•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le navire Apollo deviendra un récif artificiel pour la plongée sous-marine à Godbout

Le navire Apollo amarré au quai de Matane

Le navire Apollo continue de faire jaser.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Municipalité de Godbout va pouvoir aller de l’avant dans son projet de transformer le navire Apollo en récif artificiel pour la plongée sous-marine. La réalisation du projet est prévue pour l’été 2020. Le bateau sera alors immergé au fond de la baie.

Une nouvelle organisation à but non lucratif, la Société Apollo de Godbout, va permettre la réalisation du projet. La Société devra au préalable avoir obtenu les autorisations de Transports Canada et d’Environnement Canada.

Selon un communiqué émis par la Société Apollo, la nouvelle entité achètera le navire pour la somme symbolique d’un dollar.

DSC_6864

En réparation suite à la collision avec le quai de Godbout en février

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis_Rad

De son côté, la STQ contribuera aux frais de préparation du navire pour un maximum de 2 millions de dollars, soit l’équivalent ce que la société d’État aurait dû payer pour envoyer le navire à la ferraille.

La somme de deux millions qu'on accorde, c'est vraiment la somme minimale qu'on pensait devoir débourser pour envoyer ce navire-là au recyclage, précise le porte-parole de la STQ, précise le porte-parole de la STQ, Alexandre Lavoie.

En juillet dernier, une délégation de la Manicouagan, les maires de Godbout et de Baie-Comeau en tête, avait demandé à la STQ de lui céder le navire Apollo.

Nous sommes emballés à l’idée de donner une seconde vie à ce navire et d’en faire un levier de développement économique et touristique, a déclaré le maire de Godbout, Jean-Yves Bouffard. Le navire submergé deviendra un nouvel habitat pour la faune et la flore aquatiques, prévoient les promoteurs.

Après avoir évalué ses options, la STQa choisi de répondre à l’appel de la communauté de la Côte-Nord, a commenté le président-directeur général de la Société des traversiers du Québec, Stéphane Lafaut. Non seulement ce projet deviendra une nouvelle attraction pour de nombreux visiteurs, mais encore il permettra de conclure l’aventure de l’Apollo sur une note positive.

Selon le porte-parole de la STQ, Alexandre Lavoie, des travaux devront être effectués sur le navire pour que l'épave ne nuise pas à l'environnement marin de la baie de Godbout.

Il y a de l'amiante dans ce type de navire-là. Il faut la retirer avant de pouvoir l'immerger. Il y a toutes sortes de normes qu'il faut respecter. Faut savoir que le navire, évidemment, il y a de l'huile, il a de l'essence, il y a des hydrocarbures et tout ça, il faut l'enlever avant de pouvoir immerger un navire, explique-t-il.

Un écriteau « Crew Only » est installé devant des escaliers rouillés menant à un pont supérieur du navire.

L'intérieur du traversier Apollo

Photo : Radio-Canada / Bénédicte Filippi

En effet, ce navire en fin de vie a fait couler beaucoup d’encre l’hiver dernier, alors que la STQl'avait acheté pour remplacer temporairement le F.-A.-Gauthier, lui-même hors service à la suite d’un problème de propulseur.

En plus de problèmes techniques, l’Apollo a aussi percuté le quai de Godbout et celui de Matane. Si l'on tient compte de tous les frais, l'Apollo aura coûté 3,5 millions de dollars aux contribuables québécois pour seulement 17 jours de navigation. Il faut aujourd'hui ajouter les 2 millions de dollars additionnels pour le projet de Godbout.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !