•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tensions à l'UQTR, après un éditorial de Zone Campus

Le journal étudiant Zone campus de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Le journal étudiant Zone campus de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le journal étudiant Zone Campus de l'UQTR craignait pour sa survie, après un appel de la populaire page Spotted l'UQTR à boycotter la publication. Finalement, les administrateurs anonymes de la page ne sont pas passés de la parole à l'acte.

Un éditorial de Zone Campus a mis le feu aux poudres la semaine dernière. Le texte dénonçait des publications jugées sexistes par la page de « meme » Facebook Spotted l'UQTR. Cette page tient souvent des propos crus et se moque fréquemment de la sexualité d'étudiantes dans certaines formations de l'institution universitaire.

La page avait créé un événement Facebook pour inviter ses sympathisants à réclamer en assemblée générale de l'Association générale des étudiants (AGE UQTR) le retrait de la cotisation des étudiants au journal. Ce sont une quinzaine d'emplois qui sont assurés par ces cotisations étudiantes.

Finalement, la demande n'a pas été formulée en assemblée mercredi.

Le conseiller à l'exécutif et responsable des relations médias de l'AGE, Frédérik F. Borel, mentionne que l'association respecte l'indépendance éditoriale des médias étudiants. Une telle demande aurait donc été difficile à être acceptée, estime-t-il.

Politique en matière de violence à caractère sexuel

Le débat survient, après que l'UQTR ait présenté sa nouvelle politique en matière de violence à caractère sexuel.

Des étudiantes avaient alors dénoncé des propos tenus sur la page Facebook Spotted l'UQTR, qui selon elles, alimente la culture du viol. L'éditorialiste de Zone Campus, Valérie Deschamps, avait alors écrit un texte pour souligner ce malaise vécu par certaines étudiantes de l'institution.

La page Facebook, dont le ou les administrateurs demeurent anonyme à ce jour, a d'ailleurs ridiculisé personnellement la jeune femme, avec des commentaires tels que : Quand tu n'as pas de vie sexuelle et que tu es jalouse des filles d'admin

C'est des commentaires sur ma vie en général, c'est sans arrêt, souligne Mme Deschamps.

Le rédacteur en chef de Zone Campus, Samuel Beauchemin, souligne que l'ambiance est plus lourde sur le campus. La publication a toutefois reçu de nombreux appuis. C'est un peu tendu, mais en même temps, c'est toujours en période de crise qu'on sent le support et l'aide de tout le monde. Il y a beaucoup de gens qui se sont présentés à l'AGE pour démontrer qu'ils étaient contre le harcèlement, mais aussi pour soutenir les médias étudiants, mentionne M. Beauchemin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...