•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Problème de recrutement de cadres au CISSS de la Gaspésie

L'entrée du stationnement à l'hôpital de Maria.

L'hôpital de Maria dans la Baie-des-Chaleurs

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie multiplie les appels de candidatures pour pourvoir ses postes de direction. Ces difficultés de recrutement soulèvent des questions auprès des syndicats et du député Sylvain Roy, alors que le ministère de la Santé et des Services sociaux réfute certaines explications fournies par le CISSS.

Le poste de « direction générale adjointe et direction des soins infirmiers » a récemment été affiché pour une troisième fois. Johanne Méthot, titulaire du poste, a annoncé sa retraite en avril, mais continue de rentrer au travail puisqu'aucun successeur ne lui a encore été trouvé.

Quant au poste de « direction des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques », il a fait l’objet d’un deuxième appel de candidatures. Cette chaise a été laissée vacante par Michel Bond, parti le 3 septembre pour un congé sans solde d’un an dans le but de réfléchir à son avenir professionnel. Deux employés du CISSS se partagent actuellement ses responsabilités.

Une photo d'un appel de candidatures

Le poste de directeur des soins infirmiers fait l'objet d'un troisième appel de candidatures.

Photo : Site web du CISSS de la Gaspésie

Le CISSS de la Gaspésie est aussi à la recherche d’un directeur des services professionnels. Ce poste est vacant depuis la démission de Dr Jean-François Lefebvre en septembre. Ce dernier a préféré retourner à sa pratique de médecine familiale « à la suite d'une réflexion personnelle », mais assure la transition d’ici l’arrivée d’un nouveau directeur.

La présidente-directrice générale (PDG) du CISSS de la Gaspésie, Chantale Duguay, précise que les gestionnaires qui ont quitté leurs fonctions récemment l’ont fait de façon cordiale. Ce sont des personnes avec qui on a eu du plaisir à travailler, mentionne-t-elle.

Des situations similaires ailleurs au Québec?

La PDG du CISSS de la Gaspésie soutient que ces difficultés de recrutement se vivent à la grandeur du Québec dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre.

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de la Gaspésie demeure sceptique face à cette affirmation.

On est quand même bien réseauté avec l'ensemble des établissements, explique la représentante régionale, Guylaine Michel, et nous n'avons pas cette lecture-là ailleurs au Québec.

Guylaine Michel, représentante nationale APTS

La représentante nationale de l'APTS, Guylaine Michel

Photo : Radio-Canada

Contacté par Radio-Canada sur la question, le Ministère de la Santé et des Services sociaux répond ceci par courriel :

Pour des raisons liées au nombre de candidats potentiels, les régions éloignées peuvent effectivement éprouver certaines des difficultés à [pourvoir] certains postes. Par contre, cette situation n'est pas généralisée à l'ensemble du réseau. Depuis la mise en place du programme de relève des cadres supérieurs "[Président-directeur général] et [Président-directeur général adjoint]", en 2019, nous avons plus de 250 candidats et une deuxième cohorte ajoutera 100 candidats additionnels.

Le président du Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec (SIIIEQ), Pier-Luc Bujold, s'interroge même sur le processus du recrutement du CISSS de la Gaspésie. M. Bujold affirme que des candidatures intéressantes déposées à l'interne n'ont pas été retenues.

C’est sûr qu’on peut avoir des doutes qu’ils attendent de vouloir mettre les personnes qu’ils veulent, avec les valeurs actuelles du CISSS. Mais ça, c’est seulement un doute.

Une citation de :Pier-Luc Bujold, président du SIIIEQ
Le président du SIIIEQ, Pier-Luc Bujold, a expliqué les détails de la démarche du syndicat en conférence de presse.

Le président du SIIIEQ, Pier-Luc Bujold

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Un vaste territoire

La présidente-directrice générale, Chantale Duguay, affirme que l'étendue du territoire gaspésien, desservi par une seule direction depuis la réforme de l’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette, représente un défi supplémentaire de recrutement.

Ce sont des postes qui sont très exigeants, il ne faut pas se le cacher.

Une citation de :Chantale Duguay, présidente-directrice générale du CISSS de la Gaspésie

Tu demeures à Gaspé, illustre Mme Duguay, et tu as un problème à l’hôpital de Maria, tu dois partir de Gaspé et arriver à temps pour faire l’analyser et contribuer à la solution de la situation.

Chantal Duguay, présidente-directrice générale, CISSS de la Gaspésie

Chantal Duguay, présidente-directrice générale du CISSS de la Gaspésie

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Depuis l’abolition des agences régionales de la santé et des services sociaux, les directeurs aussi sont contraints de se rendre à Québectoutes les trois ou quatre semaines pour prendre part à des réunions provinciales, selon Chantale Duguay.

Amalgamer la vie familiale à la vie professionnelle avec les exigences d’un tel poste, ce n’est ni simple ni facile, admet Chantale Duguay.

Le ministère des Services sociaux et de la Santé précise toutefois par courriel favori[ser] le recours de l'utilisation de visioconférence et de conférence téléphonique pour réduire le nombre de déplacements.

La fusion montrée du doigt

Le président du Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec (SIIIEQ), Pier-Luc Bujold, soutient que la fusion des établissements a mis une énorme pression sur les gestionnaires, notamment pour équilibrer les budgets.

La création des centres intégrés, ça ne fonctionne pas. Ce sont des territoires trop grands et des structures déficientes par le fait que c’est trop gros.

Une citation de :Pier-Luc Bujold, président du SIIIEQ

Le député Sylvain Roy abonde en ce sens : On voit que la réforme Barrette a encore des effets sur le système de santé, que les coupures et les centralisations du pouvoir ont eu un effet sur les cadres.

Est-ce que le CISSS est attractif ou répulsif, on se pose la question?

Une citation de :Sylvain Roy, député de Bonaventure
Plan moyen de M. Roy en plein débat.

Le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La PDG du CISSS de la Gaspésie admet aussi que la fusion des établissements apporte des défis concernant la gestion de proximité, dans une organisation qui compte 3500 employés et qui dispose d’un budget de 351 millions de dollars.

Actuellement, nous sommes un peu trop éloignés de notre personnel, on ne peut pas être aussi près qu’on l’a été.

Une citation de :Chantale Duguay, présidente-directrice générale du CISSS de la Gaspésie

Des gestionnaires qui vont voir ailleurs

Par ailleurs, dans un contexte de rareté de main-d'œuvre, Chantale Duguay explique qu'il est facile pour les directeurs de trouver d'autres postes : Des gens qui ont occupé un poste de gestionnaire de haut niveau au CISSS de la Gaspésie peuvent aussi avoir des emplois fort intéressants avec des exigences moins élevées ailleurs.

En ce sens, notons que le directeur des ressources humaines, Michel Bond, en congé sans solde depuis un mois, est rapidement retourné sur le marché du travail à titre de consultant en ressources humaines.

Michel Bond, directeur des ressources humaines du Centre intégré de santé et de services sociaux

Le directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, Michel Bond, s'est retiré de ses fonctions pour un an.

Photo : Radio-Canada

L'ex-adjointe à la PDG et aux relations avec les médias du CISSS de la Gaspésie, Geneviève Cloutier, a aussi profité d'un congé sans solde pour aller travailler chez Hydro-Québec. Récemment, au terme de ce congé, Mme Cloutier a démissionné du CISSS pour conserver son emploi chez Hydro-Québec.

À cet effet, le Ministère de la Santé et des Services sociaux se dit conscient du fait que la charge de travail du personnel d'encadrement, au même titre que les employés, soit influencée par le contexte de pénurie de main-d'œuvre. Par conséquent, si la charge de travail et les conditions d'exercice des cadres s'avèrent problématiques pour un établissement, celui-ci devra planifier des mesures concrètes pour améliorer la situation, précise la relationniste Noémie Vanheuverzwijn dans un courriel.

Des impacts pour tout le personnel et les patients

L'APTS, le SIIIEQ et le député Sylvain Roy sont d'avis que, bien que des solutions temporaires pour remplacer les gestionnaires manquants soient en place, ces absences fragilisent toute l'équipe du CISSS et du même coup les soins offerts aux patients.

Quand il y a de l’instabilité, explique la représentante régionale de l'APTS Guylaine Michel, dans les équipes de gestionnaires, ça crée quand même de l’insécurité pour le personnel. Les gestionnaires sont importants pour les guider, les appuyer et les diriger au quotidien dans leurs tâches.

Ce n'est pas juste bureaucratique, ce sont des processus qui parlent de vie et de mort, ajoute le député Sylvain Roy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !