•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winneway, la première communauté autochtone au Québec à joindre le mouvement Bleu Terre

Des enfants portant des tenues traditionnelles autochtones dansent autour de jeunes jouant du tambour.

Les participants à l'événement Bleu Terre ont eu droit à des chants, à des prières et à des activités de sensibilisation.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

La Première Nation de Long Point, dans l’est du Témiscamingue, devient la première communauté autochtone à joindre le mouvement canadien Bleu Terre. Il s’agit d’un mouvement citoyen porté par la Fondation David Suzuki, qui vise à promouvoir le droit de vivre dans un environnement sain. Depuis le lancement de Bleu Terre, en 2014, une trentaine de municipalités au Québec ont adhéré à la cause, dont la communauté de Winneway.

Chants, prières et activités de sensibilisation, c'était le programme proposé aux élèves et adultes qui assistaient à l'événement Bleu Terre. Ils étaient une trentaine.

La technicienne en eau pour la Première Nation de Long Point, Trishia Houle, tente de transmettre un message clair à sa communauté.

Tout le monde a droit à de l’air pur et de l’eau propre.

Trishia Houle, technicienne en eau

Elle invite d'ailleurs les membres de la communauté de Winneway à signer une pétition et à adopter la déclaration Bleu Terre en faveur du droit à un environnement sain.

Une première communauté autochtone dans le mouvement

Plusieurs communautés autochtones au Québec doivent faire face à des enjeux liés à l'eau potable. Ce n'est pas le cas à Winneway, qui est neuvième dans la province parmi les communautés où l'eau est la plus saine.

Des adolescents tiennent des affiches disant « sauvons l'eau » et « protégeons l'eau ».

Les jeunes de la communauté de Long Point sont conscientisés aux enjeux environnementaux.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Pourtant, la Première Nation de Long Point devient la première communauté autochtone au Québec à se joindre au mouvement lancé par David Suzuki.

Il faut s'assurer que les futures générations vont avoir une eau propre et de l'air propre. Il faut maintenir la Terre mère propre aussi, on ne peut pas passer à côté de ça ici, à Long Point, croit le chef Steeve Mathias.

Le but ultime du mouvement Bleu Terre est d’inscrire dans la Charte canadienne des droits et libertés le droit fondamental, pour les résidents du pays, de vivre dans un environnement sain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Environnement