•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilan de santé peu réjouissant du fleuve Saint-Laurent

Ce long fleuve en apparence tranquille révèle ses secrets à une équipe de chercheurs.

Un bateau de pêche tire un filet sous la pluie.

Le Lampsilis déploie un filet de pêche dans le Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Michaud

France Beaudoin

Une mission historique à laquelle ont contribué des chercheurs d’une dizaine d’universités québécoises permet de dresser un portrait peu rassurant du fleuve.

Pesticides, contaminants chimiques, eaux usées... les sources de pollution sont multiples. Et malgré son débit et sa capacité de dilution, le Saint-Laurent montre des signes avant-coureurs inquiétants.

Le reportage de la journaliste France Beaudoin et du réalisateur Jean-François Michaud est présenté dans le cadre de l'émission La semaine verte à ICI Télé.

Les travaux, réalisés à bord du navire de recherche Lampsilis, sont d’une ampleur sans précédent. Eaux, sédiments, poissons ont été analysés par l’équipe de scientifiques, de Kingston à Québec. Mais les chercheurs ont ciblé des zones où le fleuve est particulièrement vulnérable, entre Montréal et le lac Saint-Pierre.

On fait face à un cocktail multiple de sources de pollution, des nouvelles et des anciennes, et on essaie de tout mettre ça ensemble.

François Guillemette, chef de mission, professeur au Département des sciences de l’environnement à l'UQTR
François Guillemette sur le pont d'un bateau.

François Guillemette, chef de mission, professeur au Département des sciences de l’environnement à l'UQTR, à bord du Lampsilis.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Michaud

Alors que le Lampsilis navigue près de Beauharnois, le professeur de sciences biologiques à l’Université de Montréal Marc Amyot explique son intérêt pour de nouveaux polluants : les terres rares. Ces métaux sont largement utilisés en haute technologie, dans les téléphones intelligents, les écrans tactiles et les voitures hybrides par exemple, mais aussi en médecine, où le gadolinium sert d’agent contrastant en imagerie médicale.

Pour prévenir d’éventuels problèmes de contamination, le chercheur tente de cartographier la présence des terres rares dans le Saint-Laurent.

Des fois on pense bien faire. Par exemple, quand on veut électrifier les transports, il faut utiliser des ressources minières et donc ça se ramasse dans l'environnement. Il faut comprendre comment ces éléments vont se comporter.

Marc Amyot, professeur de sciences biologiques à l’Université de Montréal
Bateau et filet de pêche

Le Lampsilis est basé à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Michaud

Les analyses de son équipe permettent déjà de détecter des traces de gadolinium dans l’effluent de la métropole, sans doute en provenance des hôpitaux. Les organismes qui se trouvent dans le bas de la chaîne alimentaire sont les plus fortement contaminés, mais ne subissent pas d’effets toxiques visibles. Les poissons, eux, accumulent peu de terres rares, mais les assimilent par contre très mal.

Les terres rares qui se rendent dans leurs tissus vont à la mauvaise place. Ils vont aller dans la cellule, dans des endroits sensibles, par exemple les mitochondries. Donc il y a un potentiel toxique chez ces poissons-là s’ils réussissent à en accumuler suffisamment, précise Marc Amyot.

Des berges contaminées

Le Lampsilis avance vers le point de rejet de la station d’épuration des eaux usées de Montréal, sur la pointe est de l’île. Un secteur névralgique. Les gaz malodorants qui flottent soudainement autour du navire ne mentent pas.

L’équipe de François Guillemette effectue justement le décompte et les profils génétiques des bactéries E. coli. Le chercheur s’étonne de l’ampleur de la contamination du Saint-Laurent par les E. coli d’origine humaine.

Un panache de fumée s'échappe d'une usine construite sur une berge.

Une zone industrielle le long du fleuve Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Michaud

On s’est rendu compte qu’environ 50 % des sites dans le fleuve dépassaient les normes de baignade. Environ 16 % […] dépassaient les normes de contact indirect, ça veut dire qui proscrit toute activité récréative comme le canotage, la pêche, etc.

François Guillemette, chef de mission, professeur au Département des sciences de l’environnement à l'UQTR

Ces bactéries contaminent les berges de la rive nord du Saint-Laurent de Montréal jusqu’à Sorel et sont présentes jusque dans le sud des îles de Sorel-Berthier. On décèle toujours leur présence au beau milieu du lac Saint-Pierre et elles ne disparaissent finalement qu’à la hauteur de Trois-Rivières.

Alors qu’un immense chalut de pêche est déployé pour capturer des poissons, Gilbert Cabana, professeur en sciences de l’environnement à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), raconte qu’il se penche sur la présence de gras trans artificiels dans les particules en suspension et les poissons.

Gilbert Cabana tient un poisson.

Gilbert Cabana est professeur en sciences de l’environnement à l’UQTR.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Michaud

Certains gras sont essentiels au fonctionnement des organismes et sont même d’origine aquatique. Mais les gras trans sont néfastes. Bien qu'ils soient bannis au Canada depuis plus d’un an, les analyses révèlent le signal d’une pollution urbaine.

Les résultats sont vraiment, vraiment frappants. Les taux sont de l’ordre de 50 à 100 fois plus élevés en aval de la ville de Montréal, de ces fameux gras trans là.

Gilbert Cabana, professeur en sciences de l’environnement à l'UQTR

L’usine de traitement des eaux usées de Montréal rejette aussi dans le fleuve une véritable soupe de produits pharmaceutiques. Selon les travaux de Sébastien Sauvé, professeur en chimie environnementale à l’Université de Montréal, une tonne de molécules actives d’antibiotiques sont relâchées chaque année.

L’inquiétude c’est qu’il y a une charge en antibiotiques qui est significative et qui contribue à développer la résistance aux antibiotiques dans l’environnement.

Sébastien Sauvé, professeur en chimie environnementale à l’Université de Montréal

La faune et la flore contaminées

Un poisson dans les mains.

Les poissons détiennent des informations sur la qualité de l'eau du Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Michaud

Les concentrations d’anti-inflammatoires sont aussi 10 fois plus élevées dans l’effluent de la ville de Montréal qu’en amont et 8 fois plus élevées dans le cas des antidépresseurs, perturbateurs endocriniens qui ont des effets toxiques sur la faune et la flore.

Actuellement, la Ville de Montréal ne désinfecte pas ses eaux usées. Elle a prévu de construire une usine d’ozonation qui doit réduire la charge en bactéries, en virus et en produits pharmaceutiques dans le Saint-Laurent.

Pour l’heure, l’archipel de Sorel-Berthier et les chenaux semblent filtrer, en partie du moins, les polluants non traités en provenance de la métropole. Des processus biochimiques et de sédimentation captent ou transforment notamment la matière organique.

On peut arriver à une diminution de départ en amont vers l’aval, donc avant et après les îles, d’environ 60 %, de diminution d’activité. Donc, il y a quelque chose de fort qui se passe dans les îles. La question maintenant, c’est de savoir si on ouvre ce bioréacteur-là, comment ça marche.

François Guillemette, chef de mission, professeur au Département des sciences de l’environnement à l'UQTR

L’archipel a ses limites cependant face à la présence quasi généralisée de pesticides dans le Saint-Laurent. Certaines des rivières les plus polluées du Québec se jettent directement dans le lac Saint-Pierre ou en amont. La pollution agricole met en péril la survie même du lac Saint-Pierre, où s’arrête maintenant le navire de recherche.

Une chercheuse consulte un livre.

Processus d'identification des poissons présents dans le Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Michaud

Sébastien Sauvé fait ici un triste constat : la présence de pesticides dans le fleuve est pour ainsi dire généralisée. 80 % des échantillons d’eau analysés par son équipe contiennent soit du glyphosate, soit de l’atrazine.

En moyenne, 60 tonnes d’atrazine et de ses dérivés sont véhiculés par le fleuve en provenance des terres agricoles. L’atrazine altère les comportements et les mécanismes de reproduction des poissons et des amphibiens.

Et les deux tiers des échantillons d'eau ont des traces de néonicotinoïdes, ces pesticides qui s’attaquent au système nerveux des insectes pollinisateurs. Le tiers a des taux supérieurs aux normes canadiennes.

C’est quelque chose qui va agir sur nos insectes et donc qui a un potentiel d’affecter des invertébrés, d’affecter beaucoup de petits animaux qui sont présents dans l’environnement, dans le milieu aquatique.

Sébastien Sauvé, professeur en chimie environnementale à l’Université de Montréal

Vaste étendue de cyanobactéries

Le lien entre la pollution agricole et le développement des cyanobactéries est connu. Ces algues microscopiques prolifèrent depuis un bon moment dans le lac Saint-Pierre.

Mais le suivi de leur développement dans le fleuve envoie un signal inquiétant. On observe une augmentation systématique de la production de cyanobactéries dans la colonne d’eau centrale, de Kingston à Trois-Rivières, selon le professeur François Guillemette.

Un bateau blanc navigue sur un cours d'eau tranquille et sous un ciel bleu.

Le bateau Lampsilis de l'UQTR navigue sur le fleuve Saint-Laurent avec une équipe de chercheurs.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Michaud

Dans le coin de Trois-Rivières et Québec, on est rendu quelque part entre 37 à 40 % de la communauté maintenant qui est occupée par ce type d’algues là qui peuvent être potentiellement toxiques, affirme François Guillemette.

À son avis, le cumul des effluents de la métropole et de la pollution agricole laisse clairement entrevoir une tendance à la dégradation du milieu aquatique. « On n'est pas encore à des niveaux astronomiques ou catastrophiques d'eutrophisation du Saint-Laurent, mais les données suggèrent qu'on s'en va vers ça. »

Pourtant, près d’une centaine de municipalités au Québec déversent toujours leurs égouts directement dans le fleuve et ses tributaires. Et le projet d’usine d'ozonation de la ville de Montréal tarde à se concrétiser.

Rien pour rassurer tous ces chercheurs, gardiens de l'environnement et témoins des changements qui s'opèrent, invisibles, dans ce long fleuve en apparence tranquille....

Environnement

Science