•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travois Ale Works : une passion de brasseur

La brasserie Travois Ale Works célébrera sa première année en novembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Lyssia Baldini

Lors d'une promenade en vélo, Jacques LeBlanc, acadien originaire de Shédiac et pompier de métier, a une révélation : il veut devenir brasseur. Ce métier rassemblait ses passions pour l'art, la science et l'ingénierie. L'idée a germé et est devenue la microbrasserie Travois Ale Works.

Jacques LeBlanc est assis sur une chaise devant un mu de briques.

Ancien pompier, Jacques LeBlanc est un brasseur et un chef, puisque la composition des bières changera continuellement en fonction de ce qu'il décidera de brasser.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Derrière la création de la brasserie

Près de trois ans se sont écoulés depuis l'idée initiale. Après des études à l’institut American Brewers Guild au Vermont et de pratique à la Hopworks Urban Brewery à Portland, en Oregon, Jacques LeBlanc s’est mis à concocter lui-même des recettes dans le sous-sol de sa maison.

Pour mettre en place le projet, il est accompagné de cinq autres personnes : Todd Weibe, Jessica Calderon, Jorey Marchand et Rob et Melissa Hozack.

L’un d’eux venait d’acheter une bâtisse datant de 1939 au coeur du centre-ville historique de Medicine Hat, ce qui était l'endroit parfait selon eux pour la petite brasserie.

L'endroit avait par contre besoin de rénovations. Presque tout le matériel original a été transformé et réutilisé dans le nouvel aménagement  :  le bois a été transformé en banc et en escaliers, la grande fenêtre en tableau pour les menus et la brique a été restaurée.

Une pièce en rénovation où l'on voit des poutres et de la mousse isolante.

Chaque poutre a été récupérée et transformée en banc ou en marches.

Photo : Courtoisie Travois Ale Works

Après ces travaux, Travois est devenue la petite brasserie locale albertaine dont les propriétaires rêvaient.

Devanture de la brasserie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La brasserie Travois Ale Works a ouvert ses portes en novembre 2018

Photo : Courtoisie Travois Ale Works

Pour Jacques LeBlanc et ses coéquipiers, Travois représente le travail, l’exploration et la communauté.

Ce que j’aime vraiment c'est le mix de la science, de l’art et de l'ingénierie , mais aussi c'est le résultat final. Ce qui est vraiment important pour moi, surtout, c'est d'être avec des amis, avec la famille et puis à la fin de la journée, c’est ce qu’on aime, on consomme de la bière, les gens aiment se rassembler, communiquer et rire tous ensemble.

Jacques LeBlanc, propriétaire et brasseur de Travois Ale Works

À la brasserie, aucun téléviseur et aucune table individuelle, le design mise sur les rencontres. Les gens sont ainsi incités à partager l'espace et à discuter.

On veut vraiment que les gens rangent leur téléphone et apprécie le moment présent, à déguster une bonne bière.

Jacques LeBlanc, propriétaire et brasseur de Travois Ale Works
Des gens sont en train de discuter à une table dans une brasserie.

La brasserie possède 56 places assisses. Une section au deuxième étage est aussi offerte pour des réservations et des événements privés.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

En plus de l'ambiance conviviale, l’art est aussi au rendez-vous. Chaque mois un artiste local est invité à présenter ses oeuvres. Pour Travois, la philosophie est aussi d’encourager l'économie locale, autant à travers les musiciens, les artistes, que les vendeurs qui leur fournissent des ingrédients pour leurs goûters et leurs bières.

Et la bière alors?

La microbrasserie offre une dizaine de bières, toutes différentes les unes des autres. Environ 80 000 litres de bière sont brassés chaque année.

On voit une main verser de la bière en fut.

La brasserie peut brasser jusqu'à 820 litres de bière sur place.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

Allant de l'Allemande à la Belge, en passant par l'Américaine et l'Anglaise, elles ont des couleurs et des goût des plus variés.

Y a beaucoup de gens qui me demandent comment est-ce qu’on crée une recette? La meilleure façon de l’expliquer, pour moi c’est comme écrire une chanson. Habituellement je commence avec la fin et je bâtis avec les ingrédients à partir du style ou du produit final que je veux.

Jacques LeBlanc, propriétaire et brasseur de Travois Ale Works

La plupart de l'orge utilisée vient de l'Alberta, de l'Allemagne et de l'Angleterre, tandis que les houblons proviennent des États-Unis, c'est-à-dire du nord-est de l'état de Washington et de la vallée de Yakima. La levure, quant à elle, est biologique et provient de Portland, en Oregon, et offre un goût un peu plus fruité.

Quatre personnes posent dans une descente d'escaliers.

Voici l'équipe qui vous accueille : Travis, Mike, George et Adria

Photo : Courtoisie Travois Ale Works

La journée typique d’un brasseur, c’est à peu près 8 à 10 heures si tout va bien… Le plus vite qu’on peut sortir une bière est en 12 jours [de production]. Mais il y a d’autres styles qui prennent plus de temps comme la IPA. Elle peut prendre au moins deux semaines, et une lager c’est au moins un mois.

Jacques LeBlanc, propriétaire et brasseur de Travois Ale Works

Le brasseur continue de développer le palais de ses clients et souhaite pour la prochaine année partager le reste de ses produits partout dans la province et peut-être même au pays. La brasserie compte aussi offrir du vin de miel.

Alors si vous êtes dans le coin de Medicine Hat et que vous avez envie de découvrir de nouvelles bières, allez rencontrer la petite famille de Travois!

Une oeuvre d'arts démontre un homme, du temps des explorateurs, avec une bière en main et un chien qui transporte un baril de bière.

Les deux bâtons trainaient au sol pour assurer une stabilité et répartition du poids de la marchandise transportée.

Photo : Courtoisie Travois Ale Works

Qu'est-ce qu'un travois…?

Les travois étaient utilisés dans le temps par les groupes autochtones des Grandes Plaines pour transporter la nourriture et les tipis. Ce type de transport était constitué généralement de deux longs bâtons avec une sorte de cadre attachés aux côtés du chien.

Les premiers trappeurs qui parcouraient l'Ouest canadien ont copié le système qu'ils considéraient comme un moyen facile et efficace de transporter davantage de matériel.

Les travois sont un emblème à Medicine Hat. Les travois représentent aussi le voyage, l’exploration et le goût pour les grands espaces, des passions qui ont réuni les six associés.

Un chien court sur une route où l'on peu apercevoir un tipi au loin.

Jacques LeBlanc décide aussi d'en faire l'emblème de la brasserie, car il possède un chien, Kona, ressemblant à ceux utilisés à cette époque.

Photo : Courtoisie Travois Ale Works

Alberta

Bière et vin