•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Estrienne Louise Marois finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général

Lecture d'été

Lecture d'été

Photo : iStock

Radio-Canada

Louise Marois, une auteure de St-Venant-de-Paquette, en Estrie, fait partie des 70 finalistes des Prix littéraires du Gouverneur général.

La graphiste de formation a été retenue dans la catégorie Poésie de langue française avec son oeuvre La cuisine mortuaire.

Je suis très agitée et très émotive. J'ai pleuré, tremblé, ri, pensé que c'était une blague de mauvais goût pour finalement me dire que ça se peut, lance d'emblée en riant Louise Marois.

Son récit relate la promiscuité dérangeante d'une famille montréalaise des années 1970 dont le père est ouvrier et dont la mère souffre de dépression, « une maladie invisible » à l'époque.

C'est moi l'enfant qui, au bout de la table, observe ma mère faire à manger, à repriser, à coudre, à laver, à préparer les repas... je dessine et les images me restent en tête... et j'essaie de comprendre ces images à travers la poésie, explique Mme Marois.

C'est certainement autobiographique, parce qu'on ne parle de ce qu'on connaît. Je reste dans mon monde à moi. [...] La beauté de ce livre-là, c'est qu'il n'est pas hermétique. Ça ne prend pas un dictionnaire. C'est un livre ouvert, sensible et généreux, ajoute l'auteure.

Les 14 livres gagnants seront annoncés sur le site Internet des Prix littéraires du Gouverneur général le 29 octobre prochain. Chaque lauréat et lauréate remportera une bourse de 25 000 $, tandis que les finalistes repartiront avec un montant de 1000 $. Plus de 1400 livres ont été soumis cette année.

Dans la catégorie des romans et nouvelles francophones, parmi les livres retenus, on retrouve La Minotaure, de la romancière bigenre Mariève Maréchale et La terre, de la comédienne et écrivaine québécoise Sylvie Drapeau.

Estrie

Livres