•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Salon du livre de Dieppe se serre la ceinture à trois semaines de l'événement

Alain Roberge en entrevue devant des étalages de livres.

Le Salon du livre aura lieu comme prévu du 24 au 27 octobre au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, à Dieppe, indique Alain Roberge.

Photo : Radio-Canada / Paul Landry

Radio-Canada

Le Salon du livre de Dieppe coupe dans sa programmation. L'organisme s'est vu refuser une subvention du Conseil des arts du Canada et attend toujours une réponse à sa demande au Fonds du livre du Canada.

À trois semaines de l'événement, ce n'est pas une situation dont se réjouit le président du Salon, Alain Roberge.

Dans les circonstances, on a décidé de réduire la programmation et certaines activités, question de diminuer les coûts associés aux activités.

On a une programmation révisée qui va toucher à peu près tout le monde, les adultes comme les enfants. On va aller dans les écoles, on va aller dans les garderies, dans les foyers, mais il y aura probablement un peu moins d'activités, explique le président.

Au lieu, par exemple, d'avoir trois activités dans une école, on en aura peut-être deux.

Une autrice joue avec des enfants.

Certaines activités seront réduites dans la programmation de cette année.

Photo : Facebook - Salon du livre de Dieppe

Le Salon du livre de Dieppe aura lieu comme prévu du 24 au 27 octobre prochain au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, à Dieppe.

Il recevait depuis sept ans une subvention annuelle qui augmentait au fil des années, pour atteindre 28 000 $ l'an dernier. L'argent appuyait la tenue des activités.

Il y a un mois, les organisateurs ont essuyé un refus de la part du Conseil des arts, qui offrait jusqu'alors cette subvention importante. L'organisme a indiqué que la demande avait été analysée, mais qu'elle ne s'était pas classée pour l'obtention des fonds cette année.

À un peu plus de trois semaines de l'événement, on attend toujours la réponse à la demande de 2000 $ présentée au Fonds du livre du Canada.

C'est donc un manque à gagner de près de 50 000 »$ sur un budget total d'environ 175 000 $. Les organisateurs doivent trouver 30 % du budget s'ils veulent offrir aux participants une formule à la hauteur de celle des dernières années.

Le Salon, souligne Alain Roberge, est bien plus qu'un rassemblement. Il propose des kiosques, des maisons d'édition, des auteurs à rencontrer, des conférences à écouter, ainsi que des tournées dans les écoles, les bibliothèques publiques et les foyers de soins.

On a aussi annulé tout ce qui était [...] réception. Donc, si on n'est pas capable de se payer du vin, bien, on n'a pas de vin.

Alain Roberge, président du Salon du livre de Dieppe

Le conseil d'administration et la nouvelle directrice ont tenté de trouver d'autres bailleurs de fonds.

Ils veulent mieux comprendre pourquoi ils ont essuyé un refus alors qu'ils obtenaient ces fonds depuis 2012. Les responsables du Salon ont expliqué que la demande avait été faite dans les délais prévus par l'ancienne directrice, Josée Lord, qui avait l'habitude d'effectuer ce travail puisqu'elle a occupé le poste pendant huit ans.

La prochaine étape, pour moi, c'est de contacter nos principaux bailleurs de fonds, le CCNB, le district scolaire et la Ville de Dieppe, pour les informer de la situation. On va quand même tenir le Salon du livre, mais avec les ressources financières qu'on a, souligne M. Roberge.

Ce qui est encore plus difficile à comprendre pour les organisateurs, c'est que les salons du livre de la Péninsule acadienne et d'Edmundston ont quant à eux obtenu les subventions du Conseil des arts et du Fonds du livre du Canada.

Dans le cas d'Edmundston, les organisateurs ont déjà des confirmations alors que le Salon ne se tient qu'au printemps 2020.

On a donc décidé à Dieppe de couper dans la programmation et l'offre d'activités extérieures et de piger dans le fonds d'urgence accumulé au fil des ans. La nouvelle programmation sera présentée aux participants le 10 octobre.

Les participants auront donc droit à une programmation réduite, et certains auteurs, à des contrats moins intéressants. Certaines tournées dans les écoles, les foyers de soins et les bibliothèques publiques sont annulées.

Avec les renseignements de Sophie Désautels

Nouveau-Brunswick

Livres