•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interdit de séjour aux États-Unis pendant cinq ans pour avoir voulu y faire du bénévolat

Kyle Kuchirka tient dans sa main un passeport dans lequel est écrit une note.

Kyle Kuchirka a été interdit d'accès aux États-Unis pour une période de cinq ans, en août, alors qu'il tentait de se rendre dans l'État de Washington pour faire du bénévolat.

Photo : Jason Warick

Samuel Desbiens

Un Saskatchewanais qui se rendait aux États-Unis pour faire du bénévolat en marge du festival Sh’Bang, dans l’État de Washington, est finalement rentré chez lui avec une interdiction d’entrée dans ce pays pour les cinq prochaines années.

Kyle Kuchirka a été interpellé le 29 août par les agents frontaliers américains à son arrivée aux douanes de Sumas, au sud d’Abbotsford, en Colombie-Britannique.

L’homme, qui dit ne pas avoir de casier judiciaire, affirme qu'il a été interrogé pendant plusieurs heures par les autorités américaines qui craignaient qu'il soit rémunéré pour son rôle au sein du festival, qui se déroulait du 6 au 8 septembre.

Kyle Kuchirka a indiqué aux autorités qu’il serait nourri et logé durant son séjour, mais qu’il n'aurait droit à aucun paiement en argent.

À un certain moment [les agents frontaliers] m’ont dit que je volais des emplois aux Américains, mentionne Kyle Kuchirka.

J’allais juste les aider à préparer un festival! Je n’en revenais pas!

Kyle Kuchirka, résident de Saskatoon

Il aurait montré aux autorités des courriels qui confirmaient son rôle de bénévole, mais n’a pas été en mesure de prouver, sur le moment, que le festival Sh’Bang était mis sur pied par une organisation à but non lucratif.

Il a obtenu, le lendemain, une photo du permis d’exploitation de l’organisation qui confirmait ledit statut. Il était cependant trop tard pour obtenir gain de cause, puisqu’une note avait déjà été inscrite dans son passeport : il devra attendre cinq ans avant de remettre les pieds aux États-Unis.

Un passeport en premier plan et un homme en arrière-plan.

Lui-même artiste, Kyle Kuchirka avait l'intention de regarder les formations disponibles aux États-Unis pour peaufiner ses habiletés sur scène.

Photo : Don Somers

De son côté, le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis indique qu'il peut discuter des cas spécifiques. Il ne nie ni ne confirme la version du Saskatchewanais.

Les agents traitent tous les voyageurs avec intégrité, respect, professionnalisme et conformément à la loi. [...] Toutes les personnes qui arrivent à un point d’entrée aux États-Unis sont soumises à une inspection, note un porte-parole du Service des douanes et de la protection des frontières.

Recommandations des avocats

Des avocats spécialisés en droit de l’immigration de la Colombie-Britannique et de l’État de Washington ont récemment constaté l'augmentation du nombre de voyageurs frappés d’une interdiction d’entrée de cinq ans sur le territoire américain.

Pour sa part, l’avocat spécialisé en immigration canadienne Mathieu Sirois souligne que les repas et les nuits passées aux États-Unis pour faire du bénévolat au sein d'une organisation peuvent être des éléments suffisants pour que les agents empêchent un visiteur de traverser la frontière.

Même si l’individu veut faire du bénévolat sans avoir l’intention de travailler, il y a matière à interprétation pour les agents, souligne-t-il.

La question du bénévolat se pose aussi au Canada. Mathieu Sirois affirme qu’il ne conseille jamais aux travailleurs étrangers de venir donner un coup de main dans le pays, puisqu’il est difficile de prouver qu’ils ne recevront aucun paiement en échange de leurs services.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Immigration