•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un fermier manitobain lance un recours collectif contre les fabricants du Roundup

Des bouteilles de Roundup déposées sur du gazon et entourées de pissenlits.

L’herbicide Roundup de Monsanto rachetée par Bayer en 2016.

Photo : Getty Images / Scott Olson

Radio-Canada

Un fermier à la retraite de Lorette au Manitoba est à l’origine d’un recours collectif contre les fabricants du Roundup, affirmant que l’usage régulier de l'herbicide est à l’origine du cancer dont il est atteint.

Armand Cournoyer a pris sa retraite cette année à l’âge de 71 ans. Selon des documents de cour relatifs à la plainte déposée auprès de la Cour du Banc de la Reine, l’ancien agriculteur dit avoir utilisé le Roundup « quotidiennement » afin de se débarrasser des mauvaises herbes sur la ferme familiale à Lorette.

M. Cournoyer dit qu’il a toujours fait preuve de précaution en manipulant le produit, notamment en évitant de l'utiliser s’il y avait du vent et en portant des vêtements de protection pour éviter tout contact direct.

En 1996, Armand Cournoyer a été diagnostiqué avec un lymphome non hodgkinien pour lequel il a reçu des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie pendant 10 ans. En 2019, le cancer a refait son apparition et le plaignant doit de nouveau suivre une chimiothérapie.

Selon M. Cournoyer, le groupe allemand Bayer et sa filiale Monsanto ont été négligents en présentant l’usage du Roundup comme sécuritaire. De plus, déclare-t-il, les deux compagnies ont manqué à leur devoir en n'informant pas le public des risques pour la santé liés à l’usage du produit.

Le géant de la chimie Bayer a racheté le semencier Monsanto en 2016, créant un nouveau numéro un mondial des semences et des pesticides.

Les accusés savaient ou auraient dû savoir que le Roundup représentait un risque de cancer et d’autres maladies graves. Le Roundup est plus dangereux que le consommateur ordinaire pourrait imaginer, indique la plainte de M. Cournoyer, rédigée par le cabinet d’avocats Merchant Law Group.

Le document insiste également sur le fait que Monsanto n’a pas été en mesure d’apporter à Santé Canada et à la communauté médicale des informations complètes et précises relatives au Roundup, notamment son lien avec le cancer.

En continuant à insister sur le fait que Roundup est sécuritaire à utiliser, la compagnie a démontré un mépris inconsidéré pour le bien-être du public, estime Armand Cournoyer.

Il souhaite que la société admette avoir fait des déclarations fausses ou trompeuses à propos de Roundup, et avoir enfreint la loi fédérale sur la concurrence.

L’ensemble de ces allégations n'a pas été prouvé devant les tribunaux.

Bayer déjà condamné en Californie

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a statué que le glyphosate - la substance chimique active du Roundup et de nombreux autres herbicides populaires - était probablement cancérigène.

Santé Canada est tenu de réévaluer les herbicides tous les 15 ans. En 2017, il a approuvé l'utilisation continue du glyphosate au Canada. À l'époque, le ministère avait reçu huit avis d'opposition, ce qui avait incité un examen scientifique.

Des contenants de Roundup sur les tablettes d'un commerce.

Le glyphosate est présent dans l'herbicide le plus vendu sur la planète, le Roundup.

Photo : Reuters / Mike Blake

En janvier, les scientifiques de Santé Canada ont de nouveau rejeté les arguments selon lesquels un ingrédient présent dans un herbicide comme le Roundup de Monsanto est cancérogène si le produit est utilisé conformément aux instructions.

Les produits Roundup et le glyphosate sont enregistrés à ce jour dans 130 pays.

En mai dernier, en Californie, le groupe Bayer a été condamné à verser plus de 2 milliards de dollars de dommages à un couple affirmant que l'herbicide est à l'origine de leur cancer.

Le recours collectif proposé n'a pas encore été certifié par un tribunal manitobain.

Il réclame des dommages et intérêts pour préjudice personnel, coûts et perte économique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Agriculture