•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une résidence de la rue de l'Évêché ne serait pas l'un des manoirs des seigneurs Lepage

Des travaux de rénovations ont lieu, notamment sur l'enveloppe extérieure de la maison.

Le chercheur indépendant Alain Ross et le professeur d'architecture à la retraite Michel St-Pierre estiment que cette maison de Rimouski pourrait être le troisième ou quatrième manoir de la Seigneurie de Rimouski.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une étude scientifique conclut qu'une résidence de la rue de l'Évêché, près de la rivière Rimouski, n'est pas la plus vieille construction de la ville.

L'étude menée par le professeur Dominique Arsenault du Laboratoire d'écologie historique et de dendrochronologie de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), révèle qu'il ne s'agirait finalement pas de la plus vieille construction à Rimouski. Ces conclusions ont été présentées au public lundi, en compagnie du maire de Rimouski.

M. Arsenault établit la construction de cette résidence en 1833, puis un agrandissement en 1872.

On a utilisé la dendrochronologie, une méthode scientifique qui utilise les anneaux de croissance des arbres, pour dater des événements qui s'inscrivent dans la croissance des arbres. On avait utilisé cette technique-là pour dater l'âge de la Maison Lamontagne. C'est une technique qui est beaucoup, beaucoup utilisée dans les études sur le climat et dans les études en dynamique des forêts, précise le professeur.

Dominique Arseneault

Dominique Arsenault, professeur-chercheur à l'UQAR

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

La conclusion du professeur Arsenault va à l'encontre de celle du chercheur indépendant Alain Ross et du professeur d'architecture à la retraite Michel St-Pierre.

Les deux hommes indiquaient que de nombreux éléments d'information concordaient pour estimer que la résidence en question avait été érigée au milieu du 18e siècle, soit près d'un siècle plus tôt que ce qu'en conclut M. Arsenault.

Alain Ross et Michel St-Pierre affirmaient aussi que la résidence aurait pu appartenir à l'un des seigneurs Lepage.

L'étude de Dominique Arsenault contredit également ce que croit la Société rimouskoise du patrimoine (SRP) qui estime l'époque de la construction de cette résidence au 18e siècle. La Société rimouskoise du patrimoine présente cette date autant sur son site Internet que dans un dépliant sur le patrimoine historique.

Une vieille maison subit des rénovations, les murs extérieurs sont sur les colombages.

Le nouveau propriétaire va installer un nouveau revêtement, mais n'a pas l'intention d'altérer la structure ancienne de la maison.

Photo : Radio-Canada

Dans les circonstances, le maire de Rimouski, Marc Parent, estime que sa Ville n'a pas fait preuve de négligence dans sa gestion du dossier pour mieux conserver le bâtiment.

Le maire répondait alors à la directrice du Société rimouskoise du patrimoine, Sabrina Gendron,soutenait que la Ville avait fait preuve d'une certaine forme de négligence [NDRL de la part de la Ville] car ils étaient au courant de la valeur historiquedu bâtiment, mais qu'elle traînait à la citer en tant que construction patrimoniale.

Les conclusions scientifiques démontrent qu'au minimum, la résidence date d'au moins 85 ans plus jeune que les prétentions de la SRP. C'est la raison pour laquelle, pour le moment, on n'a pas de raisons d'intervenir de façon majeure sur cette résidence-là, avance le maire.

La maison a été l'objet de travaux successifs de telle sorte que la structure ancienne, en bois, se retrouve sous de nombreuses couches de matériaux.

Le professeur Arsenault précise que les anneaux de croissance des arbres du bois utilisé pour la construction de la résidence ont été étudiés pour déterminer l'âge de la construction.

Photo : Radio-Canada

Au moment d'écrire ces lignes, la Société rimouskoise du patrimoine ne nous avait pas encore rappelés pour commenter ces nouvelles informations.

D'après les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !