•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jagmeet Singh interpellé au sujet de son turban à Montréal

Plan rapproché de Jagmeet Singh lors d'une visite au marché Atwater à Montréal.

Le chef du NPD Jagmeet Singh dit avoir dû composer avec les préjugés tout au long de sa vie.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

François Messier

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh convient que des électeurs peuvent entretenir des préjugés à son égard parce qu’il porte le turban qui témoigne de sa confession sikhe. Un badaud qui l’a interpellé au marché Atwater lui en a rapidement fourni la preuve.

S’adressant à la presse quelques heures avant le premier débat des chefs en français de la campagne, M. Singh s’est fait interroger sur l’impact que son turban pourrait avoir le jour du vote.

Le sujet est d’autant plus d’actualité que le NPD vient de dévoiler une série de publicités destinées à l’électorat québécois qui attaquent cette situation de front.

Les quatre publicités de 15 secondes cherchent à distinguer le NPD des libéraux, des conservateurs, des bloquistes et des verts en mettant de l’avant différents aspects.

Chacune débute avec les mots Turban ou pas turban…, qui semblent destinés à banaliser la situation et à mettre de l’avant ce que défend le parti.

C’est clair qu’il y a à travers le Canada des gens qui ont des préjugés à cause de ça, a commenté M. Singh lorsqu’on lui a demandé s’il croyait que son turban dérangeait des électeurs.

Dans ma vie j’ai dû lutter contre […] ces préjugés, et je suis content de le faire parce que je sais que si on peut faire ça, on peut aller de l'avant, a-t-il ajouté.

Dans toutes les communautés du Canada, il existe du racisme systémique. Il y a toujours des défis pour des gens [qui sont confrontés] à ce qu’ils sont. Ce n’est pas nouveau pour moi.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

Je suis convaincu que nous pouvons surmonter ces préjugés, trouver ce que nous avons en commun et bâtir un Canada meilleur, où nous pouvons nous concentrer sur résoudre les problèmes plutôt que sur nos différences, a ajouté le chef néo-démocrate en anglais.

Jagmeet Singh en compagnie d'un électeur au marché Atwater.

« Vous devriez laisser tomber le turban », a lancé cet électeur au chef du NPD Jagmeet Singh, lors d'un événement au marché Atwater, à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Quelques minutes plus tard, M. Singh, qui déambulait dans le marché Atwater en serrant des mains avec sa femme, a été abordé par un homme âgé qui lui a lancé, en anglais : Vous savez quoi? Vous devriez laisser tomber votre turban [pour] avoir l’air d’un Canadien.

Oh, je crois que les Canadiens ont toutes sortes d’apparences. C’est la beauté du Canada, lui a répondu le chef du NPD en lui mettant une main sur l’épaule.

À Rome, on fait comme les Romains, a renchéri son interlocuteur, ce à quoi M. Singh a répondu : Je ne suis pas d’accord avec vous, Monsieur. C’est le Canada. Vous pouvez faire ce que vous voulez. Il a ensuite repris sa route.

Prenez soin de vous. J'espère que vous gagnerez, a alors dit l'homme, qui n'était pas agressif lors de cet échange, survenu sous le regard des journalistes qui suivaient M. Singh pour cette sortie publique avant le débat.

Le chef néo-démocrate est revenu un peu plus tard sur l'incident, en indiquant sur Twitter que beaucoup de Canadiens et Canadiennes se font dire qu'on doit changer qui nous sommes pour réussir. Mon message pour vous : ne changez pas qui vous êtes. Tout le monde mérite sa place, a conclu M. Singh.

Lors du débat qui aura lieu à 20 h ce soir, le chef néo-démocrate devra sans contredit revenir sur la position délicate qu'il défend au sujet de la Loi sur la laïcité de l'État québécois, adoptée en juin dernier par le gouvernement Legault.

Malgré la popularité de la loi, M. Singh affirme sans détour qu’il est opposé à la loi, tout en affirmant qu’il reconnaît la compétence du gouvernement du Québec à légiférer dans ce domaine.

Bien qu'il refuse de s'engager à intervenir dans la poursuite judiciaire intentée par des opposants à la loi, M. Singh s'est réjoui mardi que des municipalités canadiennes adoptent des résolutions condamnant la loi.

Notre dossier Élections Canada 2019

Politique fédérale

Politique