•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

CSPO : Plusieurs questions sans réponses concernant les écoles Grande-Rivière et 040

De nombreuses personnes dans une salle.

De nombreux parents se sont mobilisés pour défendre la concentration musique offerte à l'école secondaire Grande-Rivière du secteur Aylmer à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Poudrier

Radio-Canada

Près de 200 parents ont participé mardi soir à la rencontre de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) au sujet de la future école 040 qui va provoquer une redéfinition du bassin de population de l’École secondaire Grande-Rivière.

Les deux écoles accueilleront sous leur toit plus de 2500 élèves du secondaire au cours des prochaines années.

Le ministère de l'Éducation estime que le nombre d’élèves qui résident dans le bassin des écoles Grande-Rivière et 040 sera d’environ 2760 en 2025-2026.

La capacité maximale de ces deux écoles a été établie à 2596 élèves, soit un surplus de 47 élèves, a indiqué la coordonnatrice aux communications de la CSPO, Maude Hébert.

Des parents trouvent qu'il y a encore beaucoup d'incertitudes et se questionnent entre autres sur le nombre d'élèves.

C’est plate à dire, mais la planification n’est pas faite. Nous sommes déjà dans les problèmes, ça construit, ça construit, nous sommes déjà en surplus! Comment se fait-il qu’il n’y ait pas deux écoles de planifiées à être bâti à Aylmer, se demande Geneviève Beauvais-Gratton.

L’école secondaire Grande-Rivière de Gatineau offre depuis 1976, l’enseignement de la musique pendant toute la durée des études.

Madame Lambert sourit devant la caméra du journaliste.

Mylène Lambert voulait partager ses inquiétudes quant à l’avenir du programme de musique à l'école secondaire Grande-Rivière de Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Poudrier

Mylene Lambert, mère de deux adolescentes qui font partie de ce programme spécialisé craint dont les groupes soient séparés, parce que des jeunes devront changer d'école lorsque la 040 sera prête.

J’ai une petite fille qui a vraiment de la difficulté à s’intégrer et la façon que nous avons réussi à lui faire aimer l’école, de la motiver à avoir de bonnes notes, c’est d’être dans le programme de musique. C’est la deuxième famille de ma fille, elle est super motivée, elle garde de belles notes parce qu’elle veut rester dans le programme. Avec tout ce que l’on entend dans le domaine de la santé mentale, si elle perd sa famille en cinquième secondaire, je crains qu’il y ait une grosse coupure, a mentionné Mme Lambert.

De son côté, Brigitte Mainville, la mère d’un élève qui participe au programme de musique souhaite une plus grande écoute de la part de la CSPO.

Je souhaite que les gens de la CSPO se promènent sur le terrain, qu’ils viennent les rencontrer pour entendre leurs points de vue. Je travaille dans le milieu de la santé, nous essayons de plus en plus d’impliquer les patients qui sont au coeur de leurs soins, je pense que c’est la même chose pour les élèves qui sont assez vieux et ils ont un point de vue à partager, a indiqué Brigitte Mainville.

De nouvelles pistes à envisager

Le président de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais, Mario Crevier, affirme que son organisation a été à l'écoute des préoccupations des parents et va continuer de consulter les personnes impliquées.

Nous avons une rencontre au cours de la semaine prochaine pour voir où nous allons aller avec ça. La direction des écoles va aussi être consultée, parce que ça aussi c’est important, a indiqué M. Crevier.

Consulter les élèves je trouve ça intéressant, difficile à faire, mais intéressant, une autre avenue à voir.

Mario Crevier, président de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais

M. Crevier a rappelé que le but de la soirée était de présenter les nouveaux bassins pour les deux écoles, et qu’il y a eu très peu de questions ou de préoccupations à ce sujet, un signe encourageant selon lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Éducation