•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cloutier-du Rivage : une médecin dissidente incitée à se taire

Le Centre Cloutier-du-Rivage dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières.

Le Centre Cloutier-du-Rivage dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Marie-Pier Bouchard

La Dre Janique Dion doit se rallier au projet de transformation de l’urgence à Cloutier-du Rivage si elle veut conserver ses fonctions de gestionnaire. Radio-Canada a obtenu copie d’un courriel dans lequel le Dr Olivier Roy, chef du département de médecine d’urgence au CIUSSS MCQ, lui rappelle son devoir de loyauté.

Je vous demande donc, si vous désirez poursuivre votre implication à titre de chef adjoint de l'urgence de Shawinigan, de cesser toute cabale et toute intervention externe dans ce débat, écrit le Dr Olivier Roy, chef du département de médecine d'urgence au Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

La Dre Janique Dion fait partie d’un groupe d’autres médecins et professionnels de la santé qui ont exprimé publiquement leurs inquiétudes au sujet de la transformation de l’urgence à Cloutier-du Rivage du secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières.

Bien qu’à titre de chef de département le Dr Roy n’encourage pas les sorties médiatiques, il dit avoir toléré qu’elle s’exprime publiquement se disant pour la liberté d'expression et pour la démocratie au sein des équipes médicales.

Olivier Roy en entrevue à Radio-Canada.

Le docteur Olivier Roy fait partie des signataires de la lettre soutenant la transformation de l'urgence Cloutier-du-Rivage.

Photo : Radio-Canada

Maintenant qu’elle a eu l’occasion de faire part de son opinion, il la met en garde.

Vous comprendrez qu'à ce niveau d'avancement du projet et de son caractère irréversible, poursuivre vos actions relève davantage de la campagne de salissage qu'autre chose, écrit-il.

Le Dr Roy rappelle à la Dre Dion qu’elle porte aussi un chapeau de gestionnaire.

Comme vous avez un rôle de chef adjoint, vous avez une certaine obligation de solidarité envers l'établissement. Il y a une question de confiance mutuelle à préserver.

extrait du courriel envoyé par le Dr Olivier Roy, chef du département de médecine d'urgence au CIUSSS MCQ

Invité à réagir, le Dr Olivier Roy s'est dit d'entrée de jeu «  surpris et assez déçu » que cette correspondance se retrouve dans les médias.

Dans son message, dont le ton est beaucoup plus posé que celui envoyé à la Dre Dion, Dr Roy rappelle qu'une personne qui occupe un tel poste au sein de la gouvernance médicale a un devoir de réserve, surtout dans un contexte d’ouverture imminente de la nouvelle clinique de proximité et doit aller au-delà de ses convictions personnelles .

Olivier Roy affirme qu'il se questionnait sur le désir de sa collègue de poursuivre dans ses fonctions de gestionnaire et il voulait lui en faire part. Afin que nous puissions compter sur un lien de confiance mutuel solide dans le cadre de notre travail , écrit-il.

Des craintes réelles

La Dre Janique Dion a décliné notre demande d’entrevue, nous a fait parvenir une déclaration écrite dans laquelle elle se dit attristée estimant qu’on tente de la museler.

Elle affirme avoir partagé ce courriel avec certains collègues du milieu et à des organisations afin d’avoir leur avis et d’y voir plus clair.

Comme elle dit ne pas connaître ses droits dans une telle situation, la Dre Janique Dion affirme qu’elle a l’intention de demander un avis juridique.

Une femme en entrevue à la caméra.

Dre Janique Dion, médecin d'urgence

Photo : Radio-Canada

Selon elle, il ne faut pas faire glisser le débat puisque nos craintes demeurent réelles, écrit la Dre Dion.

La nouvelle clinique est un projet louable, mais ici on parle d’accès aux soins d’urgence mineure de toute la région qui sera profondément modifié et cela sera implanté dans le secteur le plus démuni de Trois-Rivières sans l’avoir mis à l’épreuve au préalable. C’est là le débat, conclut-elle.

Le CIUSSS MCQ pour sa part se range derrière le Dr Olivier Roy.

Bien que Dre Dion ait toute la liberté de s’exprimer en son nom personnel, nous trouvons légitime que Dr Roy puisse aborder la question sur son intérêt à poursuivre ses fonctions au sein de la gouvernance médicale, explique le CIUSSS MCQ.

Dès le 21 octobre, les patients qui vont se présenter au Centre Cloutier-du Rivage seront pris en charge par des infirmières praticiennes spécialisées (IPS) ou seront dirigés vers un professionnel ou un organisme communautaire. Certains verront le médecin de famille de garde, mais seulement en cas de besoin.

Sonia LeBel prise par suprise

Pendant ce temps, les opposants au projet de transformation de Cloutier-du Rivage ne lâchent pas le morceau.

L’instigatrice de la pétition pour empêcher la fermeture de l’urgence a surpris la députée de Champlain et ministre de la Justice, Sonia LeBel, mardi après un point de presse sur un tout autre sujet à l’église de Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Andrée Lanneville s’est présentée sur place pour lui remettre les feuilles de la pétition qui a recueilli 5000 signatures jusqu’à maintenant.

Il faut qu'elle entende la voix de ses citoyens, de ses électeurs. Je lui ai dit qu'on avait à discuter et lui montrer pourquoi on n'est pas d'accord. Elle n'est pas venue nous rencontrer, on l'a pas vue, a expliqué Mme Lanneville après son échange avec Sonia LeBel.

Mme LeBel s’est engagée à rencontrer Andrée Lanneville et elle se défend bien de ne pas être à l’écoute des citoyens de sa circonscription. 

« J’ai parlé avec quelques médecins qui font partie des gens qui ont signé la pétition, donc oui je les ai entendus, je les ai écoutés. J’ai eu un appel d'une quinzaine de minutes avec un médecin qui a travaillé à Cloutier-du Rivage qui avait des craintes », répond Mme LeBel.

Elle se dit à l’écoute des gens qui sont préoccupés, mais elle est toujours convaincue que cette nouvelle formule répondra beaucoup mieux aux besoins de la population du secteur.

Le député de Pontiac en porte-parole de l'opposition en matière de Santé et de Services sociaux, André Fortin, doit déposer la pétition à l'Assemblée nationale le 7 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Médecine