais en ajoutant « au sein d’un Canada uni ». Ce dernier texte a été adopté par 266 voix contre 16.

Politique fédérale

Politique