•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Québec accusée de faire preuve de discrimination dans l'embauche de ses pompiers

IMG_1285

Un casque de pompier de la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

Yannick Bergeron

La Commission des droits de la personne réclame près de 110 000$ à la Ville de Québec au nom d'un aspirant pompier dont la candidature a été rejetée.

Selon la Commission, la Ville a fait preuve de discrimination en écartant la candidature de Sébastien Samson-Thibault, atteint de daltonisme, dans le cadre d'une évaluation médicale avant son embauche.

« Le plaignant avait réussi toutes les étapes du processus d'embauche et avait même été invité à un ajustement de son uniforme », dénoncent les avocats de la Commission dans leur mémoire.

En plus des sommes réclamées, la poursuite au Tribunal des droits de la personne vise le retrait du questionnaire médical préembauche, élaborée et administrée par la firme Médysis.

Il s'agit de la même entreprise qui a fait l'objet de plaintes pour un questionnaire d'embauche controversé à l'Université Laval. L’institution avait finalement décidé de le retirer.

Examens réussis

Dans le cas de Sébastien Samson-Thibault, il a passé avec succès un examen écrit et une entrevue d'embauche en 2013 avant de répondre au questionnaire de Médisys en 2015.

Le candidat doit y déclarer différentes conditions, comme la diarrhée chronique, des varices, une infection urinaire et d'autres problèmes de santé.

Le plaignant a indiqué qu'il portait des verres correcteurs et révélé avoir de la difficulté à distinguer les couleurs.

Lors d'un examen médical visant à établir son type de daltonisme, l’aspirant pompier aurait commis cinq erreurs, en septembre 2015.

Mais selon les avocats de la Commission des droits de la personne, le médecin aurait conclu que l'état de santé du candidat était compatible avec les exigences du poste.

Le docteur notait cependant que le candidat présentait des restrictions préventives permanentes, « soit qu'il ne peut accomplir des tâches qui demandent de distinguer parfaitement les couleurs ».

« Incompatible » avec le travail de pompier

À la suite de deux autres diagnostics défavorables, la Ville lui annonce finalement en octobre 2015 que son daltonisme est incompatible avec le travail de pompier.

« Cette information surprend », écrivent les avocats de la Commission, puisque le plaignant occupe à ce moment un poste de pompier depuis six ans pour la Ville de Rivière-du-Loup.

Selon les avocats, la Ville « a imposé un critère arbitraire allant au-delà des exigences requises pour l'emploi ».

Le montant total réclamé se compose de la différence entre le poste convoité par le plaignant et celui qu'il occupe toujours à Rivière-du-Loup.

Le Commission des droits de la personne exige aussi 8000 $ en dommages moraux et 2000 $ à titre de dommages punitifs « compte tenu du caractère intentionnel » de l'atteinte aux droits et du « refus d'embauche discriminatoire ».

Comme le dossier se transporte devant les tribunaux, Sébastien Samson-Thibault, le Syndicat des pompiers et la Ville de Québec n'ont pas commenté.

Au moment d'écrire ces lignes, la Ville de Québec n'avait pas été en mesure de confirmer si le questionnaire litigieux était toujours utilisé.

Procès et poursuites

Justice et faits divers