•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les déchets plastiques : ce que les partis promettent vraiment

Des piles d'ordures dans un entrepôt.

Seulement 9 % des déchets de plastique au Canada sont recyclés.

Photo : Radio-Canada / Montage : Simon Blais

Brigitte Bureau

La journaliste d'enquête Brigitte Bureau répond à vos questions durant la campagne électorale fédérale.

Cette semaine, une internaute de Bourget, dans l'Est ontarien, pose une question à deux volets aux différents partis politiques :

  1. « Qu'est-ce que votre parti entend faire pour réduire la quantité de déchets de plastique? »
  2. « D'ici là, quelle garantie nous donnez-vous que le plastique que l'on met dans nos bacs à recyclage ne sera pas envoyé à l'étranger? »

Du bac de recyclage... au site d'enfouissement

Les chiffres justifient les inquiétudes de notre internaute.

Avant de passer aux réponses des partis, rappelons que seulement 9 % des déchets de plastique au Canada sont recyclés. Presque tout le reste – 86 % – se retrouve dans des sites d'enfouissement, selon une étude de Deloitte et de Cheminfo Services inc. réalisée pour le compte d'Environnement et Changement climatique Canada.

De plus, le Canada exporte des milliers de tonnes de déchets de plastique tous les ans. En 2018, ce sont 100 000 tonnes de ces déchets qu'il a acheminés vers d'autres pays. À titre comparatif, une petite voiture pèse environ une tonne... 

Même si des entreprises exportatrices soutiennent que les déchets seront recyclés à l'étranger, ce n'est pas toujours le cas, comme l'ont montré plusieurs reportages.

Une femme parle aux journalistes devant un conteneur rempli de sacs de plastique.

La ministre malaisienne de l'Environnement, Yeo Bee Yin, montre un des conteneurs remplis de déchets de matières plastiques souillées qui ont été envoyés dans son pays par des pays riches, dont les États-Unis, l'Australie, le Royaume-Uni et le Canada.

Photo : The Associated Press / Vincent Thian

Le gouvernement libéral a tenté de réduire les abus, en 2016, en renforçant le règlement qui porte sur l'exportation des déchets. Avant d'accorder un permis à une entreprise, Environnement et Changement climatique Canada doit notamment obtenir le consentement du pays d'importation et des pays de transit. Si l'un de ces pays s'y oppose, l'envoi ne peut avoir lieu.

Toutefois, le gouvernement fédéral refuse d'adhérer à un amendement d'un traité international dont le Canada est signataire (la Convention de Bâle) qui interdit toute exportation de déchets dangereux, y compris des matières recyclables, des pays riches vers les pays moins nantis. Par le passé, le Canada a soutenu qu'une telle interdiction pourrait nuire aux véritables efforts de recyclage de certains produits.

Réponses des partis politiques

1) À la question de notre internaute sur la réduction de la quantité de déchets en plastique, le Parti libéral répond qu'il prendra des mesures pour interdire les plastiques nocifs à usage unique dès 2021. Il promet aussi de faire en sorte que les entreprises qui fabriquent des produits en plastique ou vendent des articles avec des emballages en plastique soient responsables de la collecte et du recyclage de leurs déchets.

Le Parti libéral a aussi annoncé qu'il entend éliminer rapidement les déchets de plastique à usage unique dans les immeubles et les musées fédéraux ainsi que dans les sites historiques de Parcs Canada.

Durant son mandat, le gouvernement libéral a adopté un règlement qui interdit la fabrication, l'importation et la vente de produits de toilette qui contiennent des microbilles de plastique.

2) Pour ce qui est de l'exportation des matières de plastique, le Parti libéral ne s'y oppose pas, si c'est fait de façon légale. Il rappelle les changements que le gouvernement libéral a apportés en ce sens en 2016 (voir plus haut).

1) Le Parti conservateur n'entend pas interdire les plastiques à usage unique.

En réponse à notre internaute, il s'engage plutôt à :

  • élaborer un régime de réglementation national harmonisé pour le recyclage du plastique, comprenant notamment la responsabilisation des fabricants et des normes sur les produits et les emballages contenant du plastique;
  • travailler avec des partenaires internationaux pour lutter contre la présence de plastique dans les océans;
  • travailler avec les provinces et les territoires pour réduire la quantité de déchets et augmenter la récupération de produits énergétiques. Il donne comme exemple la transformation des plastiques non recyclables en éthanol et en méthanol.

2) Le Parti conservateur n'entend pas interdire l'exportation de déchets de plastique s'il est démontré qu'ils seront recyclés à leur destination. Il entend imposer des peines sévères pour les infractions.

1)  Le Nouveau Parti démocratique (NPD) promet qu'il interdira les plastiques à usage unique partout au Canada d'ici 2022 et élaborera une loi solide et exécutoire sur la responsabilité élargie des producteurs qui tiendra les entreprises responsables du cycle de vie complet de leurs produits et emballages plastiques.

Il promet aussi de travailler avec les autres ordres de gouvernement pour recueillir et recycler les plastiques à usage unique déjà utilisés [...] tout en travaillant vers un avenir sans déchet.

2) Le NPD s'oppose à l'exportation des déchets de plastique.

1) Le Parti vert veut mettre en oeuvre une stratégie nationale de gestion de la pollution par le plastique, sur une période de 10 ans, et vise un objectif de zéro déchet.

D'ici là, le Parti vert s'engage, entre autres, à :

  • interdire, d'ici janvier 2022, la production de tout produit en plastique à base de pétrole et à usage unique superflu comme les sacs d'épicerie, les ballons, les pailles, les assiettes, les tasses, etc. et différents types d'emballages;
  • étendre l'interdiction de l'emploi de microbilles aux produits de nettoyage ménagers et industriels;
  • augmenter le pourcentage de plastique recyclé comme matière première pour la fabrication de produits de plastique durables;
  • exiger que tous les produits soient entièrement recyclables;
  • exiger, dès 2021, que toutes les nouvelles machines à laver vendues au Canada soient dotées d'un filtre que l'on peut enlever et nettoyer afin de récupérer les microfibres.

2) En ce qui a trait à l'exportation des déchets, le Parti vert répond qu'il y mettra fin graduellement.

Qui dit mieux?

Le Parti conservateur ne s'intéresse pas à l'interdiction des plastiques, à court ou à long terme, constate le professeur Rahim Baba, de l'Université d'Ottawa.

Rahim Baba pose pour la caméra devait une haie.

Rahim Baba est professeur à la Faculté de sciences sociales de l'Université d'Ottawa.

Photo : Gracieuseté de Rahim Baba

Cet expert en gestion des déchets a analysé pour nous les réponses complètes des partis politiques.

Selon M. Baba, les conservateurs proposent des mesures concrètes, mais qui ne sont pas axées sur la protection de l'environnement.

Pour les conservateurs, c'est avant tout promouvoir les affaires : mettre en valeur les déchets, en transformant les plastiques en méthanol, et surtout l'incinération des déchets, mais aussi les exporter, explique-t-il.Il me semble que, pour eux, le plastique c'est surtout un atout, alors que les gens s'en plaignent.

Les trois autres partis promettent tous de réduire la quantité de déchets de plastique, mais certains engagements ressemblent à des vœux pieux , selon le professeur Baba.

Le NPD est le moins ambitieux de tous. Il fait des propositions sommaires, sans préciser comment procéder, dit-il.

Pour ce qui est du Parti libéral, il ne détaille pas suffisamment comment il entend éliminer les plastiques à usage unique, selon lui. Et tout comme les conservateurs, les libéraux veulent permettre l'exportation des déchets plastiques aux fins de recyclage.

Le Parti vert est le plus ambitieux, mais ses intentions sont parfois irréalistes et incohérentes, estime le professeur Baba.

Par exemple, le Parti vert compte sur le recyclage de plastiques et éventuellement l'élimination totale des déchets dans 10 ans note-t-il. Que faire donc des usines de recyclage du Parti vert une fois les plastiques éliminés au Canada après 10 ans

Mais ce qui l'étonne le plus, c'est qu'aucun parti n'a fait de proposition concernant l'adoption d'un substitut au plastique, qu'il s'agisse d'un produit biodégradable ou d'un autre produit novateur.

Selon lui, c'est essentiel, parce que les Canadiens ne changeront pas leurs habitudes du jour au lendemain en matière de repas rapide, d’emballage des aliments, etc.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale