•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entretien et grands projets routiers : « On peut faire les deux », dit François Bonnardel

Un rapport indépendant prétend pourtant le contraire

François Bonnardel, ministre des Transports.

François Bonnardel, ministre des Transports

Photo : Radio-Canada

Jonathan Lavoie

Contrairement à ce qu’avance un comité d’experts embauchés par le gouvernement, le ministre François Bonnardel est convaincu qu’on « peut très bien faire de grands projets et soutenir notre réseau routier ».

Selon lui, des projets comme la construction du troisième lien Québec-Lévis n’empêcheront pas le gouvernement de rattraper l’important retard dans le maintien des infrastructures routières.

D'après moi, on peut faire les deux : faire de grands projets, s'assurer de réduire le déficit de maintien d'actif et, encore une fois, sécuriser le réseau.

François Bonnardel, ministre des Transports du Québec

Cette déclaration est toutefois en contradiction avec l’avis d’un comité d’experts envoyé au gouvernement dans les derniers jours.

Le comité demeure préoccupé du fait qu’au cours des prochaines années, les nouveaux projets routiers annoncés viennent gruger une portion croissante de la capacité du ministère à réaliser des travaux d’entretien et de réparation, peut-on lire dans le document mis en ligne sur le site du ministère.

Ce comité, créé dans la foulée de la commission Charbonneau, note aussi que le déficit d’entretien du réseau routier québécois a bondi de 40 % entre 2015 et 2019, pour atteindre 16,4 milliards de dollars.

La faute aux libéraux

Il faut se souvenir que les sommes ont été réduites sous le gouvernement du Parti libéral à l'époque, et aujourd'hui il y a un rattrapage important à faire, souligne François Bonnardel, en rappelant que la Coalition avenir Québec a injecté plus de 4 milliards de dollars dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) destiné à l’entretien des routes.

Les montants qui figurent dans ce plan démontrent que, en effet, les mesures de retour à l’équilibre budgétaire imposées par les libéraux ont amputé les sommes destinées à l’entretien des routes pendant trois ans.

Discours alarmiste

François Bonnardel pourfend au passage le discours de l’Association des ingénieurs du gouvernement du Québec et du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec. Les deux associations jugent que l’état du réseau routier et l’incapacité du gouvernement à empêcher sa détérioration sont les signaux d’une catastrophe annoncée.

C'est irresponsable de laisser sous-entendre qu'il pourrait y avoir des problématiques avec certaines de nos structures, tranche le ministre. On fait toutes les inspections possibles pour s'assurer que le réseau est sécuritaire.

Il concède néanmoins que le ministère des Transports peine à embaucher des ingénieurs et que les salaires offerts, moindres qu’au privé, font partie du problème.

Selon François Bonnardel, il est impératif de revoir le processus d'embauche [et] les échelles salariales. Il ajoute que, tout comme lui, le premier ministre est conscient de la situation.

Malgré tout, l’élu soutient que l’été 2019 a été très productif pour ce qui est des chantiers routiers. Selon François Bonnardel, 4,8 milliards de dollars ont été investis dans le réseau et plus de 90 % des projets prévus ont été réalisés.

Québec

Transports