•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En octobre, la distraction au volant devient la priorité des forces de l'ordre

Un homme conduit avec un téléphone cellulaire à la main. Sur la route devant sa voiture, il y a des cônes orange.

Plusieurs automobilistes, dont des personnalités locales, ont participé à un test de conduite organisé par la SGI pour sensibiliser les conducteurs au danger des distractions au volant.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le danger des distractions au volant est au centre des activités de sensibilisation à la sécurité routière de la Société d'assurance de la Saskatchewan (SGI) en octobre.

Les agents de polices de la province vont sensibiliser davantage les conducteurs aux dangers des distractions au volant durant le mois d'octobre.

Au mois d'août près de 1000 contraventions ont été données pour distraction au volant, dont 880 cas pour l’usage d’un cellulaire au volant.

Pour sensibiliser les automobilistes aux dangers des distractions au volant, la SGI a soumis mardi quelques personnalités de Regina, dont des membres des médias, à un test de conduite en présence de distractions.

Plusieurs automobilistes se sont vite rendu compte à quel point il est difficile d’éviter des cônes orange sans être concentré sur la route.

Même si l’expérience a fait rire plus d’un, le message de la SGI est sérieux : il est dangereux de conduire lorsqu'on est distrait.

« Les [gens] sont curieux, vivent avec leur cellulaire. Ils ne peuvent pas passer 20 minutes sans savoir ce qui se passe et laisser leur téléphone tranquille », déplore le sergent Stéphane Langlois, de la Gendarmerie royale du Canada.

Parmi les autres distractions au volant, la SGI cite par exemple, le maquillage, la recherche d’un objet dans un sac, des discussions animées avec d’autres passagers, ou même une tasse de café.

Une contravention pour distraction au volant coûte 280 $ et en cas de récidive elle entraîne la perte de 4 points d’inaptitude et la mise à la fourrière du véhicule. Ces pénalités pourraient s'alourdir à l’avenir, indique Joe Hargrave, le ministre responsable de la SGI.

« La province pense sérieusement à des pénalités plus sévères pour ce comportement dangereux », déclare-t-il avant de conseiller aux automobilistes de « mettre de côté leur téléphone, d'éviter les autres distractions et de se concentrer sur la route. »

Avec les informations de Karel Houde-Hébert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !