•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les 2 nouvelles vies de Geneviève Guilbault : maman et « étoile politique »

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault avec sa fille, Capucine

Photo : Radio-Canada

Alexandra Duval

En l'espace de quelques mois, Geneviève Guilbault est passée d'inconnue pour la majorité des Québécois à la femme la plus importante au sein du gouvernement du Québec. Comment la vice-première ministre en attente d'un deuxième enfant concilie-t-elle ses deux nouvelles vies?

Octobre 2017. Geneviève Guilbault, alors enceinte, est élue députée de la circonscription de Louis-Hébert lors d'une élection partielle. Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, la qualifie de « nouvelle étoile politique ».

Un an plus tard. François Legault, élu premier ministre, tient parole. Geneviève Guilbault hérite des fonctions de vice-première ministre, de ministre de la Sécurité publique et de ministre responsable de la Capitale-Nationale.

Des tâches colossales. Surtout pour une jeune maman qui ne veut pas laisser pour compte sa fille, Capucine.

Alors que son gouvernement dresse le bilan de sa première année au pouvoir, Geneviève Guilbault accorde une entrevue dans un contexte différent, cette fois dans un boisé près de chez elle avec sa fille.

À 100 miles à l’heure

Ses journées commencent à 5 h. Elle chapeaute des dossiers majeurs. Comme la réforme de la police au Québec. Mais le soir venu, elle tente autant que possible d’être là pour sa fille de 21 mois.

« Que ce soit le soir ou le matin, j'ai mon petit moment [avec Capucine], puis ça me ramène à la vraie vie. Parce que parfois, on est dans une bulle. C'est ça, la vraie vie, puis c'est ça qui est important », révèle la maman.

François Legault et Geneviève Guilbault.

La députée de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, est la nouvelle ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale. (Octobre 2018)

Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot

Geneviève Guilbault s’estime chanceuse. Parce que sa circonscription se situe près de l'Assemblée nationale, la maman réussit à avoir ces petits moments précieux en famille. Elle réside à Saint-Augustin-de-Desmaures.

Tant la ministre que la maman ont néanmoins dû s'adapter à la vitesse grand V. La clé? Son sens de l’organisation et son entourage, affirme-t-elle.

« Je ne ferai pas semblant que je suis toujours avec elle tous les soirs. Mais quand je ne suis pas là, souvent son père est avec elle. Je suis bien entourée. J’ai l'homme, j'ai ma famille, j'ai ma belle-famille, vraiment je suis choyée et j'apprécie énormément le privilège que j'ai. »

Solidarité entre mères

Peu nombreuses sont les femmes devenues députée et maman presque simultanément. Une adversaire politique y est également parvenue, il y a plus de 10 ans.

Décembre 2008. Véronique Hivon est élue députée de Joliette pour la première fois et devient maman. Tout ça en seulement 10 jours d'intervalle.

La députée péquiste a d'ailleurs écrit un petit mot de solidarité à Geneviève Guilbault il y a deux ans.

« Il faut apprendre à lâcher prise, explique Véronique Hivon à Radio-Canada. Il faut être capable d'assumer que tout ne soit pas parfait ».

J'ai découvert les deux rôles en même temps. Tu ne peux pas être parfaite et parfaitement présente.

Véronique Hivon, députée péquiste de Joliette
La députée du Parti québécois Véronique Hivon en compagnie de son conjoint, Jacques Pregent, et de leur fille, Iris Pregent-Hivon, le 9 mai 2016.

La députée du Parti québécois Véronique Hivon en compagnie de son conjoint, Jacques Pregent, et de leur fille, Iris Pregent-Hivon, le 9 mai 2016. Le couple a adopté la petite Iris en 2008.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Quand les urgences la rattrapent

Geneviève Guilbault a dû elle aussi apprendre à conjuguer sa vie familiale avec les nombreux imprévus liés à ses fonctions de ministre. C'est que les urgences et l'actualité peuvent la rattraper 24 heures sur 24.

« Ça nécessite un peu de gestion. Parce qu'avoir un enfant en bas âge, comme ça, c'est très accaparant », mentionne-t-elle.

Des fois, j'ai de la difficulté à travailler en sa présence ou à pouvoir m'adapter rapidement ou réagir rapidement aux situations dans mon travail quand je suis avec [Capucine].

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique

Son directeur des communications, Jean-François Del Torchio, est aux premières loges pour constater ce qu'impliquent les deux vies de Geneviève Guilbault. Il qualifie de « phénoménale » la conciliation travail-famille de sa patronne.

« C'est inspirant de voir qu'elle jongle avec des tâches aussi importantes en même temps qu'elle élève sa fille », souligne-t-il.

La patience est de mise

La politicienne a aussi appris à être plus patiente. Notamment pour s’adapter au rythme parlementaire. Elle aurait préféré par exemple faire avancer des dossiers plus rapidement. Comme les indemnisations des sinistrés à la suite des inondations du printemps dernier.

« C'est le fait qu'on voudrait faire tellement de choses, tellement rapidement. Mais là, on arrive avec le rythme imposé par la réalité gouvernementale... et là je dis ça en tout respect ».

Les inondations, on va quand même très rapidement pour l'indemnisation des [sinistrés], mais c'est certain qu'on voudrait toujours aller plus vite. Mais il y a quand même des réalités avec lesquelles il faut composer.

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique
Geneviève Guilbault discute avec un homme vêtu d'un dossard orange.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a rencontré des élus municipaux et des représentants de l'armée à Yamachiche en avril cette année.

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

Un petit moment inoubliable

Obligations et imprévus n’ont toutefois pas empêché la ministre de vivre un moment précieux en tant que maman : les premiers pas de Capucine. Pendant les inondations historiques du printemps dernier.

Les yeux de Geneviève Guilbault pétillent quand elle en fait le récit.

J'étais seule avec elle quand elle a marché pour la première fois. Effectivement, je suis bien contente. J'ai tourné une petite vidéo. J'ai mon souvenir. Alors oui, ça, c'est un des moments gratifiants que j'ai vécus.

Geneviève Guilbault, la maman

Une année remplie de défis

Geneviève Guilbault amorce sa troisième année à titre de députée dans Louis-Hébert. Elle souhaite maintenir la même cadence maman-ministre malgré l’arrivée prochaine d’un deuxième enfant.

Geneviève Guilbault, François Legault et Simon Jolin-Barrette, vendredi, alors qu'ils s'apprêtent à faire le bilan de la première session parlementaire du gouvernement caquiste.

Geneviève Guilbault et Simon Jolin-Barrette (à droite de François Legault) sont souvent cités comme des ministres à surveiller du gouvernement de la CAQ. À 32 ans, le ministre de l'Immigration a lui aussi une petite famille.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

« Je ne serai pas la première personne qui a deux enfants et une carrière accaparante, donc je ne vois pas du tout de problème. Ça va être une autre adaptation ».

Elle est d’ailleurs catégorique sur cette question, alors que Capucine babille dans ses bras.

Gérer les controverses

La ministre Geneviève Guilbaut a été plongée dans une controverse quelques jours avant la rentrée parlementaire. Elle a présenté publiquement des excuses après avoir affirmé que trois membres de son cabinet ont été congédiés en raison de leur incompétence. « J'aurais dû employer d'autres termes », admet-elle.

« Des mauvais jours, il y en aura d'autres en quatre ans. Là, c'était mon tour. »

Sa fille Capucine l'a aidée à relativiser la situation.

« Quand je suis revenue chez nous : il fallait faire le souper, fallait ramasser le souper par terre, mentionne-t-elle. Que l'on vive des belles journées ou des moins bonnes journées, on en revient toujours à la même chose le soir. Et pour moi, c'est très sain. »

« J'ai l'impression qu'avoir des enfants, ça nous force à décrocher. Quand je suis toute seule avec [Capucine], j'ai beau essayer de regarder mes nouvelles puis de regarder mes courriels, mais là, elle prend mon téléphone. Tu es obligée de décrocher complètement ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique provinciale