•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cirque du Soleil choisit Cornwall pour l’avant-première d’Axel

Sur patins, un personnage fait des prouesses avec un diablotin, sur fond coloré.

Le nouveau spectacle sur glace « Axel », du Cirque du Soleil, est présenté en avant-première à Cornwall, dans l'Est de l'Ontario.

Photo : Avec la gracieuseté du Cirque du Soleil / Crédit : Marie-Andrée Lemire

Christelle D'Amours

Les acrobates du Cirque du Soleil sont certes au sommet de leur art, mais ils ont dû réapprendre leur discipline… sur patins! Il aura fallu un mois d’entraînement, et 10 mois de création, pour peaufiner Axel, présenté en avant-première au complexe Civic de Cornwall jusqu’au 5 octobre.

Axel, personnage principal de cette nouvelle production portant son nom, donne vie à l’univers du spectacle en gribouillant dans son cahier de dessin. Quand il crée des mondes, chaque coup de crayon est un coup de patin qui se dessine dans une scénographie intégrant jeux de lumière, vidéo et musique pop.

Après Crystal (2017), Axel est la deuxième incursion sur glace du Cirque du Soleil. L’équipe a réalisé un travail d’analyse pour ne pas reproduire les écueils de la première production sur patins.

On a vraiment fait nos devoirs avant de s’attaquer à la création d’Axel.

Patricia Ruel, directrice de création

Les 16 créateurs se sont d’abord collés à la production de Crystal, puis ont revu les exigences physiques, adapté la scénographie et créé un univers musical grand public. Tout ça en 10 mois de travail.

Moins de blessures

C’est en rencontrant les physiothérapeutes de la compagnie circassienne que les créateurs ont compris la difficulté de transposer un spectacle sur glace. Sur patins, un simple déplacement du point A au point B requiert un effort physique.

Les acrobates se sont blessés - notamment dans le déplacement de nombreux éléments de décor - durant la tournée Crystal, ce qui avait forcé la production à réduire le temps de glace en cours de route.

Des contraintes naissent de nouvelles disciplines, de nouvelles idées et de nouvelles façons de faire.

Patricia Ruel, directrice de création

Quarante-cinq minutes sur la glace, c’est trop demander aux artistes, ajoute Mme Ruel.

Cette fois, Axel ne prévoit pas de doublures, mais plutôt des équipes en rotation. Le décor est également minimaliste, ce qui permet de l’installer en huit heures, puis de le démonter en quatre heures, avant de reprendre la route le soir même vers la prochaine destination.

Des acrobates sont suspendues sur des cerceaux.

Deux acrobates du spectacle « Axel », la nouvelle production sur glace du Cirque du Soleil

Photo : Avec la gracieuseté du Cirque du Soleil / Crédit : Marie-Andrée Lemire

Encore plus de patin...

Au terme d’un mois complet d’entraînement, les acrobates de bungee ou de contorsion aérienne, par exemple, ont pu transposer leur discipline sur lames.

Savoir patiner et faire un spectacle de patin, c’est deux choses, s’amuse la directrice de création.Ils ont découvert qu’ils avaient des muscles dans leurs jambes qu’ils ne connaissaient pas encore! [Rires]

Patricia Ruel précise que l’équipe a voulu donner plus de place au patin dans ce spectacle où il n’est plus un élément de « remplissage », mais plutôt une discipline à part entière. On ne fait pas de banquine ou de jonglerie à côté, soutient-elle.

Le niveau de patin est vraiment impressionnant, et on leur donne l’espace pour qu’on puisse vraiment l’apprécier, au même titre qu’un numéro de solistes acrobates.

Patricia Ruel, directrice de création

... et encore plus de spectateurs

En opposition au patinage artistique traditionnel, Axel fait une place au bruit de la lame qui mord dans la glace. On laisse tomber les paillettes et le propret pour éclater le concept d’une représentation en aréna.

Afin « d’amener un certain edge qu’il n’y a pas nécessairement dans cette discipline-là », l’équipe a conçu un univers musical où peuvent se côtoyer les Bee Gees (You Should Be Dancing) et Jump Around, de la formation House of Pain.

Ce ne sont pas que les chansons pop rock, choisies expressément pour leurs paroles, qui font avancer l’histoire d’Axel. Le compositeur musical Philippe Brault a aussi créé des pièces originales expressément pour la production.

Une troupe d'acrobates sur patins.

Pour son spectacle, le Cirque du Soleil affirme avoir créé une nouvelle discipline : le patin « freestyle ».

Photo : Avec la gracieuseté du Cirque du Soleil / Crédit : Marie-Andrée Lemire

Le spectacle se veut une occasion de rassembler petits et grands. Présenter des numéros en aréna est une façon pour le Cirque du Soleil de toucher une nouvelle foule dans des villes où le chapiteau ne se rend pas. Dont Cornwall, où l'équipe s'est en partie entraînée.

[Les spectateurs] n’ont pas nécessairement vu six spectacles sous chapiteau au Vieux-Port [de Montréal]. Alors comment va-t-on aller chercher ces gens-là avec les codes qu’ils connaissent, sans niveler par le bas? L’idée, c’est plus d’aller les chercher et de les amener à apprécier notre histoire.

Patricia Ruel, directrice de création

Ce n’est pas parce que le spectacle est moins bon maintenant, s’empresse d’ajouter la directrice de création. L’objectif est plutôt d’ajuster les costumes ou la musique pour que tout soit fin prêt pour la première à Montréal, prévue pour le 19 décembre. La troupe fera également un détour à Québec du 12 au 15 décembre.

D’ici là, les résidents de Cornwall pourront apprécier une représentation dans laquelle le rythme dépasse le baroque. Ce n’est pas pour des critiques de théâtre qu’on design le show, c’est pour des familles, conclut Patricia Ruel.

POUR Y ALLER
Axel, du Cirque du Soleil

Complexe Civic de Cornwall : le 4 à 19 h 30, et le 5 octobre à 15 h 30

Centre Vidéotron de Québec : du 12 au 15 décembre

Centre Bell de Montréal : du 19 au 29 décembre

Avec la collaboration de Mélanye Boissonnault

Ottawa-Gatineau

Cirque