•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Communautés autochtones : « L'État québécois a manqué à son devoir », admet Legault

Le premier ministre du Québec, François Legault, a présenté des excuses aux nations autochtones pour les préjudices que leur ont causés les politiques et services publics mal adaptés à leur réalité.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec a présenté, dans une déclaration solennelle à l'Assemblée nationale, des excuses aux Premières Nations et aux Inuit pour les préjudices que les lois, les politiques et les services publics, mal adaptés à leur réalité, leur ont causés au fil des années.

L’État québécois n’en fait pas assez et cette situation est indigne de la société québécoise. En conséquence, j’offre aux membres des Premières Nations et aux Inuit du Québec les excuses les plus sincères de l’ensemble de l’État québécois.

François Legault, premier ministre du Québec

Devant de nombreux chefs et représentants des peuples autochtones du Québec réunis pour l'occasion, le premier ministre a affirmé qu'à la lumière du rapport accablantdéposé lundi par le commissaire Jacques Viens sur la discrimination systémique dont sont victimes les Autochtones, l'État québécois a clairement manqué à son devoir.

Or, il faudra plus que des excuses, a reconnu d'emblée le premier ministre.

Ces excuses sont nécessaires, c’est très important, mais ce n’est pas suffisant. On doit comprendre les raisons qui ont mené à cette situation. Et à partir de là, on doit changer les choses.

François Legault, premier ministre du Québec

Les femmes autochtones sont celles qui ont subi une large part des préjudices décrits dans le rapport de la Commission. Et j’ai ici une pensée toute particulière pour les femmes autochtones qui ont vécu les tristes événements de Val-d’Or, a-t-il ajouté.

Pour François Legault, la méconnaissance de la réalité autochtone par les Québécois est hautement nuisible aux relations entre nos deux nations.

Il persiste, selon M. Legault, encore trop de stéréotypes à l'égard des Autochtones. On doit s’efforcer de reconnaître concrètement et au quotidien l’existence des nations avec qui nous partageons le territoire.

Considérant la gravité du constat livré par la commission Viens, François Legault a souligné au passage la responsabilité du gouvernement fédéral face au mieux-être des nations autochtones.

Pas pour nous décharger de la nôtre, mais pour en appeler à une collaboration de tous les instants, a tenu à préciser le premier ministre en rappelant que les relations entre Blancs et Autochtones ont aussi produit de belles réussites.

Le grand chef huron wendat Konrad Sioui lève son chapeau pendant que les députés de l'Assemblée nationale applaudissent après que le premier ministre du Québec, François Legault, s'est excusé auprès des dirigeants des Premières nations et des Inuits lors d'une déclaration à l'Assemblée législative à Québec, le mercredi 2 octobre 2019.

Une vingtaine de chefs autochtones étaient présent mercredi à l'Assemblée nationale pour assister aux excuses du premier ministre François Legault.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Un geste unanime

Unissant leurs voix à celle du premier ministre Legault, les trois partis d'opposition représentés à l'Assemblée nationale ont également présenté leurs excuses aux membres des Premières Nations et aux Inuit.

Soulignant qu'il est inconcevable en 2019 de constater encore de telles inégalités sociales dans notre collectivité, le chef intérimaire du PLQ, Pierre Arcand, a déploré l'ignorance qui persiste quant aux réalités autochtones et en particulier en ce qui touche les femmes autochtones.

Nous devons redonner aux communautés la dignité qu’elles méritent.

Pierre Arcand, chef intérimaire du PLQ

Pour la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, qui a pris le temps de saluer les représentants autochtones présents dans leur langue respective, le temps est venu d'aller au-delà des promesses dans nos relations avec les peuples autochtones.

Je n’ai rien à leur apprendre aujourd’hui qu’ils ne savent déjà. Ce que nous dirons aujourd’hui, ils l’ont déjà entendu. Ce que le rapport contient, ils le vivent au quotidien.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

C'est pourquoi elle a assuré les communautés autochtones de la province que son parti allait désormais veiller à ce que chacun des 142 appels à l'action contenus dans le rapport de la Commission Viens soit mis en oeuvre avant de conclure que nommer notre enfermement, c’est se rapprocher de sa fin.

Tout comme ses confrères et consoeurs de l'Assemblée nationale, le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, a lui aussi convenu que des excuses ne suffiront pas.

Alors que nous aurions dû collaborer ensemble et cheminer ensemble, nous avons peu à peu creusé un fossé, laissant du même coup trop de personnes sur les lignes de côté. Des aînés, des femmes, beaucoup trop d’enfants souvent aux prises avec d’immenses difficultés et sans ressources suffisantes pour les aider à les surmonter, a notamment déploré le chef péquiste.

Se relever d'un échec collectif

Une communauté autochtone du Québec.

Les communautés autochtones dénoncent depuis des décennies les inégalités sociales et la discrimination du système public à leur égard.

Photo : Radio-Canada

Dans le rapport du commissaire Jacques Viens, qui contient 142 recommandations au gouvernement du Québec, l’ex-juge constate que le système public québécois est actuellement incapable d’offrir aux communautés autochtones les services auxquels elles ont droit.

Pour l'ex-juge Viens, les Autochtones du Québec sont ni plus ni moins victimes de discrimination systémique.

Qu’il s’agisse de santé physique, de santé mentale, de justice, d’espérance de vie, de parentalité, de logement ou encore de revenus, les difficultés vécues par les peuples autochtones du Québec font la démonstration claire, selon Jacques Viens, de l’incapacité du système public à répondre à leurs besoins.

Un échec collectif, selon lui, qui trouve sa source notamment dans le fait que la qualité des services aux populations autochtones n’a jamais été une priorité pour les gouvernements qui se sont succédé à la tête du Québec.

Soulignant que la multiplication des enquêtes publiques par le passé sur la condition des peuples autochtones et les réponses inadéquates des gouvernements ont contribué à accroître le cynisme, l'ex-juge Viens réclame la création d'un mécanisme de suivi indépendant doté d’une véritable capacité d’influence, voire de contrainte pour veiller à ce que ses recommandations soient respectées par l'État québécois.

Selon lui, le Protecteur du citoyen pourrait jouer ce rôle.

La Commission sur les relations entre les Autochtones et certains services publics a été créée par l'ex-premier ministre Philippe Couillard en décembre 2016, à la suite des témoignages de femmes autochtones de Val-d'Or qui se disaient victimes de violence policière.

La Commission avait pour objectif de faire la lumière sur les enjeux systémiques qui caractérisent la relation entre les Autochtones et les intervenants de certains services publics.

L’absence d’Autochtones parmi les membres de la Commission lui avait valu plusieurs critiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Autochtones

Politique