•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mont Tétons : « Quand on se regroupe, on est plus fortes », dit Anick Lemay

Portrait de l'actrice Anick Lemay, souriant à un animateur d'une émission de télévision.

Anick Lemay

Photo : Radio-Canada / Catherine Forget

Radio-Canada

Le titre du documentaire d’Anick Lemay, Mont Tétons : un guide de survie, est frontal. La chroniqueuse Eugénie Lépine-Blondeau soutient qu'il faut aller au-delà de l’intitulé. Le documentaire propose de comprendre comment gravir cette montagne, mais aussi « comment ce mont s’écrase » quand on est atteinte du cancer du sein.

D'après une chronique d'Eugénie Lépine-Blondeau, à Tout un matin

L’actrice Anick Lemay, qui a elle-même mené sa lutte au vu et au su de tous et toutes, notamment en livrant ses témoignages dans une tribune offerte par Urbania, pendant sa chimiothérapie, a voulu créer une sorte de guide de survie pour les femmes atteintes de ce cancer avec, comme complice, sa recherchiste Évelyne Morin-Uhl, elle-même en rémission.

À travers cette quête, on choisit de ne rien oublier.

On survole l’entièreté des étapes traversées par les femmes, de l’annonce du diagnostic jusqu’à la reconstruction mammaire.

Avec la narration d’Anick Lemay, on suit ainsi cinq femmes, chacune à un différent stade de la maladie. Les mots et les images de la comédienne nous guident à travers le choc d’une annonce, la fébrilité d’une première « chimio », la redondance « d’une 25e radio », puis le sacrifice de la mastectomie et de la reconstruction mammaire.

« Anick Lemay aborde la réalité des femmes avec cette sensibilité qu’on lui connaît. Rapidement, elle devient très proche d’elles, est impliquée dans leur processus de guérison, est leur confidente, leur meneuse de claque, une source importante d’empathie », affirme la chroniqueuse.

Ce qui émane de ce documentaire, c’est la solidarité et l’affection entre femmes. L’humour et la vulgarisation de faits autour de la maladie font tout aussi partie du décor, toujours avec cette façon « vue de l’intérieur », par quelqu’un qui connaît les tenants et aboutissants d'un tel processus de guérison.

Montrer la maladie telle qu’elle est

À l’ère où on bannit presque automatiquement toutes formes de nudité sur les réseaux sociaux, celle entourant les seins des femmes, et ce, même dans un contexte où ils ne sont pas affichés dans un contexte sexualisé, est exposée à grands traits dans Mont Tétons.

On ne cache pas le sein reconstruit d’une femme ou le sein d'une autre, qui a subi une opération douloureuse.

Au contraire, les femmes se montrent volontairement, sans pudeur, devant la caméra. « C’est bouleversant et touchant », précise Eugénie Lépine-Blondeau.

Dans le documentaire, la réalisatrice s’adresse aux téléspectateurs et téléspectatrices, surtout à ces dernières, en les tutoyant. Pour les interpeller personnellement.

« Elle dit : "quand tu vas être rendue là", "quand tu vas vivre ça", "quand tel diagnostic va tomber". C’est très spécial, parce que c’est comme si ça devenait inévitable pour l’auditrice, la téléspectatrice, qu’un jour, elle va passer par là », souligne la chroniqueuse culturelle.

Le documentaire Mont Tétons : un guide de survie, réalisé par la comédienne Anick Lemay, sera diffusé le lundi 30 septembre à 19 h sur les ondes de Moi et Cie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts